CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : La « coutume » comme loi pour les Kanak. Approche pragmatique d’un processus en cours (2014-2016)

Les recherches en cours |

La « coutume » comme loi pour les Kanak. Approche pragmatique d’un processus en cours (2014-2016)

Projet financé par la Mission de recherche Droit et Justice dans le cadre de l’appel à projets « L’intégration de la coutume dans le corpus normatif contemporain en Nouvelle-Calédonie ».

 

durée : février 2014 à février 2016

 

Direction du projet : Christine Demmer (chargée de recherche au CNRS) : Christine Demmer

Membres de l'équipe :

Alban Bensa (directeur d'études à l'EHESS)

Jean-louis Halpérin (professeur de droit à l'Ecole Normale Supérieure)

Michel Naepels (directeur de recherche au CNRS et à l'EHESS)

Christine Salomon (chercheur associée à l'INSERM)

Eric Soriano (Maître de conférences en Sciences politique à l'UNniversité Paul Valery, Montpellier III)

Benoît Trépied (Chargée de recherche au CNRS)

 

lien vers le GIP justice http://www.gip-recherche-justice.fr/

 

Ce projet examine les modalités de prise en charge juridique des spécificités kanak en inscrivant la réflexion sur le droit coutumier dans un cadre d’analyse large, tenant compte du lien entre revendications identitaires, incorporation de la coutume dans le droit et construction étatique. Quel contenu entend-on donner à « la coutume kanak » dans la période actuelle ? Comment la question de la défense du pluralisme juridique est-elle entrée dans le débat public avec la force qu’on lui connaît aujourd’hui ? Il s’agit d’appréhender l’évolution du processus identitaire et juridique qui se déploie en Nouvelle-Calédonie dans le cadre de l’Accord de Nouméa non seulement à l’échelle du territoire, mais aussi en tenant compte de la revendication de droits différenciés portés par les mouvements autochtones à l’ONU.

Notre équipe fait dialoguer juristes, politistes et ethnologues afin de saisir les conséquences pour les Kanak, dans les rapports sociaux quotidiens, de la reconnaissance institutionnelle de la coutume au sein de l’Etat (tant dans les tribunaux qu’au Sénat coutumier, dans des aires coutumières ou au sein des conseils des clans). Nous envisageons ainsi la notion de « coutume » non comme une réalité intangible mais comme une construction sociale continûment prise dans un processus de redéfinition, qui doit être étudiée in situ. Nos travaux se déploient en suivant quatre axes : l’examen des étapes et des formes de reconnaissance de la coutume par l’Etat ; l’analyse des élaborations discursives contemporaines sur la coutume, notamment au sein d’institutions chargées de la production de normes ; l’étude des recompositions sociales liées à l’institutionnalisation (voire à la juridicisation) de la coutume ; et l’analyse de ce que celle-ci induit dans la redéfinition étatique du fait d’être Kanak.
 

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Rencontres musico-doctorales de Paris à Marseille

Rencontre - Jeudi 22 juin 2017 - 10:00Ces journées, organisées par le Centre Norbert Elias et le Centre Georg Simmel avec le soutien de l'EHESS, se donnent pour objectif de mettre en lumière des travaux de doctorant.e.s travaillant sur la musique.Vous trouverez dans le programme de ces rencontres des communications sur les thèmes de la programmation des musiques du monde, de l'apprentissage de la techno, du music-hall, mais bien d'autres encore. (...)

Lire la suite

Dimension sexuée de la vie sociale

Journée(s) d'étude - Jeudi 16 mars 2017 - 09:30Ces journées d’étude analyseront les reformulations que révèle, dans la parenté, la circulation des choses, des corps ou des personnes au sein d’un monde globalisé. Trois phénomènes majeurs seront envisagés, du plus récent au plus ancien : les nouvelles techniques de reproduction, du don de gamètes à la gestation pour autrui, l’adoption internationale et ses déclinaisons, la migration. Les circulations qu’ils recouvrent tendent en effet à questionner, troubler ou reformuler les relations entre parents comme les rapports de genre. Elles interrogent les frontières nationales et les législations qui leur sont associées, suscitent de nouvelles formes de mobilités, redéfinissent les  identités et les appartenances. Quels éléments circulent, sous quelles formes et par quelles voies lorsqu’il s’agit de procréer, de construire une famille, de faire vivre ou de maintenir l’existence des liens entre parents ? À quelles relations donnent lieu ces circulations, qu’il s’agisse du « voyage » que représente le transfert de paillettes de sperme, de la figure lointaine d’une gestatrice connue ou non, des liens construits dans les parcours d’adoption internationale ou de la manière dont la distance et la mobilité tendent à reformuler les liens familiaux en situation de migration ?  À la croisée de la parenté, de la citoyenneté et de la nationalité, on questionnera enfin les dispositifs d’affiliation, de reconnaissance et d’appartenance que révèlent ces différentes circulations.(...)

Lire la suite

Aide humanitaire et aide au développement : problèmes et perspectives

Débat - Mardi 31 janvier 2017 - 18:00Rony Brauman et Jean-Pierre Olivier de Sardan, directeur d'études à l'EHESS,  débattent autour du thème « Aide humanitaire et aide au développement : problèmes et perspectives », le mardi 31 janvier 2017(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27