Equipes de recherche | Jeunes docteurs

Esther Sanz Sanz

Coordonnées professionnelles

Thèse soutenue le 17 novembre 2016 à l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse sous la direction de Bernard Hubert en cotutelle de thèse avec l’Universidad Autónoma de Madrid (UAM)

 

Titre de la thèse

Planification urbaine et agriculture

Méthodologie systémique de caractérisation de l’agriculture périurbaine à partir d’une recherche empirique en France et en Espagne


Membres du jury de thèse
M. Christopher R. Bryant, professeur associé à l’Université de Montréal (rapporteur)
M. José Farina Tojo, professeur à l’Universidad Politécnica de Madrid (rapporteur)
Mme Josefina Gomez Mendoza, professeure émérite à l’UAM
M. Bernard Hubert, directeur d'études à l’EHESS (directeur de thèse)
M. Rafael Mata Olmo, professeur à l’UAM (directeur de thèse)
M. Claude Napoléone, ingénieur de recherche à l’INRA – UR Écodev d’Avignon
M. Pascal Thinon, ingénieur de recherche à l’INRA – UMR Innovation de Montpellier
M. Axel TimpeI, enseignant associé à la RWTH Aachen University Ouest, Allemagne
 


Résumé 

L’agriculture n’a été abordée par l’urbanisme que dans sa dimension paysagère, au titre de composante du système d’espaces ouverts. Aujourd’hui, les enjeux collectifs attachés à la multifonctionnalité de l'agriculture et les nouvelles préoccupations citadines autour de la sécurité alimentaire, légitiment la prise en compte de l’agriculture dans la planification territoriale par sa dimension productive. Or, si les outils d’urbanisme existants basés sur le zonage peuvent être utilisés pour protéger le foncier agricole, ils tiennent difficilement compte des spécificités de l’agriculture en tant qu’activité économique évolutive dans les zones sous influence des villes. L’agriculture ne peut pourtant pas être préservée si les agriculteurs ne se maintiennent pas. En outre, les approches des agricultures périurbaines sont souvent focalisées sur la distance au centre urbain, et ce seul critère ne suffit pas pour rendre compte de leur diversité.


Dans cette perspective, nous proposons une méthodologie systémique de caractérisation de l’agriculture périurbaine adaptée à l’échelle de l’action publique et opérationnelle pour la pratique de l’urbanisme. Combinant des analyses géomatiques avec des enquêtes de terrain et la lecture du paysage in situ, nous donnons à lire la diversité des activités agricoles périurbaines par la caractérisation d’unités spatiales d’agriculture périurbaine (USAPU) à partir de critères relevant de la structure, du fonctionnement et la gestion du paysage, et qui renvoient à des éléments actionnables en alternative ou en complémentarité aux zonages. La démarche de construction des USAPU est en outre transposable à d’autres situations, sans nécessiter de lourdes enquêtes de terrain. Elle a été validée par une confrontation empirique à deux cas d’études contrastés (Avignon et Madrid). Enfin, la méthode permet de discriminer les espaces productifs potentiellement réactifs à des incitations institutionnelles et donc d’orienter l’action publique dans les espaces où elle sera la plus efficiente.


Mots clés

Urbanisme, agriculture périurbaine, méthodologie, USAPU, paysage, planification spatialisée de l’alimentation

Centre Norbert Elias

Unité mixte de recherche 8562
Marseille et Avignon
EHESS / CNRS / Avignon Université / Aix-Marseille Université

--

EHESS Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

--

Avignon Université
Campus Hannah Arendt
74, rue Louis Pasteur
84 000 Avignon
France

--

04 91 14 07 27
contact@centrenorbertelias.fr