CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Séjin Park – Contribution à une sociologie de l'hominisation. Une expérience de pensée anthropologique à la lueur des données actuelles, 4 septembre 2015

Les soutenances 2015 |

Séjin Park – Contribution à une sociologie de l'hominisation. Une expérience de pensée anthropologique à la lueur des données actuelles, 4 septembre 2015

Candidat
Séjin Park

Titre de la thèse
Contribution à une sociologie de l'hominisation. Une expérience de pensée anthropologique à la lueur des données actuelles.

Jury
Jean-Luc Bonniol, professeur émérite à Aix-Marseille Université, rapporteur
Laurent Dousset, HDR, directeur d’études à l’EHESS
Georges Guille-Escuret, HDR, directeur de recherche au CNRS, directeur de thèse
Frédéric Joulian, maître de conférence à l’EHESS, co-directeur de thèse
Régis Meyran, HDR, chercheur associé au LIRCES, rapporteur

Résumé de thèse
Prenant le contre-pied du rejet de l’évolutionnisme en anthropologie contemporaine, cette thèse s’emploie à explorer l’évolution des sociétés tout au long de la succession de différents représentants du genre Homo. En raison de l’« invisibilité du social » dans les vestiges matériels laissés par eux, cette entreprise a nécessairement recours à l’expérience de pensée procédant par la question du type « que se passerait-il si… ». Il s’ensuit des conjectures sur la vie sociale des hominidés, dont le bien-fondé se mesure à l’aune de leur capacité de tenir compte des données actuelles de la paléontologie, de la préhistoire, de la primatologie ou de l’ethnologie. De façon plus générale, la thèse entend jeter les bases d’une sociologie de l’hominisation qui s’oppose par son affirmation de l’irréductibilité du social au projet sociobiologiste. En effet, la présente étude adopte face aux sociétés d’hominidés la même attitude que celle d’une sociologie classique : elle cherche à comprendre les conditions d’émergence des différentes façons d’organiser la vie en société. Cette enquête aboutit à l’hypothèse d’une tripartition des mondes au cours de l’hominisation, un accent particulier étant mis sur les mécanismes/principes sociologiques qui les distinguent. La vie sociale au sein de ces trois mondes est analysée en termes d’articulation entre modes de subsistance/production et modes de reproduction. La thèse réexamine aussi quelques-uns des traits propres aux sociétés d’Homo sapiens, tels que la prohibition de l’inceste, la division sexuelle du travail et la formation du collectif de propriétaires à travers le principe de parenté.

Centre Norbert Elias

Unité mixte de recherche 8562
Marseille et Avignon
EHESS / CNRS / Avignon Université / Aix-Marseille Université

--

EHESS Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

--

Avignon Université
Campus Hannah Arendt
74, rue Louis Pasteur
84 000 Avignon
France

--

04 91 14 07 27
contact@centrenorbertelias.fr