CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Laurent Darmon : « Itinéraire de l’évaluation d’un film par le spectateur au cinéma Les chemins de la déception » : 27 novembre 2013

Les soutenances de thèse | Les soutenances 2013

Laurent Darmon : « Itinéraire de l’évaluation d’un film par le spectateur au cinéma Les chemins de la déception » : 27 novembre 2013

DOCTORAT EN SCIENCES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

ÉCOLE DOCTORALE 537 CULTURE ET PATRIMOINE


Le mercredi 27 novembre 2013 à 14h30

en salle des thèses de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse

Campus centre-ville, site Sainte-Marthe

Titre :

"Itinéraire de l’évaluation d’un film par le spectateur au cinéma - Les chemins de la déception"

Thèse préparée sous la direction de :

Emmanuel ETHIS (Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse)

 

Devant un jury composé de :

Laurent CRETON - Professeur en SIC - Université de Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (rapporteur)

Claude FOREST - Maître de Conférence, HDR, en SIC - Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (rapporteur)

Frédéric GIMELLO-MESPLOMB - Professeur en SHS, Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse

Emmanuel ETHIS, Professeur en SIC, Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse.

 

Résumé :

Singularité et bien d’expérience, le film est source de grands plaisirs et de nombreuses déceptions qui participent à la construction de la carrière cinématographique des spectateurs. Alors que l’industrie cinématographique cherche à satisfaire le goût du public, les recherches sociologiques et économiques sur le cinéma se sont peu intéressées à la construction de la satisfaction et insatisfaction dans le temps.

Cette thèse se propose de montrer que le degré de satisfaction est le résultat d'un processus qui commence avant la projection et s'achève bien après celle-ci. C’est un parcours personnel et social qui conduit le spectateur à rencontrer trois œuvres : le film attendu, le film interprété et le film-souvenir.  Elle constitue une approche de la manière dont ces trois représentations mettent en jeu les schémas personnels du spectateur et les influences externes auxquelles il est soumis. Elle s’appuie sur une analyse théorique pluridisciplinaire ainsi que sur des cas pratiques construits à partir de données :

-  qualitatives (tirées de 22 séries de quatre entretiens rapportant l’opinion de spectateurs sur le film
   Solaris  - de Steven Soderbergh – avant et après la projection),

-  quantitatives (à partir d’une base de données portant sur 577 films répartis sur 11 genres différents).

EHESS
CNRS
Université D'Avignon