CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Une autre façon de raconter : 23-24 mars et 20-21 avril 2017

Les journées d'études, les colloques, les séminaires |

Une autre façon de raconter : 23-24 mars et 20-21 avril 2017

Workshop III

Une autre façon de raconter : 23-24 mars et 20-21 avril 2017

Frédéric Joulian, Pierre-Olivier Dittmar (EHESS)

EHESS-MUCEM

 les jeudi et vendredi 23 et 24 mars et 20 et 21 avril 2017

au MUCEM l’I2MP, Fort St Jean


Une Autre façon de Raconter III

Avec le soutien de la Fabrique du Centre Norbert Elias, de l’EHESS et du MUCEM

Renseignements : Laure Ginod Frédéric Joulian

 

Ce séminaire-workshop s’appuie d’abord sur diverses expériences graphiques et photographiques tentées depuis plusieurs années à la revue Techniques&culture et à nos envies et besoins d’explorer diverses collaborations entre chercheurs, dessinateurs, photographes et publics.
Ce workshop sert également de mini-plateforme pour échanger différents savoirs et expériences et lancer un nouveau projet éditorial : « Anthropo-Graphiques » mené en partenariat avec le Centre Norbert Elias (« La Fabrique ») et plusieurs partenaires français et japonais ; l’idée étant de croiser au mieux différentes traditions graphiques et narratives et de diffuser le plus largement possible les travaux des SHS. http://www.mucem.org/fr/programmation/une-autre-facon-de-raconter

 


Des images, des mots, des actes. Le chercheur qu’il soit historien, ethnologue ou naturaliste capture des fragments de réel qu’il cadre, trie, organise en fonction d’idées et d’hypothèses. Il suit, cahin-caha, un ordre, une logique qui génère des formes de récits adaptées au régime scientifique et à ses lecteurs mais pas forcément aux récits populaires dont le public a généralement l’usage. De fait, la restitution – même juste, même intense – des relations des hommes aux non-humains ou à leurs semblables ou est une source infinie de malentendus tant dans le domaine scientifique que journalistique ou public. Une telle complication nécessite de s’arrêter quelque temps au bord du chemin et de prendre le temps de l’analyse afin de réinvestir les modes d’acquisition des données et de narrations ; de penser également de nouvelles formes en phase avec les impératifs de scientificité et les contraintes de réception des personnes et objets impliqués.

Au fil des journées qui prolongeront la réflexion entamée dans le séminaire de 2013-2014 et 2015 nous interrogeons différentes formes de narration scientifique en nous focalisant sur l’usage des images dans l’analyse des interactions sociales mais également des objets et des techniques en collaboration avec nos collègues du MUCEM. Nous appuyant sur l’expérience menée depuis quelques années à la revue Techniques&culture nous nous essayons à différents exercices de style et à différentes façons d’objectiver le terrain, dès lors que l’on vise à être entendu d’un public étendu. Nous explorons différentes formes d’écritures à travers différentes expressions, muséales, fictionnelles, cinématographiques, dessinées, théâtrales ou web avec pour but de réinvestir des formes (papier ou électronique) qui échappent pour grande part aux sciences humaines au profit de productions individuelles amateurs ou commerciales généralistes.

Nous faisons ici le pari tout à la fois simple et compliqué que les scientifiques ne doivent pas seulement être des producteurs et pourvoyeurs de connaissances mais qu’ils doivent également maîtriser les nouvelles formes d’expressions dans lesquelles nous vivons -imagées et numériques- notamment. Par-delà la question de l’imagination artistique ou scientifique, nous tentons de questionner la nature des matériaux (cursifs et discursifs notamment) et les formes et objectivations les plus adéquates pour leur rendre justice.

Cette année, de concert avec les photographes, les graphistes, et plus généralement les spécialistes de l’écriture dessinée, nous déclinons les apports de ces domaines aux travaux en sciences sociales. Nous abordons plus particulièrement la question de l’écriture des SHS en bande dessinée en explorant les différentes entreprises menées tant en France, qu’en Belgique, au Japon ou au Canada. Les objectifs de ce séminaire de recherche visent autant à délinéer certains mécanismes d’intellection du social par la graphie que d’articuler cette dernière à l’écriture textuelle courante, et donc à imaginer, de façon pratique, de nouvelles éditorialisations et intermédialités plus riches pour les sciences humaines et leurs usagers.
 

Document(s) à télécharger

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Projection et débat autour du film « Le patient éclairé »

Projection-débat - Mercredi 18 avril 2018 - 16:00A l'occasion de la journée internationale du droit des patients, une projection du film « le patient éclairé » par Laura Taubman est proposée et sera suivie d'un débat autour du thème « Quelle autonomie de décision du patient face au cancer? », mercredi 18 avril 2018.Programme16h00 : projection du film au cinéma LE MIROIR, La Vieille Charité, 13002 Marseille16h40 : débat sur le thème Quelle autonomie de décision du patient face au cancer?En présence deLaura Taubman, doctorante en anthropologie et réalisatricePr Dominique Maraninchi, professeur en cancérologieDr Julien Mancini, chercheurDr Marie Bannier, chirurgienneDr Jean-François Moulin, oncologueMadame Carole Linon, ancienne patiente et bénévole de l'association Restart...et d'autres invités...INSCRIPTION GRATUITE MAIS OBLIGATOIRE SUR :www.canceropole-paca.comRENSEIGNEMENTS :canceropole-paca@univ-amu.fr ou 04 91 32 47 00 (...)

Lire la suite

Le patient éclairé. Un film documentaire sur l’autonomie du patient atteint de cancer

Échos de la recherche -Ce film est réalisé par Laura Taubman, doctorante en anthropologie visuelle au Centre Norbert Elias (2018, 40 min).Le patient éclairé est un film de recherche sur l’autonomie du patient, tourné à l’Institut Paoli-Calmettes, centre de lutte contre le cancer à Marseille. Dans une démarche de démocratie sanitaire, le film questionne le rôle du patient comme étant acteur de ses soins, lui permettant de co-construire sa prise en charge. Il examine les relations qui lient patients, médecins et soignants pour tenter de cerner les enjeux de la participation du patient ainsi que les outils humains et technologiques mis à notre disposition pour que cette participation puisse grandir et se développer au sein de la médecine moderne. Le projet, réalisé dans le cadre de la Fabrique des écritures/Centre Norbert Elias (EHESS, CNRS, AMU), a reçu le soutien du Canceropôle PACA.Clara Ducord, Directrice du Canceropôle PACA : « La lutte contre le cancer est nécessairement collective. Dans la recherche comme dans les soins. C’est le sens de l’action du Canceropôle. C’est la raison principale de notre soutien à ce film innovant : il nous éclaire sur la place, l’autonomie, l’autorité du patient dans un ensemble qui œuvre à sa prise en charge. Le sujet est émergent mais déterminant, il est donc important qu’il soit traité de façon scientifique sous une forme qui permet la diffusion, le partage, le dialogue et le débat dans la communauté cancérologique, entre chercheurs, médecins, patients et citoyens. » Laura Taubman est réalisatrice et doctorante en anthropologie visuelle au Centre Norbert Elias (EHESS) à Marseille. Elle développe un travail sur l’éducation alternative et l'autogestion, sous la direction de Boris Petric. Elle a réalisé plusieurs films dans le cadre de La Fabrique des écritures. Voir Le Patient éclairé : https://vimeo.com/253222866 Le Centre Norbert ELiasLe Centre Norbert Elias regroupe près de 150 chercheurs et doctorants à Marseille et Avignon. C'est une unité mixte de recherche (UMR 8562) sous la tutelle du CNRS, de l'EHESS, d'AMU et de l'UAPV. La fabrique des écritures. Un lieu innovant de création et de réflexion ouvert aux chercheurs en sciences sociales.Adossée au Centre Norbert Elias (UMR 8562) à Marseille, la Fabrique est à la fois :un plateau technique disposant de locaux aménagés sur le site de la Vieille Charité dans le quartier du Panier, et équipés de matériel de montage, tournage, prise de son et d’image,un atelier de co-fabrication qui fédère chercheurs, artisans et techniciens, propose de sessions pratiques d’apprentissage et favorise les partenariats avec les acteurs culturels et les institutions muséographiques,un environnement pour les chercheurs qui souhaitent développer une pensée sur les formes créatives et/ou émergentes de description et de narration de la vie sociale, notamment sur les écritures numériques,une expérimentation d’un nouveau modèle économique de diffusion des productions scientifiques, capable à la fois de garantir l’indépendance intellectuelle des auteurs et de toucher différents types de publics. Une projection-débat autour du film aura lieu le mercredi 18 avril 2018 à 16h au Cinéma LE MIROIR, La Vieille Charité, 13002 Marseille. (...)

Lire la suite

Technographies

Appel à communication - Lundi 30 avril 2018 - 18:00Renouant avec un des objectifs premiers de Techniques & Culture, ce numéro portera sur les techniques de celles et ceux qui s’intéressent aux techniques. Il s’agira d’ouvrir la boîte à outils des praticiens qui s’intéressent aux savoirs et aux savoir-faire sur le terrain, les documentent, analysent et organisent les informations recueillies, les archivent et assurent leur transmission dans différents contextes (documentation scientifique, formation, curation, réutilisation, etc.). En mettant ainsi à l’honneur ce que l’on pourrait appeler la « technographie » – désignant l’ensemble des procédés d’écriture des techniques, ce numéro visera une double finalité : penser l’évolution des pratiques des spécialistes des techniques tout en assurant leur transmission en direction de celles et ceux qui souhaitent s’engager sur la même voie...(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27