CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Godefroy Lansade – La vision des inclus. Ethnographie d'un dispositif d'inclusion scolaire à destination d'adolescents et jeunes adultes désignés handicapés mentaux – 4 octobre 2016

Les soutenances 2016 |

Godefroy Lansade – La vision des inclus. Ethnographie d'un dispositif d'inclusion scolaire à destination d'adolescents et jeunes adultes désignés handicapés mentaux – 4 octobre 2016

Thèse en anthropologie sociale soutenue 4 octobre 2016 à l'EHESS Marseille.

Candidat
Godefroy Lansade

Titre
La vision des inclus : Ethnographie d'un dispositif d'inclusion scolaire à destination d'adolescents et jeunes adultes désignés handicapés mentaux

Résumé
S’appuyant sur une enquête ethnographique approfondie de plus de trois ans et associé à une longue expérience d’enseignant, ce travail tente de rendre compte et interroge l’expérience scolaire d’adolescents et de jeunes adultes de 16 à 20 ans désignés « handicapés mentaux » scolarisés au sein d’un lycée d’enseignement professionnel. Depuis leurs points de vue - en adoptant une démarche « par le bas » - je me suis attaché à saisir le sens qu’ils donnent à leurs expériences ordinaires de lycéens « inclus » dans et à travers le dispositif ULIS (Unité localisée pour l’inclusion scolaire) auquel ils sont rattachés. Cette démarche attentive aux configurations de leur parcours d’inclusion m’a permis de décrire et interroger les impacts sociaux et éducatifs de la politique publique d’inclusion scolaire en « train de se faire » dont ils sont la cible. À partir du recueil et de l’analyse du rapport que ces adolescents et jeunes adultes entretiennent avec l’institution scolaire, la manière dont ils s’y adaptent ou s’y opposent, de leurs choix, de leurs projets, des rapports à soi et à autrui, je montre que ces jeunes interrogent les discours et les pratiques dont ils sont l’objet et s’interrogent sur leur existence de lycéen en général. Loin d’être aveugles au sens profond de leur expérience ainsi qu’aux paradoxes que le dispositif ULIS construit, je montre les contraintes sociales et institutionnelles objectives qui pèsent sur les trajectoires scolaires de ces jeunes. Mieux comprendre n’est malheureusement pas synonyme de mieux agir. Mais entendre ces jeunes, bien souvent contraints à l’invisibilité sociale, est essentiel pour qu’ils puissent être reconnus comme des acteurs capables d’énoncer leurs difficultés et leurs choix. 

Mots-clés
Inclusion scolaire - Handicap mental - Expérience - Ethnographie - Configuration - Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire - Normes - Interaction

Abstract

Based on a 3-year long ethnographic investigation as well as an extensive teaching career, this study attempts to both give an account and question the schooling of “mentally disabled” teenagers and young adults aged 16 to 20 in vocational secondary schools. From their own perspectives - and having adopted a low-standard approach, I strived to understand the way they experience their inclusion in the ULIS scheme (Localized Units for Inclusion). With particular attention to the configuration of their inclusive education, i could account for and put into question the socio-educational impacts of a public policy for inclusive education “in the making” of which they are the center. From the corpus and my analysis of the connection these teenagers and young adults have with the educational system whether they fit in or oppose it, their projects, their choices and the way they interact with others and see themselves, I demonstrate that they wonder about their high school life and question what is generally said about them and how they are perceived. This research shows that these students do have a clear vision of their experience and understand the paradoxes at the core of the ULIS scheme. I also focus on the objective social and institutional constraints weighing heavily on their school trajectories. A better understanding doesn’t necessarily imply a better action. Still, it is essential to listen to these socially invisible youngsters so as to empower them as people able to express their difficulties and make their own choices.

Jury
Yannick Jaffré, Centre Norbert Elias/CNRS (Directeur de thèse)
Alain Marchive, Professeur émérite de l'Université de Bordeaux
Eric Plaisance, Professeur émérite de l'Université Paris Descartes
Isabelle Ville, Directrice de recherche à l'INSERM, directrice d'études à l'EHESS
Florence Weber, Professeur à l’École Normale Supérieure de Paris

Centre Norbert Elias

Unité mixte de recherche 8562
Marseille et Avignon
EHESS / CNRS / Avignon Université / Aix-Marseille Université

--

EHESS Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

--

Avignon Université
Campus Hannah Arendt
74, rue Louis Pasteur
84 000 Avignon
France

--

04 91 14 07 27
contact@centrenorbertelias.fr