CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Séminaire du Centre Norbert Elias « "Are Americans more violent than Europeans? - historical and sociological perspectives"

Les journées d'études, les colloques, les séminaires | Archives

Séminaire du Centre Norbert Elias « "Are Americans more violent than Europeans? - historical and sociological perspectives"

Vendredi 15 Avril 2011

     

La Vieille Charité – 2 rue de la Charité – Marseille 13002

EHESS, 3ème étage, Salle de réunion

         

14 h – 16 h

      

Invité :

Stephen Mennell, Directeur de la Norbert Elias Foundation, Amsterdam.

University College, Dublin

http://www.stephenmennell.eu/

         

      

Are Americans more violent than Europeans? - historical and sociological perspectives

The USA is commonly seen – including by many Americans – as an exceptionally violent society. But a distinction needs to be drawn between the historical trend and the level of violence. In the USA overall, the long-term trend is downwards, as it is in Western Europe and other comparable countries. On the other hand, compared with the same countries, the level of violence is much higher: the homicide rate in the USA is about four times as high. Why?

    

There is evidence that ‘instrumental’ violence is no higher in the USA, but that ‘affective’ violence – homicides arising from loss of emotional control – is. There are highly significant regional variations, which appear to be related to differing historical experiences, notably between North and South.

    

Based on Stephen Mennell’s book The American Civilizing Process  (2007), this lecture will also demonstrate how the level and distribution of violence in the USA is related to Norbert Elias’s theory of civilising processes, and especially to his account of state formation processes; in the USA, the state’s monopolisation of the legitimate use of violence is patchy.

       

Les Américains sont plus violents que les Européens? - une perspective historique et sociologique

Les États-Unis sont généralement considérés – y compris par de nombreux Américains – en tant que société d’une rare violence. Mais une distinction doit être établie entre la tendance historique et le niveau de violence. Dans l’ensemble de Etats-Unis, la tendance à long terme est à la baisse, car il est en Europe occidentale et autres pays comparables. D’autre part, par rapport à ces mêmes pays, le niveau de violence est beaucoup plus élevé: le taux d’homicides aux États-Unis est environ quatre fois plus élevé. Pourquoi?

    

Il est prouvé que la violence «instrumentale» n’est pas plus élevée aux Etats-Unis, mais que la violence «affective» – homicides résultant de la perte de contrôle émotionnel – est plus élevée. Il y a de très importantes variations régionales, qui semblent être liées à la diversité des expériences historiques, notamment entre le Nord et le Sud.

    

Basé sur le livre de Stephen Mennell The American Civilizing Process (2007), cette conférence permettra également de montrer comment le niveau et la répartition de la violence aux Etats-Unis est liée à la théorie de Norbert Elias sur les processus de civilisation, et surtout à son compte de formation de l’État processus; dans les États-Unis, la monopolisation de l’État de l’utilisation légitime de la violence est inégale et incomplète.

      

Rubriques à consulter

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Séminaire Economie et Histoire

Séance spéciale de séminaire - Jeudi 19 octobre 2017 - 15:00L’historie et l’économie s’intéressent actuellement à l’ensemble des phénomènes sociaux. Leurs approches mobilisent à la fois des questionnements et des méthodes différentes. Le but de ce séminaire sera d’enrichir l’étude de ces objets partagés en confrontant approches et méthodes à partir de quelques dossiers thématiques. Ces dossiers comptent se focaliser, entre autres, sur la mobilité sociale et intergénérationnelle, le rôle du mariage, et l’impact de l’urbanisation sur des différents phénomènes sociaux.Le séminaire aura lieu un jeudi par mois, en alternance entre le Centre Norbert Elias et l’AMSE.Organisateurs : Jean Boutier, Cecilia Garcia-Peñalosa, Alain Trannoy, Arundhati Virmani.Séance du 19 octobre 2017Alain Trannoy - Questions de mobilité intergénérationnelle: Les élites françaises  Discutant : Jean Boutier> Voir le détail de la programmation à venir sur l'affiche(...)

Lire la suite

Rencontres musico-doctorales de Paris à Marseille

Rencontre - Jeudi 22 juin 2017 - 10:00Ces journées, organisées par le Centre Norbert Elias et le Centre Georg Simmel avec le soutien de l'EHESS, se donnent pour objectif de mettre en lumière des travaux de doctorant.e.s travaillant sur la musique.Vous trouverez dans le programme de ces rencontres des communications sur les thèmes de la programmation des musiques du monde, de l'apprentissage de la techno, du music-hall, mais bien d'autres encore. (...)

Lire la suite

Dimension sexuée de la vie sociale

Journée(s) d'étude - Jeudi 16 mars 2017 - 09:30Ces journées d’étude analyseront les reformulations que révèle, dans la parenté, la circulation des choses, des corps ou des personnes au sein d’un monde globalisé. Trois phénomènes majeurs seront envisagés, du plus récent au plus ancien : les nouvelles techniques de reproduction, du don de gamètes à la gestation pour autrui, l’adoption internationale et ses déclinaisons, la migration. Les circulations qu’ils recouvrent tendent en effet à questionner, troubler ou reformuler les relations entre parents comme les rapports de genre. Elles interrogent les frontières nationales et les législations qui leur sont associées, suscitent de nouvelles formes de mobilités, redéfinissent les  identités et les appartenances. Quels éléments circulent, sous quelles formes et par quelles voies lorsqu’il s’agit de procréer, de construire une famille, de faire vivre ou de maintenir l’existence des liens entre parents ? À quelles relations donnent lieu ces circulations, qu’il s’agisse du « voyage » que représente le transfert de paillettes de sperme, de la figure lointaine d’une gestatrice connue ou non, des liens construits dans les parcours d’adoption internationale ou de la manière dont la distance et la mobilité tendent à reformuler les liens familiaux en situation de migration ?  À la croisée de la parenté, de la citoyenneté et de la nationalité, on questionnera enfin les dispositifs d’affiliation, de reconnaissance et d’appartenance que révèlent ces différentes circulations.(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27