Les chercheurs correspondants | Les chercheurs correspondants

Pierre-Yves Beaurepaire

Pierre-Yves Beaurepaire

 

Né en 1968, agrégé et docteur en histoire, Pierre-Yves Beaurepaire est depuis 2003 professeur d’histoire moderne à l’université de Nice Sophia-Antipolis, où il dirige le Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (EA 1193). Il est membre de l'Institut universitaire de France depuis 2007 et lauréat de la Japanese Society for the Promotion of Science. Il a enseigné à l'Université d'État de San Francisco, à l'Université de Tôkyô, à l'Université de Tunis, à l'Université Libre de Bruxelles et participé au développement de l'Université de la Nouvelle Calédonie. Ancien délégué scientifique à l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur, il a coordonné le programme CITERE (Circulation, Territoires et Réseaux en Europe de l'Âge classique aux Lumières/ Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks) labellisé par l'Agence nationale de la recherche, auquel est associé le Centre Norbert Elias. Il est cofondateur du groupe de recherches RES-HIST (Réseaux & Histoire) : http://reshist.hypothèses.org/

Auteur d'une quinzaine d'ouvrages dont certains ont été traduits en arabe, espagnol, japonais ou encore en bulgare, il a dirigé les Cahiers de la Méditerranée  et créé les collections « Les Méditerranées » et « Franc-maçonnerie » aux éditions Classiques Garnier.

     

Domaines de recherche

  • Histoire culturelle de l’Europe

  • Réseau sociaux et culturels

  • Lumières plurielles

  • Histoire de la Franc-maçonnerie européenne et coloniale XVIIIe-XIXe siècles

  • Culture de la mobilité au XVIIIe siècle

  • Réseaux de correspondance et ego-documents

  • Le Pacifique au XVIIe-XIXe siècle

     

Travaux

  • L’Autre et le Frère. L’Étranger et la Franc-maçonnerie en France au xviiie siècle. 4 volumes, 1070 p. Thèse de doctorat soutenue le 10 janvier 1997, Université Lille 3 Charles de Gaulle, puis Université d’Artois, Alain Lottin dir. Prix Le Monde de la Recherche Universitaire.

  • Sociabilité, Franc-maçonnerie et réseaux relationnels. Contributions pour une histoire sociale et culturelle de l’espace européen des Lumières. 4 volumes, 68 p., 207 p., 215 p., 261 p. Habilitation à diriger des recherches soutenue le 23 novembre 2002, Université Paris IV Sorbonne, Lucien Bély dir.

     

Ouvrages de recherche

  • Les Francs-Maçons à l’orient de Clermont-Ferrand au XVIIIe siècle, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, Institut d’Etudes du Massif Central, 1991, volume XLI, 365 p.

  • L’Autre et le Frère. L’Etranger et la Franc-maçonnerie en France au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, Les dix-huitièmes siècles 23, 1998, 872 p.

  • L’Europe des francs-maçons (XVIIIe-XXIe siècle), Paris, Belin, Europe & Histoire, 2002, 325 p.

  • Nobles jeux de l’arc et loges maçonniques dans la France des Lumières. Enquête sur une sociabilité en mutation, Montmorency, Ivoire-clair, « les architectes de la connaissance », 2002, 245 p.

  • L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Histoire, 2003, 231 p.

  • Le mythe de l’Europe française. Diplomatie, culture et sociabilités au temps des Lumières, Paris, Autrement, collection « Mémoires », 2007, 304 p.

      

Ouvrages de synthèse 

  • avec Charles Giry-Deloison, La Terre et les Paysans en France et en Grande-Bretagne XVIIe-XVIIIe siècles, Neuilly, Atlande, 1999, 351 p.

  • « La République Universelle des francs-maçons. De Newton à Metternich », Rennes, Ouest-France, De mémoire d’homme: l’histoire, 1999, 210 p.

  • La Plume et le Compas au siècle de l’Encyclopédie. Franc-maçonnerie et culture de la France des Lumières à la France des notables, Paris, EDIMAF, 2000, 128 p.

  • « L’Europe des Lumières », Paris, Presses universitaires de France, Que sais-je ? n°3715, 2004, 128 p. (traduction en langue arabe, 2007, bulgare et espagnole, 2009).

  • « Les francs-maçons au siècle des Lumières », Préface de Katsumi Fukasawa, Tôkyô, éditions Yamakawa-Shuppansha,Yamakawa Lectures 005, 2009, 148 p. (ISBN 978-4-634-47505-2).

  • avec Silvia Marzagalli, Atlas de la Révolution française, à paraître aux éditions Autrement, collection « Atlas » en 2009.

      

Edition scientifique d’actes de colloques internationaux

  • La Plume et la Toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, Artois Presses Université, Histoire, 2002, 346 p.

  • avec Dominique Taurisson, Les ego-documents  à l’heure de l’électronique. Nouvelles approches des espaces et des réseaux relationnels, Montpellier, Presses universitaires de Montpellier, 2003, 555 p. (édition intégrale en ligne : http://www.egodoc.revues.org/ )

  • Crises, conflits et guerres en Méditerranée (XVIe-XXe siècles). Histoire et géostratégie, Cahiers de la Méditerranée, 2005, n°70-71, 193 p., 243 p.

  • La Franc-maçonnerie en Méditerranée (XVIIIe-XXIe siècle). Circulations, modèles, transferts, Cahiers de la Méditerranée, 2006, n°72, 420 p.

  • avec Jens Häseler et Antony McKenna, Réseaux de correspondance à l’âge classique (XVIe-XVIIIe siècle), Saint-Etienne, Publications de l’université de Saint-Etienne, 2006, 382 p.

     

Édition électronique

  • avec Valérie Duhal, L’Europe des Lumières, le voyage du jeune prince russe M. N. Golitsyn dans l’Europe des Lumières, cédérom, Arras, 2001, Université d’Artois, Bureau des nouvelles Technologies éducatives.

  • avec Dominique Taurisson, Edition et instrumentation électronique du Journal de Marie Daniel Bourrée de Corberon : http://www.egodoc.revues.org/corberon/      

     

Contributions à des ouvrages en collaboration (sauf actes de colloques) 

  • Encyclopédie de la Franc-maçonnerie, Paris, Librairie générale française, « Enyclopédies d’aujourd’hui », 2000, 982 p. (45 articles signés PYB).

  • Luis P. Martin, sous la direction de, Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-maçonnerie XVIIIe-XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

  • « Les Nobles Jeux d’arc à la fin de l’Ancien Régime : miroir d’une sociabilité en mutation », Société et religion en France et aux Pays-Bas XVe-XIXe siècle, Mélanges en l’honneur d’Alain Lottin, textes réunis par Gilles Deregnaucourt, Arras, Artois Presses Université, Histoire, 2000,  p. 539-551.

  • « Des Lumières à la Restauration. La tentation académique et l’exigence d’utilité publique des élites maçonniques arrageoises au XIXe siècle », Arras, le savoir et la curiosité. Aspects de la vie culturelle dans une ville-préfecture au XIXe siècle, Mémoires de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Arras, 6e série, tome III, Arras, 2000, p. 21-31.

  • Alain Montandon dir., Le livre de l’hospitalité. Accueil de l’étranger dans l’histoire des cultures, Paris, Bayard, 2004, p. 1550-1570.

  • Storia d’Italia, Annali 21, La Massoneria, a cura di Gian Mario Cazzaniga, « ‘Grand Tour’, ‘République des Lettres’ et reti massoniche : une cultura della mobilità nell’Europe dei Lumi », Turin, Giulio Einaudi, 2006, p. 32-49.

  • « Les objets du culte maçonnique » in Michel Figeac, sous la direction de, L’Ancienne France au quotidien, Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 2007, p.  363-366.

  • L’ancienne France au quotidien. Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, sous la direction de Michel Figeac, Paris, Armand Colin, 2007, p. 363-366.

  • La France de la Ve République 1958-2008, sous la direction de Jean Garrigues, Paris, Armand Colin, 2008, p. 327-328.

     

Articles publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture

  • « La Saint-Barthélemy des patriotes, sentiment de persécution et signes victimaires chez Agrippa d’Aubigné et Jacques-René Hébert », Annales Historiques de la Révolution Française, n°298, octobre-décembre 1994, n°4, p. 687-693.

  • « Le rayonnement et le recrutement étranger d’une loge maçonnique au service du négoce protestant : Saint-Jean d’Ecosse à l’orient de Marseille au XVIIIe siècle », Revue Historique, CCXCIII/2, 1996-1, p. 263-288.

  • « Fraternité universelle et pratiques discriminatoires dans la Franc-maçonnerie des Lumières », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 44-2, avril-juin 1997, pp. 195-212.

  • « Le cosmopolitisme des Lumières à l’épreuve : la Réunion des Etrangers à l’orient de Paris de la fin de l’Ancien Régime au Premier Empire », Revue historique, CCXCX /4, n°608, 1999, p. 795-823.  (traduction danoise).

  • « ‘Une école pour les sciences’. Le collège des Philalèthes et la tentation académique des élites maçonniques lilloises à la fin de l’Ancien Régime », Revue du Nord, tome LXXXI, n° 332, études sur Les élites dans la France du Nord (XVe-XXe siècle). Composition, pouvoirs et éthique sociale réunies par Philippe Guignet, octobre-décembre 1999, pp.  723-744.

  • « Les véritables auteurs de la Révolution de France de 1789 démasqués. Discours de persécution et crimes d’indifférenciation chez F. N. Sourdat de Troyes », Dix-Huitième siècle, n°32, 2000, p. 483-497.

  • « La recherche maçonnique en France en quête d’identité et de reconnaissance », Zeitschrift für Internationale Freimaurer-Forschung, 2001, 6. Heft, p. 57-67.

  • « D’un rivage à l’autre. Médiations et appropriations culturelles dans l’espace  maçonnique atlantique », L’Atlantique au XVIIIe siècle, numéro spécial de Dix-huitième siècle, n°33, dirigé par Marcel Dorigny, 2001, pp. 219-230.

  • « La République universelle des francs-maçons entre « culture de la mobilité » et basculement national (XVIIIe-XIXe siècles) », Circulation et cosmopolitisme en Europe, numéro spécial de la Revue de synthèse coordonné par Henriette Asséo, cinquième série,2002, tome 123, p. 37-64.

  • « Lumières maçonniques et christianisme », dans Dix-huitième siècle, numéro spécial Christianisme et Lumières, 34 (2002), p. 27-40.

  • « Les officiers ‘moyens’ : culture et sociabilité », Histoire Economie & Société, numéro spécial Etat et administrateurs de rang moyen dans l’Europe moderne dirigé par Michel Cassan, 2004, n°4, p. 541-550.

  • « Théâtre de société et Franc-maçonnerie aristocratique dans l’Europe des Lumières : une rencontre réussie », actes de la journée d’étude de Paris, Les théâtres de société au XVIIIe siècle organisée par Dominique Quéro, Université de Paris-Sorbonne, CELLF 17e-18e (UMR 8599 du CNRS) et CRHT, 14 juin 2003, Revue d’histoire du théâtre, 2005, n°1, p. 53-59.

  • « La Franc-maçonnerie observatoire des trajectoires et des dynamiques sociales au XVIIIe siècle », Politiques et cultures, numéro spécial de Dix-huitième siècle dirigé par Michel Porret, 2005, n°37, p. 17-30.

  • « The Universal Republic of the Freemasons and the Culture of Mobility in the Enlightenment », French Historical Studies, special issue « Mobility in French History », 2006, 29/3, summer 2006, p. 407-431.

  • « De la charité à la philanthropie, de la bienfaisance à la lutte contre l’exclusion. Voyage au cœur du projet philosophique et de société de la franc-maçonnerie (XVIIIe-XXIe siècles) », La Pensée et les Hommes, dossier thématique sur « Philosophies et idéologies maçonniques », 51e année, n°66, 2008, p. 71-79.

     

Articles publiés dans des revues scientifiques 

  • « Une rencontre insolite : Nobles Jeux de l’Arc et loges maçonniques au XVIIIe siècle », Renaissance Traditionnelle, n°107/108, juillet-octobre 1996, 27e année, p. 141-64.

  • « Un creuset maçonnique dans l’Europe des Lumières : la loge de la Candeur, orient de Strasbourg », Revue d’Alsace, 1998, tome 124, fascicule 602, p. 89-120.

  • « Le cosmopolitisme maçonnique dans les villes méditerranéennes au XVIIIe siècle », numéro thématique : Du cosmopolitisme en Méditerranée (XVIe-XXe siècles), Cahiers de la Méditerranée, n°67, décembre 2003, p. 33-50.

  • « L’engagement pacifiste et internationaliste des francs-maçons des Baléares (fin XIXe siècle début XXe siècle). Naissance et affirmation d’une culture politique », numéro thématique : Modernité et insularité en Méditerranée, Cahiers de la Méditerranée, n°68, juin 2004, p. 121-132.

  • « Marie-Daniel Bourrée de Corberon et Karl-Heinrich von Heyking : deux itinéraires maçonniques entre Paris, Varsovie  et Saint-Pétersbourg à la tombée des Lumières », Slavica Occitania n°24, 2007, La franc-maçonnerie et la culture russe, p. 25-51.

     

Communications publiées dans des actes de colloques scientifiques 

  • « A la croisée des chemins de la sociabilité. Les Nobles Jeux de l’arc en France au XVIIIe siècle », Sport, éducation et art XIXe-XXe siècles, Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, colloque Jeux et sport IV, Amiens, 1994, Paris, CTHS, Jeux et sports dans l’histoire 4, septembre 1996, p. 275-287.

  • « Les intermédiaires maçonniques entre la France et la Scandinavie au XVIIIe siècle », à paraître dans les Actes du colloque franco-nordique, Paris, Institut finlandais et Centre culturel suédois, 9-11 mai 1996, Les intermédiaires culturels entre la France et les pays nordiques au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation.

  • « La Franc-maçonnerie calaisienne revisitée  (1784-1800) », Bulletin historique et artistique du Calaisis, n°145-146-147, juin 1996, p. 3-31.

  • « Au  cœur de l’expansion maçonnique au siècle des Lumières : la correspondance fraternelle et ses réseaux », Pierre Albert dir., Correspondre jadis et naguère, Actes du 120e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, colloque sur La Correspondance jadis et naguère, Aix-en-Provence, 23-29 octobre 1995, Paris, éditions du CTHS, 1997, pp. 337-47.

  • « Frontière maçonnique et médiations culturelles en France au siècle des Lumières », communication à paraître dans les Actes du colloque de Fourmies, Frontière, Frontières, 15-16 mai 1998.

  • « Le réveil des structures maçonniques locales sous le Directoire et au début du Consulat », Jacques Bernet, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers éd., Du Directoire au Consulat, I. Le lien politique et social local sous le Directoire et au début du Consulat, Actes de la table ronde de Valenciennes, 13 et 14 mars 1998, Lille, Presses du Septentrion, Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 20, 1999, p. 97-110.

  • « Fraternité universelle des francs-maçons et pratiques discriminatoires : un nécessaire devoir de mémoire », Christine Gaudin-Naslin dir., La mémoire des francs-maçons, Sociabilité, culture et patrimoine, Les Cahiers du GHRIS n°10, 1999, p. 41-57.

  • « Les loges maçonniques littorales face à la politique centralisatrice des obédiences parisiennes au XVIIIe siècle », Gérard Le Bouëdec et François Chappé dir., Pouvoirs et littoraux du XVe au XXe siècle, Actes du colloque international de Lorient des 24-26 septembre 1998, Presses Universitaires de Rennes, Histoire, 2000, p. 181-189.

  • « A la rencontre de l’autre et du frère. Voyageurs et francs-maçons dans la France des Lumières » dans Jean-Denys Devauges et Didier Masseau éd., Le voyage en France 1740-1914, Actes du colloque international de Compiègne, 30-31 mai 1997, Compiègne, 2000, p. 62-70.

  • « ‘Réunir des hommes qui sans cela seraient restés à perpétuelle distance’ : Étrangers, voisins et frères dans le temple maçonnique », Elisabeth Détis éd., Images de l’altérité dans l’Europe des Lumières. Le Spectateur européen, volume 1, Actes du colloque international de Montpellier Voisins, voisines : interfaces culturelles dans l’Europe des Lumières, premier colloque international du Centre interdisciplinaire de recherche sur les Iles britanniques et l’Europe des Lumières, Université Paul-Valéry Montpellier III, 11-12 juin 1999, Presses de l’Université de Montpellier 3, 2000, pp.33-58.

  • « Le Grand Maître marquis de Gages et les relations maçonniques gallo-belges au XVIIIe siècle », Actes du colloque La figure et l’œuvre du Marquis de Gages réunis par le Professeur Alain Dierkens, Université libre de Bruxelles, Institut d’Etude des Religions et de la Laïcité, 12 mai 2000, Bruxelles, Problèmes d’histoire des religions, tome XI, Editions de l’Université de Bruxelles, 2000, p. 31-37.

  • « ‘Il est midi, Vénérable Maître’. Le temps d’Hiram ou les rythmes de la sociabilité maçonnique au XVIIIe siècle » à paraître dans les Actes du colloque international de Lyon Les rythmes de la ville (XVe-XXe siècle) Université Lumière Lyon II, Centre Pierre-Léon, 28-29 avril 2000, réunis par Olivier Zeller.

  • « Les Irlandais dans les loges maçonniques Françaises au XVIIIe siècle », Ma Begoña Villar Garcia éd., La emigración irlandesa en el siglo XVIII, Xe Congrès international des Lumières, 25-31 juillet 1999, Dublin, Actes de la table ronde sur L’émigration irlandaise en Europe au XVIIIe siècle, Université de Malaga, 2000, Estudios y Ensayos 43, p 63-79.

  • « L’Art royal et les muses. Lien maçonnique et médiations artistiques au XVIIIe   siècle », à paraître dans les Actes du colloque international d’Oxford sur Les échanges artistiques entre France et Grande-Bretagne (1730-1850), Maison française d’Oxford, 30 juin-1er juillet 2000, Oxford, Voltaire Foundation.  

  • « Les métamorphoses de la philanthropie maçonnique des Lumières au Samu social : naissance d’une culture politique », à paraître dans les actes du colloque de Lille, Culture et démocratie : les formes paradoxales de la voie associative, Université Charles-de-Gaulle Lille 3, 23-25 novembre 2000, réunis par Laurence Allard et Odile Parsis-Barubé.

  • « La sociabilité maçonnique à l’heure des notables et des capacités. Jalons pour l’étude d’une mutation décisive » dans Hervé Leuwers éd., Elites et sociabilité au XIXe siècle : héritages, identités, préface de Maurice Agulhon, Actes de la journée d’étude de Douai, 27 mars 1999, Université Charles de Gaulle Lille 3, Centre de Recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 27, Lille, Presses du Septentrion, 2001, pp. 33-50.

  • « L’ouverture d’un horizon académique : académiciens et francs-maçons messins au XVIIIe siècle », Académies et sociétés savantes en Europe, 1650-1800, textes réunis par Daniel-Odon Hurel et Gérard Laudin, Actes du colloque international de Rouen, 14-17 novembre 1995, Paris, Honoré Champion, Colloques, congrès et conférences sur le classicisme, 2001, p. 303-316.

  • « Frontière maritime et transferts culturels. L’accueil des étrangers dans les loges maçonniques littorales des Lumières au Premier Empire », dans Stéphane Curveiller, Denis Clauzel, Christophe Leduc éd., Le détroit : zone de rencontres ou zone de conflits, troisième colloque européen de Calais, Bulletin historique et artistique du Calaisis, n° 173, 2001, p. 181-191.

  • « L’Europe des Lumières maçonniques : construction, réseaux et représentations », dans Christiane Villain-Gandossi éd., L’Europe à la recherche de son identité, Actes du 125e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Lille, 10-15 avril 2000, Paris, éditions du CTHS, 2002, pp. 305-316.

  • « Le noble franc-maçon : un modèle sociable dans la France des Lumières ?», La  noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle, un modèle social, colloque des 3, 4 et 5 mai 2001, Université de Bordeaux III, Michel-de-Montaigne, Actes réunis par Michel Figeac, Josette Pontet, Marie Boisson, Anglet, Atlantica, 2003, tome I, pp.  157-172.

  • « La ville en jeu. L’évolution des jeux d’adresse à la fin de l’Ancien Régime : un processus de folklorisation et de marginalisation sociale ? », dans Philippe Guignet éd., Le Peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945) II, colloque de Lille, 22-24 novembre 2001, Université Lille 3 Charles-de-Gaulle, Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du nord-Ouest, Lille, 31, 2003, p. 141-154.

  • « Sortir de l’impasse « maçonnologique » : Les sources d’une histoire interculturelle de la Franc-maçonnerie européenne », Eric Saunier et Christine Gaudin-Naslin éd., Franc-maçonnerie et histoire,  Bilan et perspectives, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 330, 2003,  p. 53-64.

  • « Les voyages des francs-maçons. Une institution européenne au  XVIIIe siècle », Les voyages à l’époque moderne, actes de la journée d’étude de l’Association des Historiens Modernistes, 1er décembre 2001, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2004, p. 47-63.

  • « Sociabilité maçonnique et réseaux intellectuels autour d’Ignaz von Born, figure centrale de l’Aufklärung autrichienne », Wladimir Berelowitch et Michel Porret éd., Réseaux intellectuels et sociabilité culturelle en Europe de 1760 à la Restauration, actes du colloque de Genève-Coppet, 4-6 décembre  2003, à paraître.

  • « Conclusions », Informer, créer, gouverner. De quelques usages de la correspondance à travers les âges, actes du colloque de Reims 22-24 octobre 2003, à paraître.

  • « Loisirs et sociabilités maçonniques au XVIIIe siècle », Robert Beck, Anne Madoeuf éd., Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine, actes du colloque international Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine, Une approche comparative, monde occidental monde musulman, Tours 15-17 mai 2003, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, « Perspectives historiques », 12, p. 37-44.

  • « Franc-maçonnerie, espace public et vie de société », Katia Béguin et Olivier Dautresme éd., La ville et l’esprit de société, actes de la journée d’études du 27 mai 2002, Presses universitaires François-Rabelais, Maison des sciences de l’homme « Villes et territoires », 2004, p. 33-53.

  • « La circulation des diplomates, aristocrates et voyageurs dans l’Europe des Lumières : une piste pour suivre les francs-maçons espagnols », José Antonio Ferrer Benimeli éd., La Masonería en Madrid y en Espana del siglo XVIII al XXI, X Symposium Internacional de Historia de la Masoneria Espanola, Leganés (Madrid), del 2 al 6 de septiembre de 2003, Gobierno de Aragon, Coleccion Actas, 64, 2004, tome I, p. 423-441.

  • « Les relations maçonniques franco-russes au XVIIIe siècle d’après le Journal du diplomate Marie-Daniel Bourrée de Corberon », Jean-Pierre Poussou, Anne Mézin et Yves Perret-Gentil éd., L'influence française en Russie au XVIIIe siècle, Actes du colloque tenu à Paris les 14-15 mars 2003, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2004, p. 47-64.

  • « L’instrumentation électronique appliquée aux écrits du for privé. Le projet « Le monde de Marie-Daniel Bourrée de Corberon », Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu éd., Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2005, p. 247-253.

  • « A la rencontre du ’Vertueux Sarmate’. Les relations maçonniques franco-polonaises au XVIIIe siècle », Jaroslaw Dumanowski et Michel Figeac éd., Noblesse française et noblesse polonaise. Mémoire, identité, culture, XVIe-XXe siècles, Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2006, p. 275-286.

  • « Correspondances, passeports et signalements maçonniques : un dispositif original de la mobilité en Méditerranée au XVIIIe siècle », Claudia Moatti et Wolfgang Kaiser, Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, actes du colloque international de Naples, 2-4 décembre 2004, Paris, Maisonneuve & Larose-MMSH, 2007, « L’atelier méditerranéen », p. 387-398.

  • « Culture de la mobilité et échanges intellectuels entre la Suisse alémanique et la France : la correspondance de Diethelm Lavater avec les francs-maçons français », Michèle Crogiez-Labarthe, Sandrine Battistini et Karl Kürtös, Les Ecrivains suisses alémaniques et la culture francophone au XVIIIe siècle, Genève, Slatkine éditions, 2008, p. 345-353. 

     

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

La Position du chercheur

Colloque - Mercredi 08 novembre 2017 - 09:00Le colloque est co-organisé par l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée, le MuCEM et le Centre Norbert Elias. Il aura lieu les 8-9 et 10 novembre 2017Le positionnement éthique ou politique d’un chercheur se construit à travers ses méthodes de travail. En sciences humaines et sociales, ces méthodes sont autant de manières de faire au sein du discours. Elles mobilisent un ensemble de gestes et d’opérations qui concernent aussi la recherche artistique. C’est sur ces gestes partagés que nous souhaitons amener le dialogue entre recherches scientifiques et pratiques artistiques.Nous partons de la part commune de matérialité du travail de recherche – la confrontation avec les matériaux, les archives et les témoignages – pour susciter un dialogue autour des gestes de la collecte, des méthodes d’enquête, des formes d’écriture et d’exposition. Admettre que celles-ci ne traduisent pas seulement des résultats, mais constituent en soi des chantiers théoriques et artistiques, c’est ouvrir un espace d’échanges entre arts et sciences sociales.Notre démarche consiste davantage à décloisonner les discours qu’à interroger la spécificité de nos recherches respectives. L’enjeu est de penser la recherche en dehors des frontières disciplinaires afin de constituer un laboratoire de réflexivité et d’innovation offrant aux uns et aux autres la possibilité de déplacer son regard sur ses objets et ses pratiques.MERCREDI 8 NOVEMBRE 2017Centre de la Vieille Charité – Cinéma Le Miroir9h30 : mots d’ouverture, conseil scientifique.ENGAGEMENT ET DISTANTIATION : LE CHERCHEUR ET SON TERRAINModération : Boris Pétric (Centre Norbert Elias)Comment évaluer la proximité ou la distance par rapport à son sujet de travail ? L’implication du chercheur conditionne son intelligence des problèmes à étudier ou des situations à documenter. En témoignent de nombreuses réflexions sur le placement de la caméra, mais aussi sur la place des émotions dans l’énonciation historique, ou encore sur le rôle heuristique des procédés littéraires et des techniques théâtrales de distanciation. Ce dialogue entre chercheurs et artistes vise à interroger le caractère heuristiquement fécond de l’implication sensible du chercheur, ainsi que le rôle du désir dans le geste de chercher.10h00 : Philipe Bazin et Christiane Vollaire11h : Discussion11h30 : pause12h-13h : Kapwani Kiwanga 13h-15h : pause déjeunerModération : Vanessa Brito (ESADMM)15h-15h30 : présentation de la revue Sensibilités par Quentin Deluermoz (il nous faudra réserver une autre salle).16h projection de L’hypothèse du Mokélé Mbembé (1h18) et débat avec Marie Voignier.18h : pauseModération : (intervenant à confirmer)18h30-20h : projection et débat avec Jeff Silva JEUDI 9 NOVEMBRE 2017MuCEM – auditorium Germaine TillionISOLER, CADRER, CONFRONTER : ENJEUX DES GESTES DE LA COLLECTEModération : Lotte Arndt (ESAD Valence-Grenoble) et Dorothée Dussy (CNE) Comment se constitue un objet de recherche ? Tout commence, comme le rappelle Michel de Certeau, avec le geste de mettre à part. Les premiers gestes consistent à collecter, à isoler, à cadrer, à confronter des sources, à opérer des changements de focale. Ils ont une force qui leur est propre, ils fabriquent du sens. Quels effets cela produit sur nos possibilités de compréhension ? Comment un objet se transforme en document, en objet archéologique ou ethnographique ? Qu’est-ce qui se perd lors de cette transformation qui est aussi un abandon de liens et de possibles ? Un des objectifs sera de confronter les enjeux de différents gestes et pratiques de la collecte réalisées par des chercheurs et des artistes.9h30-11h30 : Mathieu Abonnenc (artiste), Romain Bertrand (historien), Benoît de l’Estoile (anthropologue).11h30 : pause12h-13h : Discussion DONNER VOIX, REPHRASER, MONTER : LA RECHERCHE DE FORMES D’ÉNONCIATIONModération : Nicolas Feodoroff (FID) et Aude Fanlo (MuCEM) (à confirmer)Comment faire parler des objets ? Comment prolonger la puissance de parole de voix isolées ou disparues ? Ces questions animent de nombreuses démarches artistiques. Elles sont aussi au cœur de l’anthropologie visuelle ou de la réflexion que certains historiens portent sur l’écriture de l’histoire, l’usage et le traitement de l’archive. Que l’on construise un récit littéraire, cinématographique ou historique, ces questionnements entraînent de nouveaux usages de la citation et de la paraphrase, du découpage et du montage, de la voix off et de la figure du narrateur. Ils produisent des formes d’énonciation plurielle qui donnent à l’objet de la recherche la possibilité de se constituer comme sujet et d’évaluer lui-même son propre statut. 14h30-17h : Patrick Boucheron (historien), Arlette Farge (historienne), Natacha Nisic (artiste), Caterina Pasqualino (anthropologue).17h : pause17h30-18h30 : DiscussionVENDREDI 10 NOVEMBRE 2017MuCEM auditorium Germaine Tillion TROUER LE RÉCIT CONTINU : ESPACES BLANCS, HISTOIRES POTENTIELLES ET CONTREFACTUELLESModération : Vanessa Brito (ESADMM)et Anna Dezeuze (ESADMM) Une manière de refuser le caractère nécessaire de l’état des choses est, pour les historiens, d’imaginer à partir de ce qui s’est amorcé mais non développé dans l’histoire, ce qu’aurait pu être le futur de ces passés inaboutis. Il est possible d’écrire une autre histoire à partir des avenirs non advenus – une histoire fictive, contrefactuelle, mais offrant des ressources à l’action, en dehors de l’évidence du présent. Ces expériences d’écriture en histoire, pratiquées parfois en anthropologie, peuvent alors rencontrer des expériences artistiques de mise en récit. Ce qui nous permettra d’interroger les usages artistiques du document et de l’archive, le statut de la fiction et les régimes de véridicité.9h30-11h45 : Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou (historiens), Vincent Meessen (artiste), Uriel Orlow (artiste).11h45 : pause12h15-13h : DiscussionL’EXPOSITION COMME FORME D’ÉCRITUREModération : Sylvie Collier (UAM) et Jean-Roch Bouiller (MuCEM)Exposer est une opération commune à l’artiste et au chercheur en sciences humaines et sociales. On expose des images, mais aussi une pensée et des arguments. Qu’il soit visuel ou textuel, le montage construit du sens, tisse des récits et propose une narration. Aujourd’hui, philosophes et historiens de l’art cherchent des points de convergence entre la forme-livre et la forme-exposition. Des anthropologues, sociologues et historiens co-construisent des expositions dans des musées de société. Le commissariat de recherche pose clairement la question de l’engagement de l’art par rapport à la connaissance et nous rend à l’évidence que laproduction du savoir est indissociable de ses formes de monstration et d’exposition. Une réflexion commune sur les enjeux de cette forme de narration ouvre encore un espace de dialogues entre nos recherches respectives.14h30-17h00 : Nadine Gomez (directrice du Musée Gassendi et du « Cairn »), Yann-Philippe Tastevin (anthropologue),  (artiste), Philippe Artières (historien).17h : pause17h30-18h30 : Discussion et clôture.(...)

Lire la suite

Séminaire Economie et Histoire

Séance spéciale de séminaire - Jeudi 19 octobre 2017 - 15:00L’historie et l’économie s’intéressent actuellement à l’ensemble des phénomènes sociaux. Leurs approches mobilisent à la fois des questionnements et des méthodes différentes. Le but de ce séminaire sera d’enrichir l’étude de ces objets partagés en confrontant approches et méthodes à partir de quelques dossiers thématiques. Ces dossiers comptent se focaliser, entre autres, sur la mobilité sociale et intergénérationnelle, le rôle du mariage, et l’impact de l’urbanisation sur des différents phénomènes sociaux.Le séminaire aura lieu un jeudi par mois, en alternance entre le Centre Norbert Elias et l’AMSE.Organisateurs : Jean Boutier, Cecilia Garcia-Peñalosa, Alain Trannoy, Arundhati Virmani.Séance du 19 octobre 2017Alain Trannoy - Questions de mobilité intergénérationnelle: Les élites françaises  Discutant : Jean Boutier> Voir le détail de la programmation à venir sur l'affiche(...)

Lire la suite

Rencontres musico-doctorales de Paris à Marseille

Rencontre - Jeudi 22 juin 2017 - 10:00Ces journées, organisées par le Centre Norbert Elias et le Centre Georg Simmel avec le soutien de l'EHESS, se donnent pour objectif de mettre en lumière des travaux de doctorant.e.s travaillant sur la musique.Vous trouverez dans le programme de ces rencontres des communications sur les thèmes de la programmation des musiques du monde, de l'apprentissage de la techno, du music-hall, mais bien d'autres encore. (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27