CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Veronica Gomez-Temesio : « L’Etat sourcier Anthropologie politique de l’hydraulique rurale au Sénégal » : 19 décembre 2014

Les soutenances de thèse | Les soutenances 2014

Veronica Gomez-Temesio : « L’Etat sourcier Anthropologie politique de l’hydraulique rurale au Sénégal » : 19 décembre 2014

Soutenance de thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie intitulée

Le vendredi 19 décembre à 14 heures à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Salle A, deuxième étage

Centre Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille.


Devant un jury composé de :

Laetitia Atlani-Duault, directrice de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), rapporteur ;

Giorgio Blundo, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Marseille), directeur de thèse ;

Jacky Bouju, maître de conférences HDR, Aix-Marseille Université ;

Christian Lund, professor, University of Copenhagen, rapporteur ;

José-Maria Muñoz, lecturer, University of Edinburgh.

 

Résumé :

Comment fonctionne l’État au Sénégal ? Ce travail répond à cette question à travers une ethnographie de l’accès à l’eau basée principalement dans la région centre du pays et, plus particulièrement, dans la région administrative de Kaolack.

L’accès aux ressources naturelles comme porte d’entrée vers l’organisation sociale et politique d’un espace constitue aujourd’hui un classique de la démarche anthropologique. De même, les chercheurs travaillant sur les droits fonciers sont souvent partis des conflits entre les hommes au sujet de la terre pour explorer les répertoires locaux d’appartenance, de légitimité politique et d’autorité publique sur lesquels se fondent les sociétés locales. Je revisite ici cette posture en troquant la terre contre l’eau et en ouvrant les frontières de la recherche : de la société villageoise à la figure de l’État. Mon travail interroge ainsi sur le processus de formation de l’État au carrefour de l’anthropologie politique, de l’anthropologie juridique et de l’anthropologie du développement.

Après l’Indépendance, les infrastructures hydrauliques ont permis au nouvel État de s’inscrire sur son territoire et d’assurer par ce biais sa légitimité politique. Depuis les années 1980, l’eau est également devenue un objet de préoccupation de la communauté internationale. Cette substance vitale a désormais un coût et est définie comme un bien marchand. Sous l’impulsion de ses bailleurs de fonds, le Sénégal a ainsi entamé une progressive libéralisation du secteur, depuis la fin des années 1990. Des standards internationaux influent par conséquent aujourd’hui sur la mise en place des politiques d’hydraulique rurale et redéfinissent ce qui a été, par le passé, un monopole d’État.

Le forage hydraulique constitue aujourd’hui l’un des moyens principaux au travers duquel les citoyens des régions rurales du pays accèdent à l’eau potable. Ma recherche s’organise autour des dysfonctionnements techniques que connaît ce type d’installation. Cette « entrée par la panne » me permet de questionner les processus au travers desquels se négocient et se construisent autorité publique et légitimité politique dans un espace donné. Observer la (non) circulation de l’eau permet de questionner ainsi les multiples registres normatifs – formels ou informels – qui définissent l’action publique au Sénégal. Dans ce sens, le forage apparaît comme un lieu de l’État et pour l’État. À ce dernier, le forage permet de se construire et de se reproduire sur son territoire. Au chercheur, il permet de répondre aux questions : comment penser l’État ? Comment fonctionne-t-il au Sénégal ?


Mots-clés : État ; Sénégal ; Kaolack ; accès à l’eau ; forage ; comités d’usagers ; droits locaux ; appartenance ; autorité publique; légitimité politique ; bureaucratie.

 

Veronica Gomez.Temesio

Doctorante au Centre Norbert Elias

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
 

Rubriques à consulter

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Dimension sexuée de la vie sociale

Journée(s) d'étude - Jeudi 16 mars 2017 - 09:30Ces journées d’étude analyseront les reformulations que révèle, dans la parenté, la circulation des choses, des corps ou des personnes au sein d’un monde globalisé. Trois phénomènes majeurs seront envisagés, du plus récent au plus ancien : les nouvelles techniques de reproduction, du don de gamètes à la gestation pour autrui, l’adoption internationale et ses déclinaisons, la migration. Les circulations qu’ils recouvrent tendent en effet à questionner, troubler ou reformuler les relations entre parents comme les rapports de genre. Elles interrogent les frontières nationales et les législations qui leur sont associées, suscitent de nouvelles formes de mobilités, redéfinissent les  identités et les appartenances. Quels éléments circulent, sous quelles formes et par quelles voies lorsqu’il s’agit de procréer, de construire une famille, de faire vivre ou de maintenir l’existence des liens entre parents ? À quelles relations donnent lieu ces circulations, qu’il s’agisse du « voyage » que représente le transfert de paillettes de sperme, de la figure lointaine d’une gestatrice connue ou non, des liens construits dans les parcours d’adoption internationale ou de la manière dont la distance et la mobilité tendent à reformuler les liens familiaux en situation de migration ?  À la croisée de la parenté, de la citoyenneté et de la nationalité, on questionnera enfin les dispositifs d’affiliation, de reconnaissance et d’appartenance que révèlent ces différentes circulations.(...)

Lire la suite

Aide humanitaire et aide au développement : problèmes et perspectives

Débat - Mardi 31 janvier 2017 - 18:00Rony Brauman et Jean-Pierre Olivier de Sardan, directeur d'études à l'EHESS,  débattent autour du thème « Aide humanitaire et aide au développement : problèmes et perspectives », le mardi 31 janvier 2017(...)

Lire la suite

Typographies!

Journée(s) d'étude - Mercredi 25 janvier 2017 - 14:00Journées organisées dans le cadre du programme de recherche Questionner le monde : les outils qui ont fait les sciences sociales avec le soutien de l’EHESS, du Centre Norbert Elias et du CipM (Centre international de la poésie de Marseille)Remerciements à Thomas Sipp, Serge Elissalde et Mariannick Bellot ainsi qu’à Les Films d’Ici.Typographies! ProgrammeMercredi 25 janvier 2017Salle de cinéma "Le Miroir"  (Rez-de-Chaussée de la Vieille Charité)14h Christelle Rabier & Marie-Luce Rauzy (EHESS) Typographies ! Outils de sciences sociales ?Au fil de la rencontre, projection de la websérie Sacrés caractères de Thomas Sipp. Coproduction : Radio France-Les Films d’Ici1. La vie civique des caractères14h15 Sophie Astier (Aix-Marseille Université) - De l’atelier du typographe à l’antichambre du diplomate: analyse de quelques occasionnels de l’époque de François Ier15h Sophie Pierret (École Estienne, Paris) - Le sens politique des caractères, XVIIIe siècle15h45 Emanuele Coccia (EHESS) - L’idéogramme du Bien. Image et écriture dans la tradition publicitaire16h30 Discussion générale16h45 Pause-café17h15 Helvetica, film de Gary Hustwit (2007)Jeudi 26 janvierSalle de cinéma "Le Miroir" 9h Accueil café2. Dessins et desseins de lettres9h30 John Tresch (University of Pennsylvania) -La science d’Edgar Allan Poe : typographie, genre et narration comme techniques de construction des mondes10h Cheryce von Xylander (Humbolt University) - Xylography in Progress: Consolation of the Woodcut in the Age of Typography10h45 Pause-café3. Enquêtes de caractères11h15 Flavia Carraro (Deutsches Museum, Munich) - La machine à écrire, les savants et le Babel du linéaire B (1950-1960)11h45 David Poullard (ESAD Grenoble-Valence) - Carrelage, cartouches et vibrations typographiques : enquête patrimoniale dans le métro parisien12h15 Discussion générale4. La forme solide des sciences socialesBibliothèque du cipM (sur inscription)13h Éric Giraud (centre international de poésie Marseille), Parcours typographiquesalle A, 2e étage de l'EHESS15h Table ronde avecMartine Derain, Les éditions commune:Éric Pesty éditeur ;Susanna Shannon, graphiste ;Adrien Zammit, atelier Formes vives.Modératrice : Laurène Le Cozanet (Paris-Dauphine)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27