CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : "Mon corps m'appartient" ( ?) - L'enjeu du corps et l'apport des sciences sociales au débat bioéthique : 17 et 18 mai 2018

Les journées d'études, les colloques, les séminaires |

"Mon corps m'appartient" ( ?) - L'enjeu du corps et l'apport des sciences sociales au débat bioéthique : 17 et 18 mai 2018

dans le cadre des journées d'études "dimension sexuée de la vie sociale"

"Mon corps m'appartient" ( ?)  

L'enjeu du corps

et l'apport des sciences sociales au débat bioéthique

 

EHESS, La Vieille Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille

2è étage Salle A

 

17 et 18 mai 2018

 

Journées « dimension sexuée de la vie sociale »

organisées par Irène Théry, Laurence Hérault et Agnès Martial

 

Le cinquantenaire de Mai 68 nous rappelle que la formule « Mon corps m’appartient » s’est alors imposée au sein du nouveau mouvement féministe pour exprimer le sentiment d’une aliénation persistante malgré l’égalité des droits politiques, exprimer l’aspiration des nouvelles générations de femmes à une profession autonome et à leur émancipation au sein de la sphère privée  et familiale, et en particulier revendiquer la légitimité du recours à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Aujourd’hui cette formule a perdu son ancien caractère d’évidence au point que dans un récent ouvrage la philosophe catholique traditionaliste Marianne Durano place sous le titre « Mon corps ne vous appartient pas » (2018) son ambition de dénoncer trois apports du dernier demi-siècle comme autant d’appropriations du corps des femmes par les biotechnologies, et donc autant de formes d’aliénation qui devraient être supprimées : la contraception orale, l’IVG et la PMA avec don (en particulier pour les couples de femmes).

Cet usage quelque peu inattendu de la référence à la « propriété de soi » ne témoigne pas seulement d’une stratégie habile de communication. Il démontre que la question du corps –que ce soit à travers le rapport entre corps et personne, le lien entre corps et action, la relation entre propriété de soi et respect de l’autre que soi, ou encore la tension entre aspiration à l’autonomie et inscription dans un monde commun, appel aux techniques reproductives et critique de l’emprise des techno-sciences –  demeure une question souvent simplifiée à outrance.

Les débats qui se déroulent aujourd’hui dans la perspective de la rénovation des lois de bioéthique témoignent de cette difficulté à « penser le corps ». Ainsi, il est fréquent que le corps soit réduit au « biologique », comme si les deux mots étaient synonymes, et que l’on puisse confondre le corps  avec  la nature, et l’attention au corps avec le naturalisme. A propos de la Procréation Médicalement Assistée (PMA), le discours commun ne cesse de mettre en scène l’alternative obligée entre le « parent biologique » et le « parent social »… comme si un parent cessait d’être « social » parce qu’il est aussi le géniteur de l’enfant, et comme si un donneur de gamètes était assimilable à un « parent biologique », alors même que le sens social du don d’engendrement est justement de permettre à d’autres de devenir parents.

L’objet de ces journées est de présenter des travaux qui, à distance de ces confusions et simplifications, se sont efforcés de réinvestir  dans l’étude de la PMA et des débats bioéthiques, les apports majeurs de l’anthropologie et de l’histoire du corps, pour explorer un corps humain toujours-déjà inscrit dans un monde social, toujours investi de sens et de valeur, et donc irréductible à sa dimension physique. Par delà, loin de penser le corps comme une simple « propriété » du « moi » selon une conception dualiste de la personne ( a self and a body) l’approche relationnelle du genre dénoue les paradoxes en mettant  au centre de sa réflexion la capacité du corps non seulement de ressentir et percevoir, mais d’agir et pâtir à la manière humaine, autrement dit de mettre en oeuvre l’action dotée de sens.

On s’efforcera de montrer que les sciences sociales peuvent échapper à l’alternative du biologique et du social, mettre en perspective le conflit démocratique, et  éclairer d’un jour nouveau des thématiques aussi diverses que les revendications des personnes intersexes, l’autoconservation des ovocytes, l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, l’anonymisation des dons et l’accès aux origines, la gestation pour autrui.

Document(s) à télécharger

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Être jeune à Marseille

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 09:00Le Centre Norbert Elias présente une exposition des travaux photographiques de doctorants et étudiants de master réalisés au cours des ateliers de la Fabrique des écritures.Menés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin, ces ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie et ses usages dans les sciences sociales, avec l’objectif d’expérimenter la photographie comme source de connaissance.Ces séances pratiques s’inscrivent dans le séminaire de recherche de l’EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales » (Enseignement 2017-2018). Les photographes Anaïs Baseilhac - Rue des ConvalescentsDes personnes âgées hébergées dans une maison de retraite médicalisée évoquent leurs souvenirs de jeunesse.Davide Cacchioni - Jeunes… par dessus le marchéReportage sur les nouveaux producteurs et artisans du marché bio du cours Julien. Violaine Chevrier - Quart d’airLe temps d’un quart d’heure les élèves se retrouvent pour une bouffée d’air dans le sas d’entrée du Lycée Saint-Charles, mi-dedans, mi-dehors, dans un espace à la fois libre et encadré. Margot Bergerand - Traits d’unionReportage sur les activités d'accompagnement scolaire et la fanfare de la Dar Lamifa, un lieu associatif engagé, animé par des bénévoles.Emma Cavalleri - The non-symbolic workIls sont boulanger, menuisier, luthier... portraits des nouveaux artisans marseillais, à rebours de la pensée de Robert Reich qui affirme que pour être compétitif il faut développer des emplois symboliques.Joëlle Rivier - Je veux être au sommet du videReportage autour de l’atelier d’écriture et d’intervention urbaine mené par des jeunes du Lycée Saint-Exupéry, communément appelé Lycée « Nord ».Ziyu Lin - Une vie différentePortraits d’étudiants chinois en France et, en contrepoint, les difficultés d’intégration qu’ils rencontrent au quotidien.(...)

Lire la suite

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre (...)

Lire la suite

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre Norbert Elias
EHESS - Campus Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

04 91 14 07 27