Les équipes | Doctorants

Bessam Fallah

Bessam Fallah

Doctorant à l'équipe Culture et Communication d'Avignon

 

Bessam FALLAH est architecte et docteur en sciences de l’information et de la communication. À travers ses recherches menées en Tunisie, en France et au Canada, il s’intéresse au patrimoine du XXe siècle, au patrimoine urbain et à la question du développement local en lien avec le patrimoine. Ses travaux concernent les procédures de reconnaissance et d’évaluation du patrimoine aux prises avec les approches intégratives et à la multiplication des acteurs. Ses recherches portent sur les dispositifs de prise en charge des dimensions patrimoniales dans la gestion de villes et ce qu’elles révèlent sur les enjeux patrimoniaux contemporains.

 

ATER : Université d’Avignon, Équipe Culture et Communication, 2013-2012 et 2012-2011

 

Directeur de thèse : Davallon Jean

Titre de la thèse :

Pour une patrimonialisation intégrée au développement urbain : Élaboration des conditions de conciliation entre obligations de préservation et impératifs de développement.


Résumé de thèse :

Notre recherche étudie la patrimonialisation de l’urbain à partir des dispositifs qui sont censés encadrer le devenir du patrimoine dans les villes et qui se confrontent aux logiques de développement urbain. Notre posture théorique situe la patrimonialisation de l'urbain dans un processus historique allant d’un intérêt patrimonial pour les biens isolés, identifiés pour leurs valeurs architecturale et historique, vers un intérêt pour les ensembles urbains. Ce processus, initialement centré sur les monuments, a progressivement englobé leurs contextes pour finalement, considérer les ensembles comme des patrimoines. Désormais, la patrimonialisation de l’urbain devrait prendre en compte les multiples dimensions — sociales, économiques, matérielles — et les multiples valeurs patrimoniales, telles la valeur économique et la valeur d’usage, ainsi que les multiples acteurs impliqués. Ces évolutions ébranlent l’opposition entre la préservation du patrimoine et le développement urbain. Comment, dès lors, penser concrètement une patrimonialisation, spécifique à l’urbain, qui ne se situe plus dans la seule logique de conservations d’éléments ?

Notre travail de recherche se fonde sur une reconstruction des projets de gestion urbains dans le centre historique de la ville d’Avignon (France) à partir du croisement de données recueillies dans les documents consignés dans les archives municipales de la ville d’Avignon (couvrant la période de 1957-2004) avec des données issues d’entretiens avec des acteurs impliqués (entretiens semi-directifs avec 14 personnes ressources). Ainsi, les sources (orales) de première main permettent d’éclaircir et de compléter les sources écrites (archives). En observant les expérimentations entreprises à Avignon, depuis la Loi Malraux en 1964, nous mesurons non seulement la construction sociohistorique des pratiques locales qui se sont structurées autour de la préservation du patrimoine en rapport aux orientations nationales, mais aussi des difficultés à intégrer cette dernière dans l'évolution de la ville qui suppose une prise en compte de la ville historique dans son ensemble.

Notre recherche se concentre sur 3 moments historiques : les années 1960, 1970 et 1980. Le premier moment illustre une prise de conscience de l’urgence de préserver les quartiers historiques par la mise en place d’un Plan Permanent de Sauvegarde et de Mise en Valeur. Ce dernier reste imprégné des pratiques de conservation des monuments centrées sur les objets isolés. Le deuxième moment marque la volonté d’ancrer les projets de conservation des ensembles dans les efforts de développement urbain qui se traduit par la mise en place des Contrats Ville-Moyenne sous la supervision de l’État. Le troisième moment corresponds aux tentatives de s’affranchir du contrôle de l’état en mettant en place des Zones d’Aménagements différées par quartiers adossées sur des propositions de projets issues d’études insistant sur la dimension patrimoniale de chaque quartier. Notre analyse de ces trois moments consiste à repérer les orientations prises en faveur ou contre le patrimoine et à rendre compte des contextes et des acteurs impliqués dans ces prises de décisions. Dans un premier temps, l’analyse de ces moments permet de repérer trois 3 niveaux : la trouvaille du patrimoine, la mise en politique du patrimoine et l’action urbaine.

En nous référant à des travaux en sciences humaines (sociologie, géographie, anthropologie) et concernant spécifiquement le patrimoine(Amougou, Davallon, Gravari-Barbas, Rautenberg, Veschambres, entre autres), nous avons démontré que les orientations qui compromettent la préservation du patrimoine viennent de l’absence de lien entre les 3 niveaux. Pour dépasser ces manques de liens, nous proposons un outil pour penser la patrimonialisation de l’urbain qui réunit et met en relation les conditions de réussite de la patrimonialisation d’un ensemble urbain historique.

Notre travail de recherche a ainsi permis de produire des connaissances à visée opérationnelle. Il a ouvert plusieurs pistes qui seraient pertinentes à approfondir. Aussi, il serait intéressant d’arrimer ce travail aux derniers développements en matière de conservation urbaine portés à l'échelle internationale, par ICOMOS et par l’UNESCO. Sur le plan méthodologique, le repérage des mesures prises en faveur ou contre le patrimoine nécessiterait, compte tenu de la complexité du problème tel que posé, une analyse plus approfondie pour définir des indices en faveur de la préservation ou bien de la détérioration.

Dans ce sens, les résultats dégagés à partir du cas d’Avignon gagneraient à être confrontés à d’autres terrains.


Communications et/ou publications :

  • 2013, Fallah Bessam. Céline Hullo-Pouyat, La restauration monumentale en question : la circulaire du 5 août 1985 relative aux études préalables. In : Culture & Musées. N° 20, pp. 213-216.


EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Être jeune à Marseille

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 09:00Le Centre Norbert Elias présente une exposition des travaux photographiques de doctorants et étudiants de master réalisés au cours des ateliers de la Fabrique des écritures.Menés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin, ces ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie et ses usages dans les sciences sociales, avec l’objectif d’expérimenter la photographie comme source de connaissance.Ces séances pratiques s’inscrivent dans le séminaire de recherche de l’EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales » (Enseignement 2017-2018). Les photographes Anaïs Baseilhac - Rue des ConvalescentsDes personnes âgées hébergées dans une maison de retraite médicalisée évoquent leurs souvenirs de jeunesse.Davide Cacchioni - Jeunes… par dessus le marchéReportage sur les nouveaux producteurs et artisans du marché bio du cours Julien. Violaine Chevrier - Quart d’airLe temps d’un quart d’heure les élèves se retrouvent pour une bouffée d’air dans le sas d’entrée du Lycée Saint-Charles, mi-dedans, mi-dehors, dans un espace à la fois libre et encadré. Margot Bergerand - Traits d’unionReportage sur les activités d'accompagnement scolaire et la fanfare de la Dar Lamifa, un lieu associatif engagé, animé par des bénévoles.Emma Cavalleri - The non-symbolic workIls sont boulanger, menuisier, luthier... portraits des nouveaux artisans marseillais, à rebours de la pensée de Robert Reich qui affirme que pour être compétitif il faut développer des emplois symboliques.Joëlle Rivier - Je veux être au sommet du videReportage autour de l’atelier d’écriture et d’intervention urbaine mené par des jeunes du Lycée Saint-Exupéry, communément appelé Lycée « Nord ».Ziyu Lin - Une vie différentePortraits d’étudiants chinois en France et, en contrepoint, les difficultés d’intégration qu’ils rencontrent au quotidien.

Lire la suite

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre 

Lire la suite

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre 

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre Norbert Elias
EHESS - Campus Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

04 91 14 07 27