Les chercheurs correspondants | Les chercheurs correspondants

Flavia Carraro

 Flavia Carraro

 Equipe de Marseille


Docteure en anthropologie
IEF Marie Curie Fellow, Danish National Research Foundation & University of Copenhagen (2014-2016)


Thèmes de recherche

Anthropologie linguistique; Ethnologie; Technologie culturelle; Science Studies; Anthropologie de l’écriture; Histoire, pratique et pensée du déchiffrement; Technologies digitales et computation; Philologie; Archéologie; Ecritures égéennes; Linéaire B; Technologie textile ; Tissage.

 

Projets de recherche

Textile Studies between knowledge and knowhow. A case study from archaeological textiles IEF Marie Curie Research Project 2014-2016

Le projet de recherche consiste en une enquête ethnographique auprès des experts textiles – savants, techniciens, artisans – et en l'exploration de la « reconstruction » moderne des textiles archéologiques ainsi que des pratiques anciennes liées au tissage. L'objectif est celui de questionner les notions de « savoir » et de « savoir-faire » en tant que processus spécifiques et complémentaires en décrivant la relation entre les différentes disciplines et méthodes qui contribuent à la définition du domaine et de l'objet des Textile Studies dans le champs hybride des textiles archéologiques. En particulier, l'analyse anthropologique se focalise sur la relation entre expérimentation, expérience et interprétation selon les axes suivants : 1) la relation entre Passé et Présent ; 2) les modes et régimes de savoir implémentés, les systèmes de connaissance mobilisés et les instruments et dispositifs employés ; 3) la technologie textile et le tissage.

 

The Decipherment Paradigm. M.Ventris, A. Kober, E.Bennett, A.Evans and the Linear B.
Visiting researcher, Postdoc (2014-) Program in Aegean Scripts and Prehistory PASP, Department of Classics - University of Texas at Austin.

Dans cette recherche j’approfondis l’étude de l’histoire du déchiffrement du linéaire B et l’analyse de la procédure de sa réalisation. Il s’agit de montrer, d’une part, la particularité de ce cas dans le panorama des déchiffrements des écritures anciennes et vis-à-vis des modernes méthodes de décryptage (militaires ou informatiques), d’autre part, de cartographier un territoire de savoirs et de pratiques hétérogènes – des mathématiques, à la logique, à la linguistique - d‘en suivre les objets, et enfin de caractériser les modalités et les conditions de leur ajustement réciproque. Comment décrire et illustrer, à partir de l’exemple du linéaire B, celle que nous pouvons appeler la « pensée du déchiffrement », liée à un paradigme de matrice occidentale et alphabétique ?

 

Résumé de la thèse 

Mycénologues et Mycéniens.Tracer, écrire, lire et inventer le linéaire B.
Université Paris 8 et LAS – Collège de France (2010)

Cette thèse analyse le processus de reconstruction savante d'un système graphique ancien, le linéaire B. L’objet est une écriture « véritable » et la situation est de type archéologique. Les savants modernes étudiant les anciens scripteurs sont les seuls acteurs observables par l’ethnologue, et les premiers n'ont accès aux seconds qu'à travers la médiation des signes, des textes, et des autres vestiges techniques et matériels du passé. Grâce à une enquête documentaire et ethnographique, des nombreux trajets se dessinent entre les deux cadres de référence que sont l’antiquité et la modernité. On s’attache ainsi à décrire un complexe de rencontres entre Mycénologues et Mycéniens : les scénarios de l'histoire des Mycéniens élaborés par les Mycénologues, où s’expriment les tensions des ajustements catégoriels qui investissent les opérations logiques concernant la langue et les nombres, les modalités de leur objectivation dans les textes, et les situations scripturaires; le déchiffrement, ou l’invention d'écriture, qui induit un effet d’identification entre les deux communautés de pratiquants de l’écriture, situé dans la langue et associé à la co-présence de deux temporalités; enfin, les pratiques savantes de modélisation et de mise en référence que sont la transcription et la translittération comme rencontre proprement graphique et, finalement, en tant que fondement de la communauté scientifique des Mycénologues depuis sa naissance. J’interroge dans ce travail le processus d’ajustement entre deux complexes de techniques et de savoirs dont la description consiste à réintroduire la distance et les discordances qui le précèdent et y participent, et je montre, renvoyant dos-à-dos Mycénologues et Mycéniens, comment un effet de substitution est à l’œuvre : une fois l’écriture « inventée », les Mycénologues lisent l’écrit des Mycéniens, comprennent leurs textes et deviennent les usagers de l’écriture mycénienne. Ancrant dans les signes technologie culturelle et anthropologie de la connaissance, cette recherche s’inscrit dans des réflexions en anthropologie et ethnologie concernant l’objet écriture et les rapports entre écriture et langue et entre techniques scriptovisuelles, savoir et langage. Les situations particulières de ce terrain, dans lesquelles le temps apparaît comme une figure de l’altérité clivée au sein de méthodes dissemblables, apportent aussi des perspectives nouvelles en philologie, en archéologie et en ethnologie, et au demeurant permettent de mettre au jour l’articulation entre ces espaces de savoir et les pratiques scientifiques hétérogènes qui les caractérisent. Enfin, parcourant la constitution des savoirs disciplinaires impliqués, leur méthodes et leurs objets d’investigation (paléographie et épigraphie, linguistique et philologie, archéologie et histoire), cette recherche intéresse les débats actuels des études mycéniennes et constitue à la fois une analyse d’anthropologie des sciences sur le terrain, encore peu exploré, des sciences humaines et sociales, ou, autrement dit, des « Humanités ».


Qualifications CNU 

Ethnologie, Préhistoire et Anthropologie physique (Section 20, 2012); Epistémologie, histoire des sciences et des techniques (Section 72, 2012); Sciences du langage (Section 7, 2011); Histoire, civilisation, archéologie et histoire de l’art (Section 21, 2011)

 

Formation 

2010 : Doctorat en Anthropologie, Université Paris 8 et Laboratoire d’Anthropologie Sociale LAS, Collège de France. Thèse : Mycénologues et Mycéniens.Tracer, écrire, lire et inventer le linéaire B, sous la direction de Cl.Herrenschmidt (CNRS) et la co-direction de P.Carlier (Université de Nanterre), soutenue le 7 décembre 2010.
2002 : DEA en Anthropologie, Ecriture(s) et Langage(s). Eléments pour une grille d’approche méthodologique commune, sous la dir. de Cl.Herrenschmidt et D.Gazagnadou, Université Paris 8.
2001 : Maîtrise en Anthropologie, Les objets parlants de Grèce archaïque. VIIIe – VIIe siècles avant notre ère, sous la dir. de Cl.Herrenschmidt, Université Paris 8.
1999 : Licence en Anthropologie, Université Paris 8
1998 : Licence en Histoire, Université Paris IV (Programme ERASMUS).
1995-1998 : Facoltà di Lettere e Filosofia, Università di Firenze.


Terrains et collaborations de recherche

The Danish National Museum, Copenhagen (depuis octobre 2014)
The Geocenter – University of Copenhagen (depuis Janvier 2015)
The Sagnlandet Lejre Research and Communication Centre (Denmark) (depuis Août 2014)
PASP - University of Texas at Austin, Visiting researcher, Postdoc (Février-Mai 2014)
DBAS - Data Bases about Aegean Subjects, Università di Firenze et Scuola Normale di Pisa (depuis 2012)
DNRF's Centre for Textile Research (Copenhagen), Research Master Class (2011, 2012, 2013)
Equipe d’Anthropotechnologie, dirigée par Philippe Geslin, Institut d’Ethnologie de Neuchâtel (2004-2008)
Equipe de Protohistoire égéenne – MAE, Université de Nanterre, et Séminaire d'Epigraphie mycénienne, dirigé par Pierre Carlier - Ecole Normale Supérieure Paris; terrains de recherche (Doctorat) (2003-2008)
Atelier Internet, dirigé par Eric Guichard, Ecole Normale Supérieure Paris (2002-2008)
Guinée maritime, terrain de recherche. Sujet de recherche : La mise en mots des innovations techniques, sous la direction de Philippe Geslin, Institut d’Ethnologie de Neuchâtel et INRA (Juin-Octobre 2004)
Equipe Intermedia, dirigée par Jean-Paul Desgoutte, Université Paris 8 (2002-2004)

 

Publications 

Livres 

  • Mycénologues et Mycéniens. Tracer, écrire, lire et inventer le Linéaire B (en préparation)
  • Anthropology of coding (en préparation) 

Articles et chapitres d'ouvrage 

  • « Retour sur E.L.Bennett. Quelques réflexions sur la classification typologique des signes du Linéaire B », 37 pp., sous presse (DO-SO-MO 2015)
  • « Le déchiffrement des écritures anciennes, ou l’invention de l’écriture. Le ‘tableau’ de Michael Ventris et le cas du Linéaire B », in E.Guichard (sous la dir.), Ecritures : sur les traces de Jack Goody » Presses de l’ENSSIB, Villeurbanne (2012) ; pp. 63-80.
  • « The ‘speaking objects’ of Archaic Greece. Writing and speech in the first complete alphabetic documents », in K.Lomas, R.D.Whitehouse, J.B. Wilkins (sous la dir.), Literacy and the State in ancient Mediterranean, London, Accordia Research Institute, University of London (2007); pp.65-80.
  • « Le support graphique entre Écrit et Écriture », in J.-P.Desgoutte (sous la dir.), Le cadre et l’écran, Paris, L’Harmattan (2005); pp. 31-44.

Conférences et communications orales

  • « The Decipherers' Archives and Correspondence », Mycenological Conference 2015, University of Copenhagen 1-6 Septembre 2015
  • « Writing and weaving technologies, and the code », Threads & Codes Symposium, Goldsmiths College, University of London, 6 Mars 2015
  • « The backstrap loom » (with Lena Bjerregaard), Tool workshop – CTR University of Copenhagen, 17 Décembre 2014
  • « Ancient's Weaving, Archaeological Textiles, the Experts, and the Ethnographer » Textile in context Symposium, Hunter College New York, 15 Novembre 2014
  • « Cryptography, Context and Meaning », Department of Anthropology, Yale University, 13 Novembre 2014
  • « The Grid in the decipherment of Linear B. A paper-loom ? » Coding Weaves, Weaving Codes Project, CTR's workshop, 6 Octobre 2014
  • « The PASP's papers : from archives to practices », University of Texas at Austin, 18 Avril 2014
  • « “How did the Ancients write?” Modern decipherers and Ancient scribes in archaeological decipherment », Spring Talks Department of Classics University of Texas at Austin, 7 Mars 2014
  • « Scrittura, lingua, codice. Un’antropologia della decifrazione », Circolo Linguistico Fiorentino, Università di Firenze, 4 Octobre 2013
  • « Writing and book-keeping in Ancient Mycenaean Linear B Script », 16th Symposium on Mediterranean Archaeology, Firenze 1-3 March. (Mars 2012).
  • « Textile Studies : questions and issues between knowledge and knowhow. A case study from archaeological textile », Centre for Textile Research, University of Copenhagen, 19 juin 2011.
  • « L’esprit de Gif et la machine à écrire : comment les Mycénologues écrivent-ils le linéaire B mycénien », Journée d’études mycéniennes, MAE, Université de Nanterre, 14 Janvier 2009.
  • « L’écrit et l’invention de l’écriture : documents, textes, signes. Le cas du linéaire B et du linéaire A », Séminaire d’Anthropologie de l’écriture dirigé par B.Fraenkel, C.Bustarret, P. Artières, EHESS, Paris, 8 Mai 2008.
  • « Le déchiffrement des écritures anciennes ou l’invention de l’écriture », Colloque International « Sur les traces de J.Goody », ENSSIB, Lyon, 24-26 Janvier 2008, 24 Janvier 2008.
  • « Le déchiffrement du linéaire B comme processus », Séminaire d’épigraphie mycénienne dirigé par Pierre Carlier, ENS, Paris, 10 Décembre 2007.
  • « Les écritures égéennes. Quelques questions d’histoire et d’anthropologie », Journée d’études Mycéniennes, MAE, Université de Nanterre, Novembre 2007.
  • « La ‘mise en mots’ des innovations techniques. Questions et perspectives en Anthropotechnologie », Séminaire d’Anthropotechnologie dirigé par Philippe Geslin, EHESS, Paris, 24 Janvier 2006.
  • « Comment penser le support graphique », Atelier Internet ENS, Paris, Novembre 2005.
  • « (Du Linéaire B au) Linéaire A : état de la question », Séminaire d’Épigraphie Mycénienne dirigé par Pierre Carlier, ENS, Paris, Mars 2005. 
  • « L’écriture et le support graphique », Équipe de recherche Intermedia, Université Paris 8, Mai 2004.
  • « Jack Goody e l’antropologia della scrittura », Facoltà di Scienze politiche, Università di Firenze, Octobre 2002.
  • « Les ‘Objets parlants’ de Grèce archaïque », Equipe de recherche « Anthropologie et langage », dirigée par Nicole Belmont, Corinne Fortier, Clarisse Herrenschmidt, LAS, Collège de France, Février 2002. 

 

Enseignement 

Guest lecturer - Scuola di specializzazione in archeologia e storia dell'antichità Università di Firenze, Master 1, 2 (depuis 2011)
Chargée de cours – Département d'anthropologie, Université Paris 8, L1, L2, L3 et Master 1 (2003-2004, 2004-2005, 2009-2010, 2010-2011)
Chargée de cours – Département de sociologie (Mineure anthropologie), Université de Paris 8 & Musée du Quai Branly, L3 (2010-2011)
ATER - Département de sociologie (Mineure anthropologie), Université de Paris 8 & Musée du Quai Branly, L3 (2007-2008, 2008-2009)
Intervenante - Ecole départementale de puéricultrices, Vitry-sur-Seine (2008-2011)

 

Cours et séminaires 

Anthropologie linguistique ; Les structures de la parenté ; Le savoir des anthropologues et le terrain ; Initiation à la recherche de terrain ; Anthropologie des techniques, anthropologie de l’objet ; Diffusionnisme, diffusion et mondialisation ; Anthropologie de l'écriture ; Ethno-graphie, archéologie, paléographie et épigraphie ; Illettrismes, alphabétisation et développement.

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

PICASSO, voyages imaginaires

Conférence - Vendredi 16 février 2018 - 17:00A l’occasion de l’inauguration de l’exposition « Picasso, voyages imaginaires », Emilie Goudal,post-doctorante LabexMed/Fondation Gerda Henkel , Centre Norbert Elias – UMR 8562 donnera une conférence inaugurale intitulée « Picasso en héritage, modernité en partage ? Réception critique de Picasso en territoire imaginé ». Elle aura lieu le vendredi 16 février à 17h au Centre de la Vieille Charité – Salle le Miroir à Marseille. Cette conférence voudrait revenir, depuis les indépendances, sur la réception critique et la confrontation à l’œuvre de Picasso par des artistes souvent définis comme « extra-occidentaux », et interroger ainsi le retour d’imaginaires possiblement suscité par l’un des maîtres de l’art moderne. La conférence sera précédée d’une présentation de l’exposition par les commissaires et en présence de Xavier Rey, directeur des Musées de Marseille.Entrée libre dans la limite des places disponiblesRetrouvez toutes les informations sur notre carnet hypothèses: https://labexmed.hypotheses.org/?p=2798&preview=true(...)

Lire la suite

La Position du chercheur

Colloque - Mercredi 08 novembre 2017 - 09:00Le colloque est co-organisé par l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée, le MuCEM et le Centre Norbert Elias. Il aura lieu les 8-9 et 10 novembre 2017Le positionnement éthique ou politique d’un chercheur se construit à travers ses méthodes de travail. En sciences humaines et sociales, ces méthodes sont autant de manières de faire au sein du discours. Elles mobilisent un ensemble de gestes et d’opérations qui concernent aussi la recherche artistique. C’est sur ces gestes partagés que nous souhaitons amener le dialogue entre recherches scientifiques et pratiques artistiques.Nous partons de la part commune de matérialité du travail de recherche – la confrontation avec les matériaux, les archives et les témoignages – pour susciter un dialogue autour des gestes de la collecte, des méthodes d’enquête, des formes d’écriture et d’exposition. Admettre que celles-ci ne traduisent pas seulement des résultats, mais constituent en soi des chantiers théoriques et artistiques, c’est ouvrir un espace d’échanges entre arts et sciences sociales.Notre démarche consiste davantage à décloisonner les discours qu’à interroger la spécificité de nos recherches respectives. L’enjeu est de penser la recherche en dehors des frontières disciplinaires afin de constituer un laboratoire de réflexivité et d’innovation offrant aux uns et aux autres la possibilité de déplacer son regard sur ses objets et ses pratiques.MERCREDI 8 NOVEMBRE 2017Centre de la Vieille Charité – Cinéma Le Miroir9h30 : mots d’ouverture, conseil scientifique.ENGAGEMENT ET DISTANTIATION : LE CHERCHEUR ET SON TERRAINModération : Boris Pétric (Centre Norbert Elias)Comment évaluer la proximité ou la distance par rapport à son sujet de travail ? L’implication du chercheur conditionne son intelligence des problèmes à étudier ou des situations à documenter. En témoignent de nombreuses réflexions sur le placement de la caméra, mais aussi sur la place des émotions dans l’énonciation historique, ou encore sur le rôle heuristique des procédés littéraires et des techniques théâtrales de distanciation. Ce dialogue entre chercheurs et artistes vise à interroger le caractère heuristiquement fécond de l’implication sensible du chercheur, ainsi que le rôle du désir dans le geste de chercher.10h00 : Philipe Bazin et Christiane Vollaire11h : Discussion11h30 : pause12h-13h : Kapwani Kiwanga 13h-15h : pause déjeunerModération : Vanessa Brito (ESADMM)15h-15h30 : présentation de la revue Sensibilités par Quentin Deluermoz (il nous faudra réserver une autre salle).16h projection de L’hypothèse du Mokélé Mbembé (1h18) et débat avec Marie Voignier.18h : pauseModération : (intervenant à confirmer)18h30-20h : projection et débat avec Jeff Silva JEUDI 9 NOVEMBRE 2017MuCEM – auditorium Germaine TillionISOLER, CADRER, CONFRONTER : ENJEUX DES GESTES DE LA COLLECTEModération : Lotte Arndt (ESAD Valence-Grenoble) et Dorothée Dussy (CNE) Comment se constitue un objet de recherche ? Tout commence, comme le rappelle Michel de Certeau, avec le geste de mettre à part. Les premiers gestes consistent à collecter, à isoler, à cadrer, à confronter des sources, à opérer des changements de focale. Ils ont une force qui leur est propre, ils fabriquent du sens. Quels effets cela produit sur nos possibilités de compréhension ? Comment un objet se transforme en document, en objet archéologique ou ethnographique ? Qu’est-ce qui se perd lors de cette transformation qui est aussi un abandon de liens et de possibles ? Un des objectifs sera de confronter les enjeux de différents gestes et pratiques de la collecte réalisées par des chercheurs et des artistes.9h30-11h30 : Mathieu Abonnenc (artiste), Romain Bertrand (historien), Benoît de l’Estoile (anthropologue).11h30 : pause12h-13h : Discussion DONNER VOIX, REPHRASER, MONTER : LA RECHERCHE DE FORMES D’ÉNONCIATIONModération : Nicolas Feodoroff (FID) et Aude Fanlo (MuCEM) (à confirmer)Comment faire parler des objets ? Comment prolonger la puissance de parole de voix isolées ou disparues ? Ces questions animent de nombreuses démarches artistiques. Elles sont aussi au cœur de l’anthropologie visuelle ou de la réflexion que certains historiens portent sur l’écriture de l’histoire, l’usage et le traitement de l’archive. Que l’on construise un récit littéraire, cinématographique ou historique, ces questionnements entraînent de nouveaux usages de la citation et de la paraphrase, du découpage et du montage, de la voix off et de la figure du narrateur. Ils produisent des formes d’énonciation plurielle qui donnent à l’objet de la recherche la possibilité de se constituer comme sujet et d’évaluer lui-même son propre statut. 14h30-17h : Patrick Boucheron (historien), Arlette Farge (historienne), Natacha Nisic (artiste), Caterina Pasqualino (anthropologue).17h : pause17h30-18h30 : DiscussionVENDREDI 10 NOVEMBRE 2017MuCEM auditorium Germaine Tillion TROUER LE RÉCIT CONTINU : ESPACES BLANCS, HISTOIRES POTENTIELLES ET CONTREFACTUELLESModération : Vanessa Brito (ESADMM)et Anna Dezeuze (ESADMM) Une manière de refuser le caractère nécessaire de l’état des choses est, pour les historiens, d’imaginer à partir de ce qui s’est amorcé mais non développé dans l’histoire, ce qu’aurait pu être le futur de ces passés inaboutis. Il est possible d’écrire une autre histoire à partir des avenirs non advenus – une histoire fictive, contrefactuelle, mais offrant des ressources à l’action, en dehors de l’évidence du présent. Ces expériences d’écriture en histoire, pratiquées parfois en anthropologie, peuvent alors rencontrer des expériences artistiques de mise en récit. Ce qui nous permettra d’interroger les usages artistiques du document et de l’archive, le statut de la fiction et les régimes de véridicité.9h30-11h45 : Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou (historiens), Vincent Meessen (artiste), Uriel Orlow (artiste).11h45 : pause12h15-13h : DiscussionL’EXPOSITION COMME FORME D’ÉCRITUREModération : Sylvie Collier (UAM) et Jean-Roch Bouiller (MuCEM)Exposer est une opération commune à l’artiste et au chercheur en sciences humaines et sociales. On expose des images, mais aussi une pensée et des arguments. Qu’il soit visuel ou textuel, le montage construit du sens, tisse des récits et propose une narration. Aujourd’hui, philosophes et historiens de l’art cherchent des points de convergence entre la forme-livre et la forme-exposition. Des anthropologues, sociologues et historiens co-construisent des expositions dans des musées de société. Le commissariat de recherche pose clairement la question de l’engagement de l’art par rapport à la connaissance et nous rend à l’évidence que laproduction du savoir est indissociable de ses formes de monstration et d’exposition. Une réflexion commune sur les enjeux de cette forme de narration ouvre encore un espace de dialogues entre nos recherches respectives.14h30-17h00 : Nadine Gomez (directrice du Musée Gassendi et du « Cairn »), Yann-Philippe Tastevin (anthropologue),  (artiste), Philippe Artières (historien).17h : pause17h30-18h30 : Discussion et clôture.(...)

Lire la suite

Séminaire Economie et Histoire

Séance spéciale de séminaire - Jeudi 19 octobre 2017 - 15:00L’historie et l’économie s’intéressent actuellement à l’ensemble des phénomènes sociaux. Leurs approches mobilisent à la fois des questionnements et des méthodes différentes. Le but de ce séminaire sera d’enrichir l’étude de ces objets partagés en confrontant approches et méthodes à partir de quelques dossiers thématiques. Ces dossiers comptent se focaliser, entre autres, sur la mobilité sociale et intergénérationnelle, le rôle du mariage, et l’impact de l’urbanisation sur des différents phénomènes sociaux.Le séminaire aura lieu un jeudi par mois, en alternance entre le Centre Norbert Elias et l’AMSE.Organisateurs : Jean Boutier, Cecilia Garcia-Peñalosa, Alain Trannoy, Arundhati Virmani.Séance du 19 octobre 2017Alain Trannoy - Questions de mobilité intergénérationnelle: Les élites françaises  Discutant : Jean Boutier> Voir le détail de la programmation à venir sur l'affiche(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27