Les équipes | Doctorants

Rémi Boivin

Rémi.Boivin@ehess.fr

 

Doctorant sous la direction d’Emmanuel Pedler (directeur d'études à l'EHESS)

     

Domaines de recherche

·      Sociologie de la culture

·      Anthropologie de la ville

·      Ethnographie des formes et lieux musicaux

·      Technologies de communication et de médiatisation

Titre provisoire de la thèse

Le quartier de la Plaine comme « lieu propre » ? Epreuves de construction d’une scène musicale et urbaine dans le centre-ville de Marseille.

Résumé

Les phénomènes analysés dans cette thèse mettent en jeu des relations tissées entre des collectifs d’acteurs et des objets culturels et sonores (qui font l’objet de catégorisations ontologiques et génériques) spécifiés par l’enquête au sein et par un même environnement urbain : le dit quartier de la Plaine. Situé dans le centre-ville de Marseille, non loin du Cours Julien, ce site est investi depuis les années 1990 par de nombreux engagements culturels, il compte pour sa superficie un grand nombre de lieux de diffusion, et fait l’objet depuis le début des années 2010 d’un projet de transformation urbaine substantiel. Les nombreux événements (ou micro événements) réguliers dans ce quartier, aux formes et configurations très diverses, informent à leur manière de « cultures de la ville » différenciées. En somme, les divers collectifs d’acteurs, ces « forces en présence », participent par leurs activités autour de matériaux sonores à la production d’une ambiance, ou plutôt à la production d’un ensemble de micro-ambiances (échelle du lieu privé ou de la place) qui modulent une ambiance à l’échelle du quartier, et de la scène.

C’est au travers de l’enquête ethnographique que ce quartier a été envisagé comme objet de connaissance scientifique : ainsi les prises sensibles sur le terrain ont évolué au cours de la progression du travail empirique et ont pu donner à voir une grande variabilité de relations référentielles. En terme goffmanien, le quartier de « La Plaine » en tant que syntagme et site urbain, faisait l’objet de définitions de la situation différenciées et de batailles répétées sur la scène publique locale autour de son identité authentique et essentielle. A l’occasion d’évènements d’ampleur particuliers, notamment le projet d’aménagement du quartier de la Plaine ou dans une autre mesure Marseille Provence 2013, deux visions s’affrontaient : celle d’un renouveau souhaité et nécessaire de la ville et du quartier, portée par les autorités publiques (la mairie, sa société locale d’aménagement urbain et les comités d’intérêt de quartier) à celle d’un attachement fort à des formes spécifiques de vie sociale locale (de quartier) alors considérées comme authentiques, en tant qu’éléments de permanence culturelle, soutenue par des collectifs d’acteurs et de citoyens locaux, associations et commerces de proximité.

Les espaces mobilisés par ces collectifs hybrides sont apparus comme particulièrement enchâssés dans leur environnement immédiat, le quartier, et les activités comme insérées plus largement dans une certaine forme de vie sociale localisée. C’est donc bien la question de la disponibilité perceptible de ces lieux, la manière dont ils apparaissent dans l’espace physique (ou sensible) – en considérant l’antériorité du topos, le bâti urbain déjà-là, et la part liée au travail de mise-en-scène du lieu, et au fait d’en « prendre soin » (Dewey) collectivement – que nous proposons comme entrée analytique à la question plus large de la constitution progressive du quartier de la Plaine en tant que « lieu propre » et de l’émergence et du maintien d’une scène musicale en son sein.

Qu’est-ce que la musique – ses lieux, ses formes – peut nous dire d’une vie sociale à l’échelle locale ? La question de l’organisation urbaine, de la production d’ambiance(s) peut-elle éclairer à nouveaux frais celle des relations et des expériences d’objets musicaux ? Comment l’analyse de pratiques communes d’acteurs et de problèmes publics locaux permet-elle de rendre compte de l’existence de clivages entre différents types de collectifs et ainsi de l’existence de frontières culturelles localisées et situées ?

Mots-clés

Scène locale – ethnographie – quartier – sociologie de la culture – anthropologie de la ville – ambiance – expériences sensibles – territoire et identités – espace public – aménagement urbain – communication – numérique – spectacles

Communications

2017, « Des lieux de diffusion musicale et leur voisinage : situations de bruit dans le quartier de la Plaine à Marseille », journée d’étude « Rencontre musico-doctorale » organisée par le Centre Norbert Elias et le Centre Georg Simmel (EHESS), 22 juin, Marseille.

2016, « Pour une écologie des formes et des pratiques culturelles : actualiser l’esprit du quartier de la Plaine par des activités musicales ? », comité de thèse, en présence d’Anthony Pecqueux, Emmanuel Pedler et Jean-Christophe Sevin, pôle marseillais de l’EHESS, 16 mars.

2015, « Musiques populaires et aires d'activités situées : l'analyse d'activités collectives d'organisation musicale à Marseille », journée d’étude « Scène musicale, locale, culturelle. Etudes de cas et réflexions sur la notion de scène » organisée par Jean-Christophe Sevin à l’Université d’Avignon, 16 décembre.

2015, « Appréhender des processus de catégorisation par l'analyse d'activités collectives d'organisation musicale à Marseille », journée d’étude « Pourquoi la musique ? Réflexions comparatives sur cet autre lieu du social en Méditerranée » organisée au MuCEM par l’IDEMEC et l’École française de Rome, 8 et 9 octobre.

2014, « Appréhender les catégorisations musicales à travers l'analyse d'une scène locale des musiques populaires à Marseille », journée d’étude « 1ère rencontre d'étudiants autour des popular music » (ACEMuP) organisée à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 30 octobre.

2014, « Musiques et quartier populaire : des usages ordinaires de la musique à Marseille », séminaire de l’axe « Formes et modèles culturels » du Centre Norbert Elias à l’Université d’Avignon, 18 Avril.

2013, « Des cas d’expérience des musiques populaires au centre-ville de Marseille : Enquête sur la construction et la transformation des goûts musicaux populaires », atelier des doctorants du Centre Norbert Elias, EHESS Marseille, 22 juin.

Publications

  • 2017, « Pour un réajustement de la catégorie de populaire en sciences sociales », Academia EHESS.
  • 2016, « Faire l'expérience d'événements musicaux mis-en-scène dans l'espace public : le cas du quartier de la Plaine à Marseille. », Academia EHESS.
  • 2015, « Bouziane DAOUDI & Hadj MILIANI, Beurs’ Melodies. Cent ans de chansons immigrées du blues berbère au rap beur », Revue Volume !, 12 : 1 | Éd. Mélanie Seteun http://volume.revues.org/4684   
  • 2013, « Ethnomusika : Musique, danse & engagement » Compte-rendu du colloque international du 12 au 14 juin 2013 », revue Volume !, 10 : 2 |  http://www.cairn.info/revue-volume-2014-1-page-216.htm

Activités de recherche

2017 / 2018 : assistant administratif au bureau d’accueil des chercheurs internationaux, Direction du développement de la recherche, EHESS.

Novembre 2017 : assistant de recherche en sociologie dans le cadre de l’enquête sur les pratiques culturelles des français.e.s avec Hervé Glevarec (DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication)

Octobre 2017 : membre bénévole de l’organisation de la 4ème édition du festival Haizebeggi (EHESS, CNRS, Ville de Bayonne), « Le monde des musiques ».

22 et 23 Juin 2017 : co-organisation de la journée d’étude intitulée « Rencontres musico-doctorales », Centre Norbert Elias & Centre Georg Simmel (EHESS), Marseille.

8 juillet 2016 : modération de la conférence « Les pratiques et l'économie du travail artistique dans les mondes du jazz », dans le cadre du séminaire de l’axe « Formes et modèles culturels » du Centre Norbert Elias.

16 mars 2016 : comité de thèse, en présence d’Anthony Pecqueux, Emmanuel Pedler et Jean-Christophe Sevin, pôle marseillais de l’EHESS.

Depuis 2015 : membre du comité scientifique de sélection de l’ACEMuP (« Association pour un colloque étudiant sur les musiques populaires ») et participation à l’organisation de deux éditions du colloque « Echanges sur les musiques populaires ») www.acemup.fr     

2014 : chargé de validation à Calenda (« le calendrier des sciences humaines et sociales »), CLEO (Open Edition).

2013 / 2014 : co-organisation de l’atelier des doctorants du centre Norbert Elias de l’EHESS.

Septembre 2013 : participation à l’école d’été de l’EHESS intitulée : « La culture, un nouvel enjeu urbain ? ».

Mai 2013 : assistant de recherche en sciences sociales pour le LASSA (LAboratoire des Sciences Sociales Appliquées)

Activités d’enseignement

2017 / 2018 : chargé de cours en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paris VIII, UFR Cultures et communication (TD « Sociologie de la communication et des médias », et « Lecture critique de l’actualité »)

2015 / 2016 : chargé de cours en Sciences de l’Information et de la Communication à l’IUT d’Aix-en-Provence, DUT Métiers du livre et du Patrimoine (CM « Théories de l'information et de la communication », « Société et communication de masse » et « Etude des publics »)

2014 / 2015 : chargé de cours en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Lyon 2, Institut de la communication (TD « Histoire de la Presse » et « Production de l'information »)

2012 / 2013 : chargé de cours en sociologie à l’Université Aix Marseille (AMU), TD « Méthodes du travail universitaire »

Mémoires de recherche

  • 2011, Les pratiques d’écoute de musiques actuelles des jeunes en Rhône-Alpes. Etude comparée des publics hip-hop et électro/club, sous la direction de Jean-Pierre Esquenazi, Master 2 recherche en sciences de l’information et de la communication, Université Jean Moulin Lyon 3, 117 p.
  • 2010, Modèles économiques et musique enregistrée : L’impact des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication), sous la direction d’Alain Girod, Master 1 recherche en sciences de l’information et de la communication, Université Lumière Lyon 2, 103 p.

Aide à la recherche

Septembre 2012 : Bourse Aires culturelles EHESS pour un travail de terrain à New York.

     

   

EHESS et CNRS
AMU et UAPV

flux rss  Actualités

Biennale d'ethnographie

Rencontre - Jeudi 04 octobre 2018 - 09:00Suite au succès de trois éditions des Rencontres Annuelles d’Ethnographie de l’EHESS, la première Biennale d’ethnographie de l’EHESS vous accueille pendant deux jours autour de douze ateliers et deux conférences. Malgré un changement de nom, le principe reste le même : offrir un espace de réflexion et de visibilité à l’enquête ethnographique par des doctorant.e.s et des jeunes chercheur·e·s issu·e·s de différentes disciplines des sciences sociales.Ces rencontres de 2018 se dérouleront autour des douze ateliers présentés ci-dessous.Ils s’organisent tantôt autour de certains objets d’étude qui nécessitent la mise en place de stratégies d’enquête particulières (ONG, environnement, mobilité professionnelle, justice, demandeurs d’asile, agriculture, rapports sociaux) ou se centrent sur des modes d’implication sur le terrain qui interrogent la nature des données récoltées (commérage, sens, techniques du corps, affects).Les deux soirées seront consacrées à des conférences avec des ethnographes reconnu.e.s qui viendront partager avec nous leurs engagements tout au long de leurs recherches : Jean Peneff interviendra jeudi et Jeanne Favret-Saada échangera avec les participant·e·s vendredi.L’ensemble du comité d’organisation de la Biennale vous remercie pour votre participation, vos engagements pour imaginer l’ethnographie de demain et la faire vivre. Un seul mot d’ordre : interagissez et appréciez ces moments de partage ! Comité d'organisation :Daniel Cefaï (EHESS-CEMS), Ranime Alsheltawy (Université Paris Dauphine – IRISSO), Caterina Bandini (EHESS-CMH), Laura Bellenchombre (Université de Rouen – Normandie – DySoLab), Zoé Barry (EHESS, Observatoire du Samusocial de Paris), Chayma Boda (EHESS-CECMC), Thomas Bonnet (CERTOP [UMR5044]), Leila Drif (EHESS-IRIS), Marie Ducellier (IMAF &EHESS-IRIS), Camille Foubert (EHESS-IRIS/TEPSIS), Nolwenn Gauthier (EHESS-IRIS), Julie Lavayssière (Paris 8, Observatoire du Samusocial de Paris), Paul Lehner (Université Paris Nanterre – ISP), Hadrien Malier (EHESS-IRIS), Marie Manganelli (Université Paris Descartes – Canthel), Audrey Marcillat (EHESS-IRIS), Marjolaine Martin (EHESS-Centre Norbert Elias), Pierre Mettra (EHESS-Centre Norbert Elias), Elise Nédélec (Université de Bordeaux – LAM, Ceped), Julie Oleksiak (EHESS-Centre Georg Simmel), Jean-Baptiste Paranthoën (EHESS-CRH, INRA-CESAER), Laura Parvu (IEP de Toulouse – LaSSP), Ines Pasqueron de Fommervault (AMU, IMAF), Mathieu Rajaoba (CSI-Mines ParisTech), Paco Rapin (EHESS-IRIS), Amandine Rochedy (CERTOP [UMR5044]), Quentin Schnapper (INRA-CESAER), Sophie Tabouret (INRA-SADAPT; CSI-Mines ParisTech), Tonya Tartour (Sciences Po Paris-CSO), Hugo Wainsztok (EHESS-IRIS).(...)

Lire la suite

Rencontres Technographies

Rencontres scientifiques - Mardi 11 septembre 2018 - 09:30Cette rencontre est destinée à discuter des 18 propositions d’articles retenues par le comité de rédaction de la revue Techniques&Culture en mai 2018 pour le numéro 71 « Technographies ». Chaque auteur (ou couple d’auteurs) aura dix minutes maximum pour présenter son projet. Les présentations seront suivies d’une heure trente de discussion collective selon le nombre de propositions présentées. TechnographiesEn mettant à l’honneur ce que l’on pourrait appeler la « technographie » – désignant l’ensemble des procédés d’écriture des techniques –, le numéro 71 vise une double finalité : penser l’évolution des pratiques des spécialistes des techniques tout en assurant leur transmission en direction de celles et ceux qui souhaitent s’engager sur la même voie.Le numéro comportera deux ensembles de textes. Les premiers seront des contributions théoriques et historiographiques relatives aux étapes clés du processus qui va de l’expérience de terrain, au contact avec les « matières premières » – les faits techniques –, à la réception par les publics des documents qui en sont issus. Il s’agira non seulement de faire un état des lieux des techniques de documentation, d’analyse, d’archivage et de mise en circulation des faits techniques, mais aussi d’en retracer les trajectoires tout en identifiantles angles morts et les questionnements demeurés en friche, près d’un demi-siècle après l’émergence de la « technologie culturelle ». Le second sera composé de préconisations, sous forme de « notices », constituant les éléments d’un manuel de terrain, prioritairement destiné aux novices mais également susceptible d’intéresser des spécialistes souhaitant ajouter des cordes à leur arc. Entrée gratuite sur inscription : i2mp@mucem.org (...)

Lire la suite

Appel à contributions « Musées et mondes numériques »

Appel à communication - Lundi 01 octobre 2018 - 00:00La revue Culture & Musées lance un appel à projet d'articles pour un numéro thématique « Musées et mondes numériques », à paraitre en 2020, sous la direction de Milad Doueihi et Florence Andreacola.L’objectif de ce numéro est de relire trois fondamentaux du musée que sont la collection, l’exposition et le public au regard de la culture numérique de manière critique et réflexive. Il s’adresse à des chercheurs en muséologie ainsi qu’à tous les chercheurs qui traitent du patrimoine, des archives, de la documentation, des institutions culturelles, des industries de la culture, des accès et de l’utilisation des données culturelles, ouvertes et/ou publiques. Les textes attendus pour ce numéro pourront s’intégrer dans l’un de ces trois axes, ceux-ci n’étant pas exclusifs les uns des autres : - De la mise à disposition de données numériques au hackathon des données culturelles publiques, - De l’exposition des œuvres et des objets à la mise en scène des données, - Du scénario de visite à la mise en scène de soi. (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre Norbert Elias
EHESS - Campus Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

04 91 14 07 27