CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Le Creuset Urbain : le Renouveau et la Refondation Institutionnels dans les « capitales CUlturelles » et Leurs Ancrages territoriaux (2014-2017)

Les recherches en cours |

Le Creuset Urbain : le Renouveau et la Refondation Institutionnels dans les « capitales CUlturelles » et Leurs Ancrages territoriaux (2014-2017)

CURRICULA

"Le Creuset Urbain : le Renouveau et la Refondation Institutionnels dans les « capitales CUlturelles » et Leurs Ancrages territoriaux"

(2014-2017)

 

responsable : Emmanuel Pedler

contact : Maxime JaffréElena Raevskikh

 

Type de recherche : Recherche Fondamentale

Thème de recherche : Défi Principal : Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives

Début et durée : octobre 2014 - 60 mois
 

ANR : http://www.agence-nationale-recherche.fr/?Projet=ANR-14-CE29-0001

 

Partenaires :

University of Michigan Center for Russian, East European, and Eurasian Studies

Umeå University_[CERUM] Centre for Regional Science at Umeå University_[CERUM]

Laboratoire public

Università degli Studi di Padova Dipartimento di Scienze Storiche, Geografiche e dell'Antichità

Uniwersytet Warszawski Instytut Kultury Polskiej

 

Partner /Institution

Last Name

First Name

Position

École des Hautes Études en Sciences Sociales – Centre Norbert Elias (CNE)


Pedler


Emmanuel

Professor & Research Director

Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse – Centre Norbert Elias (CNE)

Gimello-Mesplomb

Frédéric

University Professor

Centre National de la Recherche Scientifique – Institut Marcel Mauss (IMM)

Pasquier

Dominique

CNRS Research Director

Centre National de la Recherche Scientifique – Centre Georg Simmel (CGS)


Laborde


Denis

CNRS Research Director

École des Hautes Études en Sciences Sociales – Institut Marcel Mauss (IMM)


Labbé


Morgane

Senior Lecturer EHESS

École des Hautes Études en Sciences Sociales – Centre Norbert Elias (CNE)


Boutier


Jean

Professor & Research Director

Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse – Centre Norbert Elias (CNE)


Ethis


Emmanuel

University President Professor & Research Director

Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse – Centre Norbert Elias (CNE)


Jaffré


Maxime

Adjunct Professor (ATER)

École des Hautes Études en Sciences Sociales – Centre Norbert Elias (CNE)


Raevskikh


Elena

Adjunct Professor (ATER)

Università degli Studi di Padova – Dipartimento di Scienze Storiche Geografiche e dell'Antichità

Sorba

Carlotta

Professor emeritus

University of Warsaw – Institute of Polish Culture

Rodak

Pawel

Director & Professor

University of Warsaw – Centre for Europe

Jurkiewicz-Eckert

Dorota

Professor

Umeå University – Centre for Regional Science (CERUM)

Hugoson

Rolf

Senior Lecturer in Political Science

University of Michigan – Departement of Sociology

Zubrzycki

Geneviève

Associate Professor

 

Résumé (français) :
La réflexion contemporaine autour de l’utilisation de la culture comme levier de développement économique des villes se fonde essentiellement sur le potentiel « créatif » de nouveaux dispositifs urbains, mais n'aborde jamais la question de l'influence des structures culturelles institutionnelles immersives (Heritage industry) et leurs ancrages territoriaux. Comment ces institutions réagissent-elles à la restructuration du champ concurrentiel ? Dégagent-elles des stratégies d’adaptation et d'hybridation avec de nouvelles conceptions de la culture ? Ou, à l’inverse, deviennent-elles graduellement un patrimoine obsolète et difficile à entretenir ? Privilégiant les villes européennes qui ont été élues « Capitales Européennes de la Culture », le projet CURRICULA entend décrire la capacité des structures institutionnelles de la culture à s'inscrire dans de nouvelles dynamiques urbaines et à épouser les mutations culturelles qui sont à leur origine.

Le projet CURRICULA opposera les cas contrastés (1) des Capitales Européennes de la Culture » du sud (Marseille, Gènes, Bologne) et du nord (Cracovie et Umea), (2) des villes concernées récemment par le dispositif « Capitale Européenne de la Culture », Marseille (CEC-2013), Umea (CEC-2014), et des villes qui portaient ce titre dans le passée Gènes (CEC-2004), Bologne et Cracovie (CEC-2000), (3) des modèles culturels multi-centrés (Italie, Suède) vs. des modèles culturels très centralisés (France et Pologne).

Notre objectif vise à renouer avec l'enquête empirique, réalisée non pas à partir de bases de données de seconde main, mais auprès des publics des institutions, à partir d’observations et/ou d’entretiens élaborés à nouveaux frais et traités statistiquement, pour comprendre dans quelle mesure les publics des institutions sont impliqués dans la nouvelle dynamique des politiques culturelles de l'économie créative. Les méthodes statistiques utilisées dans le projet seront caractérisés par l'utilisation de technologies nouvelles et originales (QR code Technologie: nouvelle génération de codes à barres), qui augmenteront notre capacité de production pour le traitement des données et permettront ainsi de multiplier le potentiel de rétroaction.

Dans sa perspective finale, notre enquête sera déployée à l'échelle internationale, pour comparer les villes européennes labellisées ECC avec des villes impactées par d'autres formes de dispositifs top-down. En ouvrant dans un premier temps la comparaison à l'aire américaine, nous souhaitons explorer à travers deux études de cas comment ces processus d'institutionnalisation de la culture s'implémentent – ou non – localement, dans des villes comme Détroit et Chicago. Dans un deuxième temps, nous souhaitons aborder le cas de Perm, qui se positionne, depuis quelques années, comme la nouvelle « Capitale Culturelle de la Russie ».


Abstract of the project (résumé anglais)
The use of culture as an economic tool for the development of cities is becoming a central concern in contemporary polical reflection. This is primarily focused on the impact of "creative" new urban amenities without ever addressing the question of the influence of immersive institutional cultural structures (Heritage industry) and their territorial anchors. How do these institutions react to the restructuring of this competitive field? Are they managing adaptative or hybrid strategies with new conceptions of culture? Or, conversely, do they gradually become obsolete? Focusing on European cities that were elected "European Capitals of Culture"(ECC) the CURRICULA project aims to describe the ability of cultural institutions to become part of new urban dynamics and embrace the cultural changes that generate them.

The CURRICULA project will confront contrasting cases of (1) the "European Capitals of Culture" from the south (Marseille, Genoa, Bologna) and from the north (Krakow and Umea), (2) cities recently concerned by the "European Capital of Culture" political mechanism, Marseille (ECC-2013), Umea (ECC-2014), and cities that were elected ECC in the past, Genoa (ECC-2004), Bologna and Krakow (ECC-2000), (3) multi-centered cultural models (Italy, Sweden) vs. highly centralized cultural models (France and Poland).

The project’s goal is to make use of empirical research conducted not on second hand databases, but directly with institutions’ audiences, based on observations and/or interviews developed and processed statistically, in order to understand which audiences are involved in the new dynamics of cultural policies related to the creative economy. The statistical methods applied in the project will be characterized by the use of new and original technologies (QR Code Technology: new barcode generation), which will increase our output capacity for data processing and multiply the potential for feedback.

In its final phase, our investigation will be deployed at the international level to compare European cities labeled ECC, with cities concerned by other forms of top-down mechanisms. By engaging for the first time in a comparison with the American area, we will explore through two case studies how processes of institutionalization of culture implement themselves - or not - locally, in cities such as Detroit and Chicago. In a second step, we will discuss the case of Perm, which has positioned itself over the past few years as the new "Cultural Capital of Russia".
 

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

PICASSO, voyages imaginaires

Conférence - Vendredi 16 février 2018 - 17:00A l’occasion de l’inauguration de l’exposition « Picasso, voyages imaginaires », Emilie Goudal,post-doctorante LabexMed/Fondation Gerda Henkel , Centre Norbert Elias – UMR 8562 donnera une conférence inaugurale intitulée « Picasso en héritage, modernité en partage ? Réception critique de Picasso en territoire imaginé ». Elle aura lieu le vendredi 16 février à 17h au Centre de la Vieille Charité – Salle le Miroir à Marseille. Cette conférence voudrait revenir, depuis les indépendances, sur la réception critique et la confrontation à l’œuvre de Picasso par des artistes souvent définis comme « extra-occidentaux », et interroger ainsi le retour d’imaginaires possiblement suscité par l’un des maîtres de l’art moderne. La conférence sera précédée d’une présentation de l’exposition par les commissaires et en présence de Xavier Rey, directeur des Musées de Marseille.Entrée libre dans la limite des places disponiblesRetrouvez toutes les informations sur notre carnet hypothèses: https://labexmed.hypotheses.org/?p=2798&preview=true(...)

Lire la suite

La Position du chercheur

Colloque - Mercredi 08 novembre 2017 - 09:00Le colloque est co-organisé par l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée, le MuCEM et le Centre Norbert Elias. Il aura lieu les 8-9 et 10 novembre 2017Le positionnement éthique ou politique d’un chercheur se construit à travers ses méthodes de travail. En sciences humaines et sociales, ces méthodes sont autant de manières de faire au sein du discours. Elles mobilisent un ensemble de gestes et d’opérations qui concernent aussi la recherche artistique. C’est sur ces gestes partagés que nous souhaitons amener le dialogue entre recherches scientifiques et pratiques artistiques.Nous partons de la part commune de matérialité du travail de recherche – la confrontation avec les matériaux, les archives et les témoignages – pour susciter un dialogue autour des gestes de la collecte, des méthodes d’enquête, des formes d’écriture et d’exposition. Admettre que celles-ci ne traduisent pas seulement des résultats, mais constituent en soi des chantiers théoriques et artistiques, c’est ouvrir un espace d’échanges entre arts et sciences sociales.Notre démarche consiste davantage à décloisonner les discours qu’à interroger la spécificité de nos recherches respectives. L’enjeu est de penser la recherche en dehors des frontières disciplinaires afin de constituer un laboratoire de réflexivité et d’innovation offrant aux uns et aux autres la possibilité de déplacer son regard sur ses objets et ses pratiques.MERCREDI 8 NOVEMBRE 2017Centre de la Vieille Charité – Cinéma Le Miroir9h30 : mots d’ouverture, conseil scientifique.ENGAGEMENT ET DISTANTIATION : LE CHERCHEUR ET SON TERRAINModération : Boris Pétric (Centre Norbert Elias)Comment évaluer la proximité ou la distance par rapport à son sujet de travail ? L’implication du chercheur conditionne son intelligence des problèmes à étudier ou des situations à documenter. En témoignent de nombreuses réflexions sur le placement de la caméra, mais aussi sur la place des émotions dans l’énonciation historique, ou encore sur le rôle heuristique des procédés littéraires et des techniques théâtrales de distanciation. Ce dialogue entre chercheurs et artistes vise à interroger le caractère heuristiquement fécond de l’implication sensible du chercheur, ainsi que le rôle du désir dans le geste de chercher.10h00 : Philipe Bazin et Christiane Vollaire11h : Discussion11h30 : pause12h-13h : Kapwani Kiwanga 13h-15h : pause déjeunerModération : Vanessa Brito (ESADMM)15h-15h30 : présentation de la revue Sensibilités par Quentin Deluermoz (il nous faudra réserver une autre salle).16h projection de L’hypothèse du Mokélé Mbembé (1h18) et débat avec Marie Voignier.18h : pauseModération : (intervenant à confirmer)18h30-20h : projection et débat avec Jeff Silva JEUDI 9 NOVEMBRE 2017MuCEM – auditorium Germaine TillionISOLER, CADRER, CONFRONTER : ENJEUX DES GESTES DE LA COLLECTEModération : Lotte Arndt (ESAD Valence-Grenoble) et Dorothée Dussy (CNE) Comment se constitue un objet de recherche ? Tout commence, comme le rappelle Michel de Certeau, avec le geste de mettre à part. Les premiers gestes consistent à collecter, à isoler, à cadrer, à confronter des sources, à opérer des changements de focale. Ils ont une force qui leur est propre, ils fabriquent du sens. Quels effets cela produit sur nos possibilités de compréhension ? Comment un objet se transforme en document, en objet archéologique ou ethnographique ? Qu’est-ce qui se perd lors de cette transformation qui est aussi un abandon de liens et de possibles ? Un des objectifs sera de confronter les enjeux de différents gestes et pratiques de la collecte réalisées par des chercheurs et des artistes.9h30-11h30 : Mathieu Abonnenc (artiste), Romain Bertrand (historien), Benoît de l’Estoile (anthropologue).11h30 : pause12h-13h : Discussion DONNER VOIX, REPHRASER, MONTER : LA RECHERCHE DE FORMES D’ÉNONCIATIONModération : Nicolas Feodoroff (FID) et Aude Fanlo (MuCEM) (à confirmer)Comment faire parler des objets ? Comment prolonger la puissance de parole de voix isolées ou disparues ? Ces questions animent de nombreuses démarches artistiques. Elles sont aussi au cœur de l’anthropologie visuelle ou de la réflexion que certains historiens portent sur l’écriture de l’histoire, l’usage et le traitement de l’archive. Que l’on construise un récit littéraire, cinématographique ou historique, ces questionnements entraînent de nouveaux usages de la citation et de la paraphrase, du découpage et du montage, de la voix off et de la figure du narrateur. Ils produisent des formes d’énonciation plurielle qui donnent à l’objet de la recherche la possibilité de se constituer comme sujet et d’évaluer lui-même son propre statut. 14h30-17h : Patrick Boucheron (historien), Arlette Farge (historienne), Natacha Nisic (artiste), Caterina Pasqualino (anthropologue).17h : pause17h30-18h30 : DiscussionVENDREDI 10 NOVEMBRE 2017MuCEM auditorium Germaine Tillion TROUER LE RÉCIT CONTINU : ESPACES BLANCS, HISTOIRES POTENTIELLES ET CONTREFACTUELLESModération : Vanessa Brito (ESADMM)et Anna Dezeuze (ESADMM) Une manière de refuser le caractère nécessaire de l’état des choses est, pour les historiens, d’imaginer à partir de ce qui s’est amorcé mais non développé dans l’histoire, ce qu’aurait pu être le futur de ces passés inaboutis. Il est possible d’écrire une autre histoire à partir des avenirs non advenus – une histoire fictive, contrefactuelle, mais offrant des ressources à l’action, en dehors de l’évidence du présent. Ces expériences d’écriture en histoire, pratiquées parfois en anthropologie, peuvent alors rencontrer des expériences artistiques de mise en récit. Ce qui nous permettra d’interroger les usages artistiques du document et de l’archive, le statut de la fiction et les régimes de véridicité.9h30-11h45 : Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou (historiens), Vincent Meessen (artiste), Uriel Orlow (artiste).11h45 : pause12h15-13h : DiscussionL’EXPOSITION COMME FORME D’ÉCRITUREModération : Sylvie Collier (UAM) et Jean-Roch Bouiller (MuCEM)Exposer est une opération commune à l’artiste et au chercheur en sciences humaines et sociales. On expose des images, mais aussi une pensée et des arguments. Qu’il soit visuel ou textuel, le montage construit du sens, tisse des récits et propose une narration. Aujourd’hui, philosophes et historiens de l’art cherchent des points de convergence entre la forme-livre et la forme-exposition. Des anthropologues, sociologues et historiens co-construisent des expositions dans des musées de société. Le commissariat de recherche pose clairement la question de l’engagement de l’art par rapport à la connaissance et nous rend à l’évidence que laproduction du savoir est indissociable de ses formes de monstration et d’exposition. Une réflexion commune sur les enjeux de cette forme de narration ouvre encore un espace de dialogues entre nos recherches respectives.14h30-17h00 : Nadine Gomez (directrice du Musée Gassendi et du « Cairn »), Yann-Philippe Tastevin (anthropologue),  (artiste), Philippe Artières (historien).17h : pause17h30-18h30 : Discussion et clôture.(...)

Lire la suite

Séminaire Economie et Histoire

Séance spéciale de séminaire - Jeudi 19 octobre 2017 - 15:00L’historie et l’économie s’intéressent actuellement à l’ensemble des phénomènes sociaux. Leurs approches mobilisent à la fois des questionnements et des méthodes différentes. Le but de ce séminaire sera d’enrichir l’étude de ces objets partagés en confrontant approches et méthodes à partir de quelques dossiers thématiques. Ces dossiers comptent se focaliser, entre autres, sur la mobilité sociale et intergénérationnelle, le rôle du mariage, et l’impact de l’urbanisation sur des différents phénomènes sociaux.Le séminaire aura lieu un jeudi par mois, en alternance entre le Centre Norbert Elias et l’AMSE.Organisateurs : Jean Boutier, Cecilia Garcia-Peñalosa, Alain Trannoy, Arundhati Virmani.Séance du 19 octobre 2017Alain Trannoy - Questions de mobilité intergénérationnelle: Les élites françaises  Discutant : Jean Boutier> Voir le détail de la programmation à venir sur l'affiche(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27