CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Séjin Park : « Contribution à une sociologie de l'hominisation. Une expérience de pensée anthropologique à la lueur des données actuelles » : 4 septembre 2015

Les soutenances de thèse | Les soutenances 2015

Séjin Park : « Contribution à une sociologie de l'hominisation. Une expérience de pensée anthropologique à la lueur des données actuelles » : 4 septembre 2015

Dans le cadre de la formation doctorale en sciences sociales (Marseille) Ecole doctorale de l'EHESS 286

Avis de soutenance de thèse de doctorat

Vendredi 4 septembre 2015 à 14h30, EHESS, Centre Vieille Charité, salle de réunion

(3e étage).

 

Candidat : Séjin Park, doctorant Centre Norbert Elias

Titre de la thèse : « Contribution à une sociologie de l'hominisation. Une expérience de pensée anthropologique à la lueur des données actuelles. »

 

Jury :

Jean-Luc Bonniol, professeur émérite à Aix-Marseille Université, rapporteur Laurent Dousset, HDR, directeur d’études à l’EHESS Georges Guille-Escuret, HDR, directeur de recherche au CNRS, directeur de thèse Frédéric Joulian, maître de conférence à l’EHESS, co-directeur de thèse Régis Meyran, HDR, chercheur associé au LIRCES, rapporteur

Résumé de thèse :

Prenant le contre-pied du rejet de l’évolutionnisme en anthropologie contemporaine, cette thèse s’emploie à explorer l’évolution des sociétés tout au long de la succession de différents représentants du genre Homo. En raison de l’« invisibilité du social » dans les vestiges matériels laissés par eux, cette entreprise a nécessairement recours à l’expérience de pensée procédant par la question du type « que se passerait-il si… ». Il s’ensuit des conjectures sur la vie sociale des hominidés, dont le bien-fondé se mesure à l’aune de leur capacité de tenir compte des données actuelles de la paléontologie, de la préhistoire, de la primatologie ou de l’ethnologie. De façon plus générale, la thèse entend jeter les bases d’une sociologie de l’hominisation qui s’oppose par son affirmation de l’irréductibilité du social au projet sociobiologiste. En effet, la présente étude adopte face aux sociétés d’hominidés la même attitude que celle d’une sociologie classique : elle cherche à comprendre les conditions d’émergence des différentes façons d’organiser la vie en société. Cette enquête aboutit à l’hypothèse d’une tripartition des mondes au cours de l’hominisation, un accent particulier étant mis sur les mécanismes/principes sociologiques qui les distinguent. La vie sociale au sein de ces trois mondes est analysée en termes d’articulation entre modes de subsistance/production et modes de reproduction. La thèse réexamine aussi quelques-uns des traits propres aux sociétés d’Homo sapiens, tels que la prohibition de l’inceste, la division sexuelle du travail et la formation du collectif de propriétaires à travers le principe de parenté.

Rubriques à consulter

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Rencontres musico-doctorales de Paris à Marseille

Rencontre - Jeudi 22 juin 2017 - 10:00Ces journées, organisées par le Centre Norbert Elias et le Centre Georg Simmel avec le soutien de l'EHESS, se donnent pour objectif de mettre en lumière des travaux de doctorant.e.s travaillant sur la musique.Vous trouverez dans le programme de ces rencontres des communications sur les thèmes de la programmation des musiques du monde, de l'apprentissage de la techno, du music-hall, mais bien d'autres encore. (...)

Lire la suite

Dimension sexuée de la vie sociale

Journée(s) d'étude - Jeudi 16 mars 2017 - 09:30Ces journées d’étude analyseront les reformulations que révèle, dans la parenté, la circulation des choses, des corps ou des personnes au sein d’un monde globalisé. Trois phénomènes majeurs seront envisagés, du plus récent au plus ancien : les nouvelles techniques de reproduction, du don de gamètes à la gestation pour autrui, l’adoption internationale et ses déclinaisons, la migration. Les circulations qu’ils recouvrent tendent en effet à questionner, troubler ou reformuler les relations entre parents comme les rapports de genre. Elles interrogent les frontières nationales et les législations qui leur sont associées, suscitent de nouvelles formes de mobilités, redéfinissent les  identités et les appartenances. Quels éléments circulent, sous quelles formes et par quelles voies lorsqu’il s’agit de procréer, de construire une famille, de faire vivre ou de maintenir l’existence des liens entre parents ? À quelles relations donnent lieu ces circulations, qu’il s’agisse du « voyage » que représente le transfert de paillettes de sperme, de la figure lointaine d’une gestatrice connue ou non, des liens construits dans les parcours d’adoption internationale ou de la manière dont la distance et la mobilité tendent à reformuler les liens familiaux en situation de migration ?  À la croisée de la parenté, de la citoyenneté et de la nationalité, on questionnera enfin les dispositifs d’affiliation, de reconnaissance et d’appartenance que révèlent ces différentes circulations.(...)

Lire la suite

Aide humanitaire et aide au développement : problèmes et perspectives

Débat - Mardi 31 janvier 2017 - 18:00Rony Brauman et Jean-Pierre Olivier de Sardan, directeur d'études à l'EHESS,  débattent autour du thème « Aide humanitaire et aide au développement : problèmes et perspectives », le mardi 31 janvier 2017(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27