Equipes de recherche | Jeunes docteurs

Ludovic Morand

Coordonnées professionnelles

Ludovic Morand

Thèse soutenue le 13 décembre 2016 à l'EHESS Marseille sous la direction de Suzanne de Cheveigné et Florence Bouillon.

Financement ADEME-PUCA

 

Membres du jury de thèse
Vincent Béal, Maître de conférences, Université de Strasbourg, SAGE
Florence Bouillon, Maîtresse de conférences, Université de Paris VIII, CNE
Suzanne de Cheveigné, Directrice de recherche émérite, CNRS, CNE
Gilles Debizet, Maître de conférences, Université Joseph Fourier Grenoble 1, PACTE
Agnès Deboulet, Professeure, Université Paris VIII, CRH-Lavue, rapporteure
Pierre Fournier, Professeur, Aix-Marseille Université, LAMES, rapporteur
Brigitte Marin, Professeure, Aix-Marseille Université, Directrice d'études EHESS, TELEMME

Titre de la thèse 

"Vivre et produire la ville durable. Sociologie d'une promesse urbaine"


Résumé

Héritiers des quartiers écologiques qui ont ouvert la voie à l’expérimentation depuis les années 1960, les « quartiers durables » fleurissent un peu partout en Europe depuis une quinzaine d’années. D’abord synonymes de quartiers démonstrateurs à « haute valeur ajoutée », terrains d’expérimentation de nouvelles technologies et de nouvelles pratiques dans le domaine environnemental, le vocable s’est peu à peu étoffé de nouvelles dimensions, notamment sociales et économiques. De plus, il concerne désormais des opérations de rénovation urbaine (ANRU) menées dans des quartiers prioritaires de la politique de la ville. On assiste dans cette perspective à une circulation de principes et de pratiques d’aménagement qui tendent à s’imposer comme un « modèle » pour la ville de demain, à même de répondre à des enjeux aussi bien environnementaux que territoriaux, de ségrégation socio-spatiale.


A partir d’une enquête de terrain réalisée dans trois quartiers : Lyon-Confluence, Greenwich Millennium Village (Londres) et Village 2 (Echirolles), l’ambition de cette recherche consiste à interroger la consistance de ce modèle du point de vue de sa réception par les habitants et de ses impacts sur la vie sociale. Il s’agit ainsi tout autant de mettre à jour des modes d’appropriation que d’analyser les types de pratiques vers lesquels il engage et les modes de rapport à l’urbanité auxquels il donne lieu. Sur cette voie, la thèse s’efforce en outre de comprendre, du côté de la conception, comment s’articulent des logiques d’action issues de référentiels fortement hétérogènes.

 

Communications

2017, « Un habiter durable ? Apports et limites d’une approche non-évaluative de l’habiter », communication à l'atelier "Habiter la transition. Mener l'enquête de l'habitabilité", réseau ACDD, Paris, mai 2017,

2015, « Habiter un logement performant : à (en) quoi l’habitant doit-il s’adapter ? Cas d’études à Lyon-Confluence et Greenwich Millennium Village », Tours, Journées Internationales de Sociologie de l’énergie.

2013, « Enquêter sur les « quartiers durables » : Articuler une sociologie des usages à une analyse socio-historique de la production de l’urbain », communication à l’atelier des doctorants du RT9 « Sociologie de l’urbain et des territoires » de l’Association Française de Sociologie.
 

Centre Norbert Elias

Unité mixte de recherche 8562
Marseille et Avignon
EHESS / CNRS / Avignon Université / Aix-Marseille Université

--

EHESS Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

--

Avignon Université
Campus Hannah Arendt
74, rue Louis Pasteur
84 000 Avignon
France

--

04 91 14 07 27
contact@centrenorbertelias.fr