CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : PAGOPI

Programmes | Autres programmes

PAGOPI

Approche interdisciplinaire des conséquences de la pollution environnementale par l’agent orange et les pesticides utilisés par les agriculteurs dans la péninsule Indochinoise

Approche interdisciplinaire des conséquences de la pollution environnementale par l’agent orange et les pesticides utilisés par les agriculteurs dans la péninsule Indochinoise

Porteurs du projet
Françoise Paris (Université de Montpellier), Pierre Journoud (Université de Montpellier), Bernard Formoso (Université de Montpellier).

Membres du consortium
Eve Bureau-Point, Jean-Pierre Daurès, Thi Lan Anh Ha, Ngoc Thanh Le, Can Liem Luong, Serge Morand, Thy My Anh Neildez, Anna Owhadi-Richardson, Truong Pham, Bérénice Rouazebattistini, Charles Sultan, Tri Tuyet Anh Tran

Mots-clés
Agent orange, pesticides, santé, génétique, péninsule indochinoise

Résumé
Caractérisée par des épandages massifs de défoliants à des fins militaires et par un long déni de ses conséquences, la guerre chimique conduite entre 1961 et 1974 par les États-Unis et leur allié vietnamien a contaminé plusieurs millions de personnes, au Sud-Vietnam, et de façon plus marginale, au Laos et au Cambodge. Par les quantités et la nature des agents chimiques utilisés, dont 65% d’agent orange, comme par l’ampleur du bilan humain et écologique, cette tragédie sans précédent dans l’histoire des guerres continue à produire des effets délétères sur les écosystèmes et les êtres humains. Les conséquences de la dioxine sont depuis longtemps soupçonnées de se transmettre de génération en génération. Il est devenu d’autant plus urgent d’en démontrer les mécanismes biologiques, biochimiques ou génomiques, que l’utilisation des pesticides dans le monde agricole s’est généralisée dans cette région déjà martyr. Incubé par l’Association Française pour l’expertise de l’Agent orange et des Perturbateurs Endocriniens (AFAPE), le programme de recherches PAGOPI vise, dans une première étape, à recueillir le plus de données scientifiques possibles sur les conséquences sanitaires et environnementales de la guerre chimique, comme sur les effets des pesticides utilisés par les agriculteurs. Une douzaine d’enseignants-chercheurs de six disciplines appartenant aux sciences de la vie et aux sciences sociales couvriront quatre pays de la péninsule indochinoise – le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et le Vietnam. Leur état des lieux permettra la concrétisation, dans une deuxième étape, d’une mission d’expertise de haut niveau chargée de rechercher des arguments scientifiques irréfutables, en particulier sur l’effet transgénérationnel de la dioxine. En érigeant la guerre chimique des années 1960 en modèle expérimental humain pour l’étude des perturbateurs endocriniens, les participants au programme PAGOPI espèrent non seulement contribuer à en panser les plaies, mais aussi faciliter la prévention des catastrophes écologiques et sanitaires d’aujourd’hui et de demain liées à la multiplication des perturbateurs endocriniens dans notre quotidien. Associant étroitement monde académique et monde associatif, ce programme s’avère ambitieux dans ses objectifs, résolument interdisciplinaire dans sa conception et inédit dans ses méthodes.

Dans la même rubrique

Centre Norbert Elias

Unité mixte de recherche 8562
Marseille et Avignon
EHESS / CNRS / Avignon Université / Aix-Marseille Université

--

EHESS Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

--

Avignon Université
Campus Hannah Arendt
74, rue Louis Pasteur
84 000 Avignon
France

--

04 91 14 07 27
contact@centrenorbertelias.fr