CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Morphologie et mondes du music-hall

Archives 2011-2014 |

Morphologie et mondes du music-hall

7, 8 octobre 2010

Journées internationales d’étude

Marseille – Centre de la Vieille Charité – 2 rue de la Charité - 13002

EHESS, 2ème étage, Salle A

CENTRE NORBERT ELIAS

Centre d'anthropologie, communication, histoire, sociologie des dynamiques culturelles

(UMR 8562 CNRS-EHESS)

EHESS (Marseille), Université d’Avignon, ENS de Lyon, Univ. Paul Cézanne Aix-Marseille III

     

En collaboration avec LE HALL DE LA CHANSON

Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles

Parc de La Villette, Paris & Cité de la Musique, Marseille

Argumentaire général

Les travaux universitaires en France portant expressément sur le music-hall sont encore aujourd’hui peu nombreux. L’objet a été instruit chez nous depuis les années 1970 environ, principalement sous la forme ou en un genre que l’on appellera « l’histoire illustrée du music-hall ». Ces ouvrages, pour la plupart, puisent leurs informations dans une abondante littérature de biographies et de souvenirs parues dans l’entre-deux-guerres voire jusque dans les années soixante ; leurs auteurs avaient été contemporains, acteurs ou témoins (artistes, journalistes, directeurs d’établissements, revuistes, etc.) de ce que l’on veut alors y considérer comme un « âge d’or » du music-hall - soit approximativement, du lendemain de la Grande guerre jusqu’aux premières années 1930. Ces « histoires illustrées du music-hall » privilégient les sommets d’un « genre » : notoriétés et carrières internationales, établissements célèbres et grandes scènes (parisiennes pour la plupart), spectacles marquants, etc. Outre que ce modèle monumentalisé resterait à approfondir plus systématiquement (structure organisationnelle des établissements, par exemple), il ne rend pas compte, sinon en négatif, d’un modèle à coup sûr plus banal, pratiqué dans de plus modestes établissements mais localement non moins prégnant. S’il ne peut être question de nier le rôle attractif et déterminant des grandes scènes de la capitale française, on peut toutefois s’interroger sur le « vide », ou sur la part accessoire généralement donnée dans les synthèses actuellement disponibles sur l’histoire du music-hall en France, à la plupart des villes de province ou aux établissements de quartier. N’y aurait-il eu d’autre alternative, tant pour les artistes que pour les productions, que le schéma classique de « monter à » ou de « descendre de » Paris (ou Londres) ? Que sait-on des dynamiques propres, des réseaux en région autour de grandes villes par exemple du commerce, du négoce, portuaires ou frontalières ? Qu’en était-il des réseaux internationaux, des circuits de province ?

Ces deux journées d’étude, à caractère international, se proposent de faire un état des lieux, des programmes et des recherches en cours sur le music-hall en France ou à l’étranger. Et de faire se rencontrer diverses spécialisations (sociologie des dynamiques culturelles, anthropologie des dispositifs spectatoriels, histoire des arts de la scène, représentations cinématiques et littéraires, etc.), d’en appeler à un traitement pluridisciplinaire de l’objet.

       

Renseignements :

Jacques Cheyronnaud, 04 91 14 07 56 / 04 91 08 70 57

 journées.musichall2010@yahoo.fr

PROGRAMME

Jeudi 7 octobre

« Le music-hall » : une dynamique de « formatages spectaculaires »

9 h 30 – 13 h – Présidence : Olivier Roueff, CNRS, Université de Versailles - Saint-Quentin

- Mot d’accueil, Jean Boutier, EHESS, Directeur du Centre Norbert Elias.

- De quoi nos « histoires du music-hall » sont-elles l’histoire ? Jacques Cheyronnaud, CNRS, Centre Norbert Elias.

- Music-hall et patrimoine, Serge Hureau, Directeur du Hall de la Chanson.

- Music-halls réel et fictionnel à Glasgow : du Britannia Panopticon à Sub Rosa de David Leddy, Victoria Reid, Department of French Language and Literature, Université de Glasgow.

- Une entente plus que cordiale. Réseaux et transferts entre music-halls français et britanniques à la Belle époque, Angele David-Guillou, doctorante, CRIDAF, Université Paris XIII.

                

14 h – 17 h – Présidence : Victoria Reid, Université de Glasgow

- Music-hall. Art total, Jean-Louis Fabiani, EHESS, Centre d’Etudes sociologiques et politiques Raymond Aron, CNRS-EHESS, Paris.

- L’écrin racial et sexuel du rythme pulsé, du cake-walk au jazz-spectacle (1902-1932), Olivier Roueff, CNRS, UMR Professions Institutions Temporalités, Université de Versailles/Saint-Quentin.

- Gaby Deslys et l’introduction du ragtime dans le music-hall marseillais des années 1910, Elisabeth Cestor, Membre associé du Centre Norbert Elias.

- Le recrutement des girls pour les revues parisiennes (1980-2000) : identité d’un lieu et fonctionnement interne, Sylvie Perault, UER Etudes théâtrales Paris VIII, ENSATT, Lyon.

- Les mises en scène de l’Alhambra, Cécile Prévost-Thomas, Observatoire musical français, Paris IV Sorbonne, CRILCQ-UQAM, Montréal.

         

Vendredi 8 octobre

Les échelles du music-hall. « Petit » et « grand ». Pluriel et singulier. Local, national, international

9 h 30 – 13 h – Présidence : Serge Hureau, Directeur du Hall de la Chanson

- Le music-hall à Metz 1890-1940, un demi-siècle de loisirs soumis aux nationalismes : Jean-Christophe Diedrich, Université de Metz.

- Béziers : l’Alcazar et le Théâtre des Variétés – du beuglant au music-hall (1870-1940). Construction des salles, programmation des spectacles et leur évolution : Alex Bèges.

- Marseille et son Alcazar. Les termes d’une doxa, Jacques Cheyronnaud, CNRS, Centre Norbert Elias.

- Ce que nous disent les livres de comptes de la fin de l’Alcazar de Marseille, Emmanuel Pedler, EHESS, Centre Norbert Elias.

- Conclusions (tous participants)

               

Renseignements

Jacques Cheyronnaud, 04 91 14 07 56 / 04 91 08 70 57

ournées.musichall2010@yahoo.fr

Centre Norbert Elias
EHESS - Campus Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

04 91 14 07 27