Les membres | les membres permanents

Valeria Siniscalchi

Valeria Siniscalchi

Maître de conférences, EHESS

Chaire : Anthropologie des espaces économiques

 

Habilitée à diriger des recherches (HDR soutenue le 10 juillet 2017 à l’Université d’Aix-Marseille)

Présidente de l’European Association for Social Anthropologists (EASA), 2017-19

Co-responsable de la Formation doctorale en sciences sociales de l’EHESS-Marseille et responsable de la mention RCAHS (Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie) du master en sciences sociales de l’EHESS, Valeria Siniscalchi est également membre de l’executive committee de l’EASA (European Association of Social Anthropologists) depuis 2015. Elle a été membre élu du Conseil d’administration de l’EHESS (2009-17) et du Conseil Scientifique (2012-13).

Docteur en Ethnologie et Anthropologie Sociale à l’Université de Rome La Sapienza (1996), Valeria Siniscalchi a été boursière du Ministero dell’Università e della ricerca scientifica (Italie, 1992-1995 et 1999-2001) et lauréate de la « Fondation Fyssen » (France, 2002-2003). Ses premières recherches en Italie du Sud (1990-2000) ont porté sur les conceptions et les pratiques de l’économie, les formes de circulation et d’échange, l’organisation de l’espace et la stratification sociale, les processus de transformation de l’économie et leur dimension politique. Entre 2000 et 2004, Valeria Siniscalchi a travaillé dans les Hautes-Alpes sur les politiques de la localité et sur les rapports entre économie, pouvoir et identités dans les espaces protégés. Depuis 2007, elle mène une enquête ethnographique sur le mouvement international Slow Food et sur les formes d’activisme dans le champ de l’alimentation. Elle étudie la construction des espaces politiques à travers l’économie ainsi que les rapports entre mouvements politiques transnationaux, économies et construction du pouvoir.

Depuis 2010, elle coordonne, avec C. Counihan (Millerville et Boston University), un groupe de travail international sur les mobilisations dans le domaine de l’alimentation. Elle est partenaire scientifique du programme de l’Université de Massachusetts-Amherst CHESS  « Grassroots: Economies, Communities, and Heritage » coordonné par Krista Harper (UMass). Dans le cadre du projet ANR « La vie politique des marchandises », elle travaille sur la régulation et la mise en circulation des productions fromagères de Sardaigne et sur leurs enjeux politiques et économiques.

 

Séminaires de recherche à l’EHESS

· Anthropologie des économies et des formes de mobilisations

· Controverses environnementales et anthropologies de la nature avec Francis Chateauraynaud, Bernard Hubert, Jean-Michel Fourniau, Laura Centemeri.

· Marché / Marchés. Approches interdisciplinaires des économies, avec Alan Kirman et Miriam Teschl.

· Les enjeux épistémologiques des écritures en sciences sociales, avec Emmanuel Pedler, Boris Petric, Céline Lesourd, Jean-Christophe Sevin, Stéphane Durand.

 

Activités d’enseignement à l’étranger (Visiting professor)

· Novembre 2016, Université de Massachusett

· Novembre 2015, Université de Massachusett

· Octobre 2015, Université de Pérouse (Italie)

· Avril 2013, Université de Cagliari (Italie)

· Novembre-Décembre 2012, Université de Sassari (Italie)

· Avril-Mai 2011, Université de Cagliari (Italie)

 

Directions et codirections de thèses

· Michele Coletto « La route des entrepreneurs: Italie-Roumanie. Anthropologie d’une mobilité économique depuis les années 1980 » (direction Jean Boutier, co-direction Valeria Siniscalchi). Thèse soutenue le 3 juillet 2014.

· Cécile Livenais Strigelli « Entre Europe et région, Public et Privé : recomposition d’un territoire politique » (direction Marc Abélès, co-direction Valeria Siniscalchi). Thèse en cours.

· Florent Berlioux « Repenser et réintroduire le travail dans la société localisée. L’expérience du projet de reprise de l’usine Fralib dans le bassin d’emploi d’Aubagne » (direction Jean Boutier, co-direction Valeria Siniscalchi). Thèse en cours.

· Cecilia Paradiso « Parcs naturels et enjeux du développement urbanistique de type touristique. Une comparaison en aire méditerranéenne, la péninsule du Llevant (Mallorca) et l'archipel de la Maddalena (Sardaigne) » (direction Valeria Siniscalchi). Thèse en cours.

· Giorgio Cassone « Repenser gouvernance et valeur dans la chaîne de distribution alimentaire. Etude anthropologique des réseaux de récupération alimentaire » (direction Valeria Siniscalchi, co-direction Suzanne de Cheveigné). Thèse en cours.

· Marta Caradonna «  Le rôle des institutions muséales dans le développement des disciplines ‘démo-ethno-anthropologiques’ en Italie » (direction Valeria Siniscalchi et Alessandro Lupo dans le cadre d’une co-tutelle EHESS-Université de Rome La Sapienza). Thèse en cours.

· Umberto Cao « Une voie autochtone pour l'human security. Ethnographie d'un mouvement sociale du Chiapas – Mexique » (direction Valeria Siniscalchi et Alice Bellagamba, inscription principale à l’Université de Milan dans le cadre d’une co-tutelle Université de Milan-EHESS). Thèse en cours.

· Davide Cacchioni « Cultiver les alternatives en Val de Suse. Comprendre le tournant matérialiste dans les mouvements sociaux contemporains » (direction Valeria Siniscalchi). Inscription en cours.

 

Publications

Ouvrages et direction d'ouvrages collectifs

  • 2017, Slow Food: The Economy and Politics of a Global Movement, (en préparation, volume accepté par Bloomsbury, London).
  • 2017, Spazi, merci, lavoro. Un’antropologia dell’impresa, avec M. Mollona, V. Redini, C. Papa (en préparation, volume accepté par Carocci, Rome).
  • 2014, avec C. Counihan (dir.) Food Activism: Agency, Democracy and Economy, London, Bloomsbury.
  • 2001, Antropologia culturale. Un’introduzione, Rome, Carocci editore, (10ème réimpression mars 2012, 1ère édition collection « Studi Superiori » novembre 2011, 2ème réimpression novembre 2012).
  • 2002, (dir.), Frammenti di economie. Ricerche di antropologia economica in Italia, Cosenza, Luigi Pellegrini Editore.

Articles dans des revues à comité de lecture

  • 2016, « Reflecting on heritage and power : dynamics, strategies and appropriations in the catalan Pyrenees and in the French Alps » (avec Camila de Marmol et Ferran Estrada), International Journal of Heritage Studies 22, 5 : 341-354.
  • 2015, « ‘Food activism’ en Europe : changer de pratiques, changer de paradigmes », Anthropology of food, S11. 2015, URL : http://aof.revues.org/7920.
  • 2015, « The anthropology of European economic spaces », Social Anthropology 23, 3 : 357-359.
  • 2014,  La politique dans l'assiette : restaurants et restaurateurs dans le mouvement Slow Food en Italie, Ethnologie Française, janvier 2014, XLIV, n. 1, pp. 73-83.
  • 2013, Environment, regulation and the moral economy of food in the Slow Food movement, Journal of Political Ecology, 20, pp. 295-305.
  • 2013, Pastori, attivisti e mercato. Pratiche economiche e logiche politiche nei Presidi Slow Food, Voci. Annuale di Scienze Umane, anno X, 173-182.
  • 2013, « Slow versus Fast. Economie et écologie dans le mouvement Slow Food », Terrain 60, février 2013, pages 132-147.
  • 2010, « Regimi di singolarità e politiche della ripetizione », La Ricerca Folklorica, pp. 125-134.
  • 2009, « I processi di tipicizzazione tra singolarità e ripetizione », in Culture della sostenibilità, n. 6, IX, pp. 121-134
  • 2009, « La monnaie de farine. Logiques de crédit et nouveaux espaces politiques dans le Mezzogiorno », Terrain, 52, pp. 152-163
  • 2008, « Économie et pouvoir au sein du Parc National des Écrins. Penser la nature, définir l’espace », Techniques et culture, 50, pp. 40-59
  • 2007, «Le Parc national des Ecrins et la construction de la localité. Usages et représentations du territoire et de la nature dans un espace ‘protégé’ », Cahiers d’anthropologie sociale, 3, pp. 31-46
  • 2006, « Tourtons du Champsaur, des Hautes-Alpes ou du pays ? Strategie economiche e territorio nella costruzione di un prodotto ‘tipico’ », Annali di San Michele, 19, pp. 459-472.
  • 2005, « Contadini di montagna. Stereotipi, dinamiche economiche e giochi d’identità » Annali di San Michele, 18, pp. 181-192

  • 2004, « Construire l’identité des territoires de montagne : un point de vue anthropologique sur les Hautes-Alpes », Bulletin de la Société d’Etudes des Hautes-Alpes, pp. 149-154.

  • 2003, « Entre Provence et Dauphiné : frontière et identité dans les Hautes-Alpes », Ethnologie française, XXXIII, 1, pp. 101-109.

  • 2002, « Patrimoine naturel » et « patrimoine culturel » dans le Parc National des Ecrins (France): nouvelles représentations des territoires “protégés”, Europaea, VIII, 1/2, pp. 303-317.

  • 2002, « ‘Gavotte à l’italienne’ : percorsi di manipolazione della storia dagli Appennini alle Alpi francesi », Annali di San Michele, 15, pp. 183-200.

  • 2000, « ‘Il dolce paese del torrone’. Economia e storia in un paese dell’Italia del Sud », Meridiana. Rivista di storia e scienze sociali, 38-39, pp. 199-222.

  • 1999, « Terre, contrade e territori. Toponomastica, classificazioni e pratiche dello spazio a San Marco dei Cavoti (Benevento) », Quaderni di Semantica, XX, pp. 243-279.

  • 1995, « Simmetria e asimmetria nel legame tra ‘parsenali’ : relazioni e contratto in un rapporto agrario (San Marco dei Cavoti) », L’Uomo, VIII n.s., 2, pp. 239-271.

  • 1993, « Strategie dell’identità : pratiche e rappresentazioni della stratificazione sociale a San Marco dei Cavoti », L’Uomo, VI n.s., 1/2, pp. 205-238.

Participations à des ouvrages collectifs

  • 2018,  « Political Taste: inclusion and exclusion in Slow Food movement » in C. Counihan and S. Højlund (eds.) Making Taste Public, London, Bloomsbury (volume accepté, en préparation).
  • 2017, « Slow Food : les politiques locales d’un mouvement international », in T. Grillot et S. Gacon (eds.) Manger autrement, Paris, PUF, pp. 63-85.
  • 2014, (avec C. Counihan) «Ethnography of Food Activism», in C. Counihan and V. Siniscalchi (eds.) Food Activism: Agency, Democracy and Economy, London, Bloomsbury, pp. 3-12.
  • 2014, « Slow Food Activism between Politics and Economy », in C. Counihan and V. Siniscalchi (eds.) Food Activism: Agency, Democracy and Economy, London, Bloomsbury, pp. 225-241.
  • 2012, « Towards an economic anthropology of Europe », Handbook of economic anthropology ed. par J. Carrier (deuxième édition), Cheltenham : Edward Elgar Publishing, p. 553-567
  • 2012, « I tempi delle campagne e i tempi delle fabbriche. Note sugli spazi economici nel Sud »,  Il cannocchiale nelle retrovie. Pietro Clemente : il mestiere dell’antropologo, ed. par A. Sobrero, Rome, CISU.
  • 2010, « Economy and Power within the Écrins National Park. Thinking nature, defining space », Constructing Cultural and Natural Heritage. Parks Museums and Rurality, ed. par X. Roigé et J. Frigolé, Barcelone : ICRPC, pp. 91-106.
  • 2010, « Des pierres pour l’avenir. Économie et histoire dans le Samnium », in Les monuments sont habités, D. Fabre & A. Iuso (dir.), Editions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Cahiers d’ethnologie de la France », Paris, pp  253-274.

  • 2010, « Competere e cooperare. Imprenditori, operai, economisti nel Mezzogiorno » in Competizione, cooperazione, invidia. Saggi di antropologia, F. Lai (dir.), CISU, Rome, pp.101-121

  • 2007, « Sapere antropologico, potere e patrimonializzazione dei saperi in Francia », in Gli « oggetti culturali ». L’artigianato tra estetica, antropologia e sviluppo locale, A. Caoci, F. Lai (dir.), Franco Angeli, pp. 148-161.

  • 2004, « Saperi, economia e territorio nella costruzione di un prodotto tipico : i ‘tourtons’ delle Hautes-Alpes (Francia) », in F. Lai (dir.) I saperi locali, Cagliari, CUEC pp. 142-153.

  • 2004, « ‘La douce ville du Nougat’. Economie, typicité et histoire dans un village de l’Italie du Sud », in De la châtaigne au Carnaval. Relances de traditions dans l’Europe contemporaine, C. Bromberger, D. Chevallier, D. Dossetto (dir.), Die, Editions A Die, pp. 42-51.

  • 2002, « Introduzione. Economie al caleidoscopio », in Frammenti di economie. Ricerche di antropologia economica in Italia, V. Siniscalchi (dir.), Cosenza, Luigi Pellegrini Editore, pp. 7-40.

  • 2002, « ’San Marco produce’. Retoriche dell’economia e dinamiche politiche nel Sannio », in Frammenti di economie. Ricerche di antropologia economica in Italia, V. Siniscalchi (dir.), Cosenza, Luigi Pellegrini Editore, pp. 313-345.

  • 2000, « Appunti per una tipologia delle fonti di storia politico-economica della Riforma Agraria nel Metapontino », in Memoria, terreni, musei. Contributi di Antropologia, archeologia, geografia, F. Remotti (dir.), Alessandria, Edizioni dell’Orso, pp. 361-377.

Articles autres revues

  • 2016, « La provincia o le province ? Spazi di frontiera al di là e al di qua delle Alpi », The Provincial Symphony. Provincial lives, Lo Squaderno, 41 : 23-26.
  • 2013, Une géographie réinventée, L'Alpe, n. 61, numéro spécial Parc Natural des Ecrins. Des Natures et des hommes, pp. 20-25.
  • 2012, Au delà de l’opposition slow-fast. L’économie morale d’un mouvement / Al di là dell’opposizione slow- fast. L’economia morale di un movimento, Lo Squaderno, 26 Exploration in Space and Society, pp. 67-74.

Actes de colloques avec comité de lecture

  • 2008, « Travailler en usine. Usines textiles et conceptualisation du travail en Italie du Sud », in Le travail comme catégorie culturelle, dirigé par J.R. Trochet, Edition du CTHS, volume électronique

  • 2007, « Economie del patrimonio e politiche della località nel Parco Nazionale degli Ecrins (Francia) », in Etnoantropologia, Atti del IX Congresso nazionale AISEA, Antropologia e territorio : musei e politiche comunicative, Roma, pp. 239-248

  • 2007, « Lieux de conflits, lieux de partages : les espaces et les constructions du patrimoine » in Entre autres. Rencontres et conflits en Méditerranée, D. Albera, D. Chevallier (éds.), ADAM/MCEM, pp. 219-224

  • 2003, « Façonnement du territoire et de l’identité dans un espace ‘protégé’ : le Parc National des Ecrins », Actes du Congrès International Environnement et Identité en Méditerranée (Corte, 3-5 juillet 2002), pp. 295-308.

Rapports, mémoires, thèses

  • 2017, « Une anthropologie des espaces économiques ». Volume 1, mémoire de synthèse pour l’Habilitation à diriger des recherches, Université d’Aix-Marseille, année universitaire 2016-17, pp. 202 + annexes. Volume 2, dossier de travaux, pp. 566.
  • 2007, « La cité / la ville. Lieu de pouvoirs, lieu du politique », projet muséographique de l’EER « Cité / ville », Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

  • 2006, « Le patrimoine culturel rural et l’ethnologie au Ministère de la culture : repenser le rural », rapport de recherche, Mission à l’Ethnologie, DAPA, Ministère de la culture, pp. 144

  • 2005, « La cité. Lieu de pouvoirs, lieu du politique », pré-projet muséographique, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, pp. 35

  • 2004, « Le patrimoine culturel rural et l’ethnologie au Ministère de la Culture : bilan et perspective (1980-2003) » rapport de recherche, Mission à l’Ethnologie, DAPA, Ministère de la Culture, pp. 75

  • 2002, « Entre Provence et Dauphiné : “l’identité partagée” des Hautes-Alpes », in La « culture régionale » à l’examen en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Etudes réunies par D. Dossetto, Aix-en-Provence, pp. 77-95

  • 2002, « Les entreprises du verre entre Empoli et Colle Val d’Elsa (Toscane, Italie) », rapport de recherche, Musée national des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, pp. 52

  • 1996, Pratiche e rappresentazioni economiche a San Marco dei Cavoti (Benevento), Thèse de Doctorat en Sciences ethno-anthropologiques, Università di Roma « La Sapienza », pp. 421 + annexes

  • 1991,  Il ‘parsenale’ : relazione e ideologia in un paese del Sannio beneventano, Tesi di laurea in Etnologia, Facoltà di Lettere e Filosofia, Università di Roma « La Sapienza »

           

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

La Position du chercheur

Colloque - Mercredi 08 novembre 2017 - 09:00Le colloque est co-organisé par l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée, le MuCEM et le Centre Norbert Elias. Il aura lieu les 8-9 et 10 novembre 2017Le positionnement éthique ou politique d’un chercheur se construit à travers ses méthodes de travail. En sciences humaines et sociales, ces méthodes sont autant de manières de faire au sein du discours. Elles mobilisent un ensemble de gestes et d’opérations qui concernent aussi la recherche artistique. C’est sur ces gestes partagés que nous souhaitons amener le dialogue entre recherches scientifiques et pratiques artistiques.Nous partons de la part commune de matérialité du travail de recherche – la confrontation avec les matériaux, les archives et les témoignages – pour susciter un dialogue autour des gestes de la collecte, des méthodes d’enquête, des formes d’écriture et d’exposition. Admettre que celles-ci ne traduisent pas seulement des résultats, mais constituent en soi des chantiers théoriques et artistiques, c’est ouvrir un espace d’échanges entre arts et sciences sociales.Notre démarche consiste davantage à décloisonner les discours qu’à interroger la spécificité de nos recherches respectives. L’enjeu est de penser la recherche en dehors des frontières disciplinaires afin de constituer un laboratoire de réflexivité et d’innovation offrant aux uns et aux autres la possibilité de déplacer son regard sur ses objets et ses pratiques.MERCREDI 8 NOVEMBRE 2017Centre de la Vieille Charité – Cinéma Le Miroir9h30 : mots d’ouverture, conseil scientifique.ENGAGEMENT ET DISTANTIATION : LE CHERCHEUR ET SON TERRAINModération : Boris Pétric (Centre Norbert Elias)Comment évaluer la proximité ou la distance par rapport à son sujet de travail ? L’implication du chercheur conditionne son intelligence des problèmes à étudier ou des situations à documenter. En témoignent de nombreuses réflexions sur le placement de la caméra, mais aussi sur la place des émotions dans l’énonciation historique, ou encore sur le rôle heuristique des procédés littéraires et des techniques théâtrales de distanciation. Ce dialogue entre chercheurs et artistes vise à interroger le caractère heuristiquement fécond de l’implication sensible du chercheur, ainsi que le rôle du désir dans le geste de chercher.10h00 : Philipe Bazin et Christiane Vollaire11h : Discussion11h30 : pause12h-13h : Kapwani Kiwanga 13h-15h : pause déjeunerModération : Vanessa Brito (ESADMM)15h-15h30 : présentation de la revue Sensibilités par Quentin Deluermoz (il nous faudra réserver une autre salle).16h projection de L’hypothèse du Mokélé Mbembé (1h18) et débat avec Marie Voignier.18h : pauseModération : (intervenant à confirmer)18h30-20h : projection et débat avec Jeff Silva JEUDI 9 NOVEMBRE 2017MuCEM – auditorium Germaine TillionISOLER, CADRER, CONFRONTER : ENJEUX DES GESTES DE LA COLLECTEModération : Lotte Arndt (ESAD Valence-Grenoble) et Dorothée Dussy (CNE) Comment se constitue un objet de recherche ? Tout commence, comme le rappelle Michel de Certeau, avec le geste de mettre à part. Les premiers gestes consistent à collecter, à isoler, à cadrer, à confronter des sources, à opérer des changements de focale. Ils ont une force qui leur est propre, ils fabriquent du sens. Quels effets cela produit sur nos possibilités de compréhension ? Comment un objet se transforme en document, en objet archéologique ou ethnographique ? Qu’est-ce qui se perd lors de cette transformation qui est aussi un abandon de liens et de possibles ? Un des objectifs sera de confronter les enjeux de différents gestes et pratiques de la collecte réalisées par des chercheurs et des artistes.9h30-11h30 : Mathieu Abonnenc (artiste), Romain Bertrand (historien), Benoît de l’Estoile (anthropologue).11h30 : pause12h-13h : Discussion DONNER VOIX, REPHRASER, MONTER : LA RECHERCHE DE FORMES D’ÉNONCIATIONModération : Nicolas Feodoroff (FID) et Aude Fanlo (MuCEM) (à confirmer)Comment faire parler des objets ? Comment prolonger la puissance de parole de voix isolées ou disparues ? Ces questions animent de nombreuses démarches artistiques. Elles sont aussi au cœur de l’anthropologie visuelle ou de la réflexion que certains historiens portent sur l’écriture de l’histoire, l’usage et le traitement de l’archive. Que l’on construise un récit littéraire, cinématographique ou historique, ces questionnements entraînent de nouveaux usages de la citation et de la paraphrase, du découpage et du montage, de la voix off et de la figure du narrateur. Ils produisent des formes d’énonciation plurielle qui donnent à l’objet de la recherche la possibilité de se constituer comme sujet et d’évaluer lui-même son propre statut. 14h30-17h : Patrick Boucheron (historien), Arlette Farge (historienne), Natacha Nisic (artiste), Caterina Pasqualino (anthropologue).17h : pause17h30-18h30 : DiscussionVENDREDI 10 NOVEMBRE 2017MuCEM auditorium Germaine Tillion TROUER LE RÉCIT CONTINU : ESPACES BLANCS, HISTOIRES POTENTIELLES ET CONTREFACTUELLESModération : Vanessa Brito (ESADMM)et Anna Dezeuze (ESADMM) Une manière de refuser le caractère nécessaire de l’état des choses est, pour les historiens, d’imaginer à partir de ce qui s’est amorcé mais non développé dans l’histoire, ce qu’aurait pu être le futur de ces passés inaboutis. Il est possible d’écrire une autre histoire à partir des avenirs non advenus – une histoire fictive, contrefactuelle, mais offrant des ressources à l’action, en dehors de l’évidence du présent. Ces expériences d’écriture en histoire, pratiquées parfois en anthropologie, peuvent alors rencontrer des expériences artistiques de mise en récit. Ce qui nous permettra d’interroger les usages artistiques du document et de l’archive, le statut de la fiction et les régimes de véridicité.9h30-11h45 : Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou (historiens), Vincent Meessen (artiste), Uriel Orlow (artiste).11h45 : pause12h15-13h : DiscussionL’EXPOSITION COMME FORME D’ÉCRITUREModération : Sylvie Collier (UAM) et Jean-Roch Bouiller (MuCEM)Exposer est une opération commune à l’artiste et au chercheur en sciences humaines et sociales. On expose des images, mais aussi une pensée et des arguments. Qu’il soit visuel ou textuel, le montage construit du sens, tisse des récits et propose une narration. Aujourd’hui, philosophes et historiens de l’art cherchent des points de convergence entre la forme-livre et la forme-exposition. Des anthropologues, sociologues et historiens co-construisent des expositions dans des musées de société. Le commissariat de recherche pose clairement la question de l’engagement de l’art par rapport à la connaissance et nous rend à l’évidence que laproduction du savoir est indissociable de ses formes de monstration et d’exposition. Une réflexion commune sur les enjeux de cette forme de narration ouvre encore un espace de dialogues entre nos recherches respectives.14h30-17h00 : Nadine Gomez (directrice du Musée Gassendi et du « Cairn »), Yann-Philippe Tastevin (anthropologue),  (artiste), Philippe Artières (historien).17h : pause17h30-18h30 : Discussion et clôture.(...)

Lire la suite

Séminaire Economie et Histoire

Séance spéciale de séminaire - Jeudi 19 octobre 2017 - 15:00L’historie et l’économie s’intéressent actuellement à l’ensemble des phénomènes sociaux. Leurs approches mobilisent à la fois des questionnements et des méthodes différentes. Le but de ce séminaire sera d’enrichir l’étude de ces objets partagés en confrontant approches et méthodes à partir de quelques dossiers thématiques. Ces dossiers comptent se focaliser, entre autres, sur la mobilité sociale et intergénérationnelle, le rôle du mariage, et l’impact de l’urbanisation sur des différents phénomènes sociaux.Le séminaire aura lieu un jeudi par mois, en alternance entre le Centre Norbert Elias et l’AMSE.Organisateurs : Jean Boutier, Cecilia Garcia-Peñalosa, Alain Trannoy, Arundhati Virmani.Séance du 19 octobre 2017Alain Trannoy - Questions de mobilité intergénérationnelle: Les élites françaises  Discutant : Jean Boutier> Voir le détail de la programmation à venir sur l'affiche(...)

Lire la suite

Rencontres musico-doctorales de Paris à Marseille

Rencontre - Jeudi 22 juin 2017 - 10:00Ces journées, organisées par le Centre Norbert Elias et le Centre Georg Simmel avec le soutien de l'EHESS, se donnent pour objectif de mettre en lumière des travaux de doctorant.e.s travaillant sur la musique.Vous trouverez dans le programme de ces rencontres des communications sur les thèmes de la programmation des musiques du monde, de l'apprentissage de la techno, du music-hall, mais bien d'autres encore. (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27