CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Stéphanie Pourquier-Jacquin – Le temps des possibles. Consolidation et affranchissement des sociabilités cinéphiles à l'université : le cas avignonnais, 30 novembre 2015

Les soutenances 2015 |

Stéphanie Pourquier-Jacquin – Le temps des possibles. Consolidation et affranchissement des sociabilités cinéphiles à l'université : le cas avignonnais, 30 novembre 2015

Candidate
Stéphanie Pourquier-Jacquin

Titre de la thèse
Le temps des possibles – Consolidation et affranchissement des sociabilités cinéphiles à l'université : le cas avignonnais

Jury
Christine Détrez, Maître de Conférences HDR à l'ENS Lyon (rapporteure)
Emmanuel Ethis, Professeur à l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse, Recteur de l'Académie de Nice et Chancelier des Universités, Directeur de thèse
Yves Jeanneret, Professeur au CELSA, Paris-Sorbonne (rapporteur)
Damien Malinas, Maître de Conférences à l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse
Emmanuel Pedler, Directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales
Vincent Thabourey, Coordinateur de Cinémas du Sud
Yves Winkin, Professeur à l'ENS Lyon, Directeur du musée des Arts et Métiers

Résumé
Ce travail de recherche en sciences de l'information et de la communication aborde d'un point de vue communicationnel et sociologique les pratiques cinématographiques des étudiants en s'appuyant sur l'exemple des étudiants de l'Université d'Avignon. Alors que le cinéma est la première pratique culturelle des étudiants, ce travail interroge, dans une première partie, la place de l'université dans les pratiques culturelles et la manière dont les étudiants construisent leur identité culturelle et cinématographique. À partir d'observations menées à l'Université d'Avignon, d'une enquête quantitative et d'entretiens réalisés auprès d'étudiants, notre recherche aborde la manière dont s'articule le rapport au cinéma en tant que pratique de sortie et les prolongations de celle-ci par les apports des technologies numériques.

La seconde partie de cette thèse envisage le glissement depuis la salle de cinéma vers une pratique cinématographique mobile. Les manières d'appréhender le septième art sont aujourd'hui multiples et participent à la construction d'une culture cinématographique étudiante. À travers ce travail, nous abordons les différentes modalités de réception ainsi que la manière dont elles s'ancrent, par le biais des outils numériques, dans la pratique cinématographique, faisant de l'étudiant un spectateur aux multiples figures.

Centre Norbert Elias

Unité mixte de recherche 8562
Marseille et Avignon
EHESS / CNRS / Avignon Université / Aix-Marseille Université

--

EHESS Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

--

Avignon Université
Campus Hannah Arendt
74, rue Louis Pasteur
84 000 Avignon
France

--

04 91 14 07 27
contact@centrenorbertelias.fr