CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Le mot du directeur

Le Centre Norbert Elias |

Le mot du directeur

Comment analyser le monde social à l’heure de la globalisation ? Cette question ne se pose plus seulement aux anthropologues et aux sociologues, mais concerne aussi les historiens. Nous partageons un ensemble de défi pour analyser et penser le monde social en prenant en compte les jeux d’échelle, en étant sensible à la question des circulations, en étant attentif aux réseaux multiples qui façonnent une réalité sociale.

Que faire des outils conceptuels classiques qui sont passés à l’examen critique ces trois dernières décennies ? Étudie-t-on une société nationale, une classe sociale, un groupe ethnique ou une culture ? Doit-on continuer à privilégier la réflexion à l’intérieur d’une aire culturelle ? À quelle échelle doit-on analyser la réalité sociale ?

Toutes ces questions fédèrent les chercheurs de notre laboratoire qui ont conscience de l’importance de la circulation, des flux et des réseaux dans la construction du monde social. Ces prises en compte ont des incidences sur la manière de concevoir notre objet de recherche et de faire parler nos corpus empiriques.

Le tournant critique initié dans les années 1990 nous amène à redéfinir certains enjeux théoriques et méthodologiques des sciences sociales. Pour ce faire, nous sommes persuadés de l’unité des sciences sociales et nous privilégions les études qualitatives et empiriques et notre démarche collective de recherche donne une place de premier plan à la comparaison entre disciplines, entre sociétés et entre aires culturelles. Ces questions nous fédèrent en particulier autour de l’écriture où l’on s’interroge sur le statut de l’objectivité, la réflexivité ou encore sur les différentes stratégies narratives dans les sciences sociales.

Telles sont quelques grandes questions qui animent le projet intellectuel du Centre Norbert Elias.

Nous sommes les héritiers d’une tradition intellectuelle qui s’est développée au sein de l’EHESS autour de chercheurs ayant laissé une empreinte significative sur des questions épistémologiques (Jean-Claude Passeron, Jean-Pierre Olivier de Sardan, Jean-Louis Fabiani). Et nous possédons un potentiel de recherche pour participer à  ces débats qui sont au coeur du renouvellement des frontières entre disciplines, autour des jeux d’échelles, du dépassement des aires culturelles ou de l’histoire croisée.

Nos chercheurs mènent des travaux empiriques dans plusieurs aires culturelles en Europe, en Afrique, mais aussi en Asie. Ils cherchent notamment à développer des projets sensibles aux circulations, aux flux, aux mouvements et au changement social qui ne se limitent plus à la mobilisation de notions qui répondent à des découpages spatio-temporel canoniques.

Boris Pétric

Bibliographie

Jean-Claude Passeron & Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS (coll. Enquête) 2005.

Jean Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l'argumentation (nouvelle édition revue et augmentée), Paris, Albin Michel, 2006 (1re édition Nathan, 1991).

Irène Théry & Pascale Bonnemère (dir.), Ce que le genre fait aux personnes, Paris, Éditions de l’EHESS (coll. Enquête), 2008.

Jean-Pierre Olivier de Sardan, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l'interprétation socio-anthropologiques, Louvain-La-Neuve, Bruylant-Academia, 2008.

Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s'écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l'EHESS (coll. Cas de figure), 2015.

 

 

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre (...)

Lire la suite

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre (...)

Lire la suite

La Grande Guerre des gens « ordinaires »

Colloque - Jeudi 14 juin 2018 - 14:00Comité d’organisation :Agnès Steuckardt, Université Montpellier 3, Praxiling, UMR 5267Corinne Gomila, Université de Montpellier, Praxiling, UMR 5267Chantal Wionet, Université d’Avignon, Centre Norbert Elias, UMR 8562Le Centenaire de la Grande Guerre a suscité de vastes collectes d’archives. La plateforme Europeana 14-18 compte à présent près d’un million de ressources numérisées ; prévue pour durer quelques semaines, la Grande collecte a rencontré un tel succès qu’elle se poursuit encore, quatre ans après son lancement en novembre 2013. Des initiatives plus spécialisées ont rassemblé les correspondances des familles peu lettrées (projet Corpus 14, labellisé Mission Centenaire), ou encore les testaments de soldats (projet Testaments de guerre des Poilus parisiens : 1914-1918). En 2018, la Révolution numérique met à disposition des chercheurs et du grand public un trésor d’archives jusqu’ici inaccessibles (projet Cendari, Feldpost, Letters from the First World War 1916-1918, par exemple). InscriptionsAdresse du colloque :  colloque3go@univ-montp3.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre Norbert Elias

La Vieille Charité
2, rue de la Charité
F-13 002 Marseille

Tél. : 04 91 14 07 27

 

- Lettre d'information
- HAL Archives ouvertes
- Twitter