CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Laure Marchis-Mouren – Les manifestations taurines populaires en Camargue, 24 novembre 2017

Les soutenances 2017 |

Laure Marchis-Mouren – Les manifestations taurines populaires en Camargue, 24 novembre 2017

Thèse soutenue le 24 novembre 2017 à l'Université d'Avignon (École doctorale 537 « Culture et patrimoine »).

Candidate
Laure Marchis-Mouren

Domaine
Sciences de l'information et de la communication

Titre
Les manifestations taurines populaires en Camargue et leurs publics : un champ social entre équilibre et tension

Jury
Emmanuel Ethis, Professeur à l’Université d’Avignon, Recteur de l’académie de Nice, Chancelier des Universités
Marie-Pierre Fourquet-Courbet, Professeure à l’Université d’Aix-Marseille (rapporteure)
Daniel Jacobi, Professeur émérite à l’Université d’Avignon
Damien Malinas, Maître de conférences à l’Université d’Avignon
Sandra Ott, Professeure à Nevada University Reno, Etats-Unis
Estelle Rouquette, conservateur du Musée de la Camargue, Parc Naturel Régional de Camargue
Frédéric Saumade, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille
Jacques Walter, Professeur à l’Université de Lorraine (rapporteur)

Résumé
Une culture populaire, installée sur un territoire restreint depuis au moins deux siècles, a-t-elle encore un avenir à l’ère de l’uniformisation du monde des loisirs ? Lorsque l’on parle de la culture taurine camarguaise, la question des publics est primordiale. L’élevage extensif du taureau de Camargue, qui est une des vocations de ce territoire, est peu à même d’assurer la rentabilité des exploitations agricoles par la seule fourniture de bêtes pour des jeux taurins… Or, on s’accorde à penser que les spectateurs des courses camarguaises sont plutôt ruraux et âgés. Est-ce vraiment le cas ? En somme, l’avenir des courses et, au-delà, l’équilibre écologique du territoire, dépendent du renouvellement des publics de la culture taurine. Peu connues en dehors de la Provence et du Languedoc, les manifestations taurines camarguaises deviennent pourtant très populaires sitôt franchies les frontières de la Camargue et de ses alentours. Pourquoi l’engouement autour de ces « traditions », puisqu’elles sont ainsi désignées par les publics, est-il si fort ? En commençant par des entretiens semi-dirigés avec des passionnés de courses camarguaises, nous avons pu esquisser les premiers traits d’un champ social (Bourdieu, 1992) de la course camarguaise. Cette thèse, inscrite dans le domaine des Sciences de l’Information et de la Communication, étudie le champ de la course camarguaise. Ce champ, relativement autonome, mais dépendant du contexte social, économique et politique dans lequel il évolue, est un univers où se jouent des rapports de force, de domination et d’intérêts parmi les acteurs qui le composent. Une enquête quantitative réalisée à partir de 626 questionnaires récoltés dans les arènes permet d’esquisser les caractéristiques des publics de la course camarguaise. Plusieurs mécanismes de transmission ont été identifiés. La transmission intergénérationnelle est complétée par un mécanisme d’intégration qui dépasse les frontières du champ. Les amateurs sont médiateurs envers les spectateurs néophytes et le sentiment d’appartenance à la communauté de la bouvine renforce le champ.

Title
Popular taurine events in Camargue and their audiences : social perspectives and controversy

Abstract
Can a two-century old local tradition survive the globalization of leisure and recreation? When it comes to bull racing, studying the audience/spectators is important. Extensive bull-breeding, which is one of the main industries in Camargue, is not really profitable and cannot survive by breeding bulls for racing alone. The common assumption is that the spectators of Camargue bull races tend to be rather old rural folks. If this is really the case, the future of bull racing and the ecological balance of the territory depend on audience renewal of taurine culture. Little known outside Provence and Languedoc, taurine events remain quite popular in Camargue and surrounding areas. Why is the interest of locals for these so-called “traditions” so keen? As we started interviewing aficionados for this research we were able to outline a social field (Bourdieu, 1992) for Camargue bull racing. This thesis, pertaining to Information and Communication sciences, focuses on the field of Camargue bull racing. This field is fairly autonomous, yet relies on the social, economic and political context. It belongs to a universe of conflicting interests and power struggles between social actors. A quantitative survey compiled from 626 questionnaires provides a first outline of the audiences of Camargue bull racing. Several transmission mechanisms have been identified. Intergenerational transmission is complemented by an integration mechanism that transcends the field’s borders. Aficionados act as mediators for first-time spectators and the feeling of belonging to the “bouvine” community strengthens the field.

Centre Norbert Elias

Unité mixte de recherche 8562
Marseille et Avignon
EHESS / CNRS / Avignon Université / Aix-Marseille Université

--

EHESS Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

--

Avignon Université
Campus Hannah Arendt
74, rue Louis Pasteur
84 000 Avignon
France

--

04 91 14 07 27
contact@centrenorbertelias.fr