Les membres | les membres permanents

Boris PĂ©tric

Boris PĂ©tric

 

Anthropologue

Directeur du Centre Norbert Elias

Directeur de recherche au CNRS

HDR

Bureau : 04 91 14 07 57

 

Les recherches de Boris Pétric concernent le rapport entre « espaces, pouvoirs et ressources » dans un contexte contemporain. Il travaille actuellement sur le monde du vin et s’intéresse aux changements d’échelle de la production, de la consommation et de la régulation. Il mène plus particulièrement un terrain ethnographique sur la transnationalisation de l’économie viticole en étudiant les relations entre la France et la Chine.

Vous pouvez Ă©galement visionner le film "portrait de chercheur : Boris PĂ©tric, anthropologue" (13 min., 2006) http://videotheque.cnrs.fr/doc=1768
 


Ses précédents travaux ont porté sur les dynamiques politiques dans l’Eurasie post-socialiste. Il s’est d’abord intéressé à la construction problématique de l’ethnicité dans l’espace yougoslave en décomposition. Il a ensuite séjourné pendant quatre ans en Ouzbékistan. Il a notamment été membre de l’Institut Francais d’études sur l’Asie Centrale (IFEAC-Tachkent) et boursier Lavoisier du ministère français des Affaires Etrangères.

Son ouvrage Pouvoir, don, réseaux en Ouzbékistan post-soviétique (2002, PUF), couronné par le prix Le Monde de la recherche universitaire, met en lumière le fonctionnement du pouvoir dans cette société post-soviétique et propose de comprendre la relation qui existe entre les pratiques spécifiques du don et le pouvoir politique contemporain.

Son deuxième ouvrage « On a mangé nos moutons. Kirguizstan du berger au Biznessman, (col. Anthropolis, Belin) analyse la transformation des différents espaces politiques (local, régional, national, transnational) dans un contexte où l’exercice du pouvoir se construit sur des logiques de captation. Il est également l’auteur d’un film documentaire, Democracy@large qui s’intéresse plus particulièrement à la présence d’ONGs et d’organisations internationales au Kirghizstan. Ces travaux  s’inscrivent à l’intérieur d’une réflexion théorique plus large concernant des questions de souveraineté et de légitimité de nouveaux espaces politiques globalisés. Il a été responsable d’un projet de recherche ANR jeunes chercheurs (2007-20010), intitulé "Experts, médiateurs et courtiers de la bonne gouvernance : une approche comparative des pratiques transnationales de promotion de la démocratie". Ce projet s’est matérialisé par la publication d’un ouvrage collectif en 2012 intitulé La Fabrique de la Démocratie : ONG, Think Tank et organisations internationales en action (éditions de la FMSH).

Boris Pétric a publié une étude sur les dynamiques socio-politiques de la viticulture méridionale française liée à l’européanisation du secteur viticole, Wine and Europe : the Metamorphoses of a Land of Choice. Il est l’auteur d’un documentaire Jours de colère (VF/CNRS images, France 5, 74 min) qui met en particulier en valeur l’art oratoire des leaders viticoles du midi.

Boris Pétric dirige avec Marc Abélès la collection Anthropolis aux éditions Belin. Il est membre du comité de la revue Socio. Il assure deux séminaires de recherche à l’EHESS. Le premier, en collaboration avec Jean-François Gossiaux, porte sur une anthropologie des espaces politiques à partir de leurs travaux respectifs dans l’espace post-socialiste. Le second, en collaboration avec Giorgio Blundo, s’intéresse à la transnationalisation du politique (EHESS, Marseille).


Il s’intéresse par ailleurs à l’anthropologie visuelle (cf filmographie).

 

Publications


Livres

  • 2015, Where are all our sheep : Kyrgyzstan a global political Arena, New York, Berghahn Press
  •  2013, On a mangĂ© nos moutons. Kirghizstan du Berger au Biznessman, Paris, Belin.
  •  2002, Pouvoir, don et rĂ©seaux dans l’OuzbĂ©kistan post-soviĂ©tique, Paris, PUF.

 

Ebook

  • 2007, avec A Gouez, Wine and Europe : the Metamorphoses of a Land of Choice, Notes de recherches, fondation Notre Europe,  82 p. http://www.notre-europe.eu/uploads/...

 

Ouvrages collectifs

  • 2012, La Fabrique de la DĂ©mocratie : ONG, Think Tank et organisations internationales en action, Paris, Ă©ditions de la FMSH.
  • 2012, Democracy@Large: International Institutions, NGOs and Political Foundations. New York: Palgrave MacMillan, 296 p.
  • 2011, Panorama de l’Anthropologie Russe Contemporaine. (Overview of Contemporary Russian Anthropology), Paris, L’Harmattan, (with E. Filippova) 250 p. 
  • 2010, Socialni Antropologi vo Frantsi (en russe), (Social Anthropology in France), Moscow: Institute of Ethnology, Academy of Sciences. (with E. Filipova). 262 p.

 

Direction de numéro de revues

  • 2013, “RĂ©volutions, Indignations, Contestations”, avec PĂ©nĂ©lope Larzilière, Socio, Paris, FMSH Editions n°2.
  • 2011, “La RuĂ©e Globale vers la Terre: Acteurs Transnationaux et Strategies Locales”. (The Global Land Rush: Transnational Actors and Local Strategies), Transcontinentales, n°10-11.
  • 2010, “Des Migrations aux Circulations Transnationales”. (From Migrations to Transnational Circulations), Transcontinentales, n°8-9.
  • 2009, “Les Nouvelles Arènes du Politique: Organisations Internationales et non Gouvernementales, Fondations et Think Tanks”, avec Alessandro Monsutti, Tsantsa.
  • 2008, « StratĂ©gies amĂ©ricaines aux marches de la Russie », HĂ©rodote, n°129.

 

Chapitres d’ouvrages

  • “Electoral Observation and transnational NGO coalition in Kyrgyzstan”. In Petric B., Democracy@large: NGOs, International Organizations, Political foundations, Think Tanks. New York, Palgrave MacMillan.
  •  2010, “The Logic of Exchanges in the Post-Soviet Uzbek State: Factions, Protections and New Resistances.” In R. Canfield, G. Rasuly-Palaczek (ed) Ethnicity, Authority and Power in Central Asia : New Games Great and Small, London: Routledge.
  • “The Ironi in Uzbekistan or the virtues of mental dissimulation (taqiya) in a post-Soviet context of sunnization”. In S. Mervin (ed), The Shi’a Worlds and Iran. London: Saqi Book.
  • 2009, “Le vin est-il est un produit culturel ? Une question dĂ©battue en Europe” (Is Wine a Cultural Good? The Terms of the Debate in Europe). In N. Adenis (ed), Le Vin est-il un produit culturel ?, Actes du Colloque de l’UniversitĂ© de la Vigne et du Vin, Narbonne. 
  • 2009, “Mahalla in Present day Uzbekistan. The political dimension”. In: Gammer, Moshe (Ed.), Central Asia and Caucasus. London: Franck Cass.
  • 2007, « La construction de la dĂ©mocratie sous l’égide des organisations internationales : le cas du Kirghizstan », en collaboration avec J.F. Gossiaux, in C. Neveu (dir.), Cultures et pratiques participatives. Perspectives comparatives, Paris, L’Harmattan, Coll. Logiques politiques.
  • 2006, « Du communisme au post-communisme : mutations du clientĂ©lisme politique en OuzbĂ©kistan » in M. Mespoulet et S. Kott (dirs.), La transition post-communiste dans l’histoire, Presses universitaires de Bruxelles.

 

Articles

  • 2014, « Transformer le dĂ©sert chinois en vigne, Le Monde Diplomatique, juin.
  • 2014, « La Chine et le vin », Revue des Ĺ“nologues, n°153, pp. 49-52
  • 2014, « L’essor rĂ©cent de la production chinoise », Revue des Ĺ“nologues, n°152, pp. 57-60.
  • 2012, “Pogroms contre les Ouzbeks Ă  Och au Kirghizstan” (Uzbeks Osh Pogroms in Kyrgyzstan), HĂ©rodote, n°138.
  • “New Political Arenas: International Organizations, NGOs, Political Foundations and Think Tanks,” Tsantsa, n°14.
  • 2008, “Observation Ă©lectorale et rĂ©seaux transnationaux d’ONG: le cas du Kirghizstan” (Electoral Observation and Transnational Networks of NGOs: the Case of Kyrgyzstan), Tiers Monde, n°193, 91-110.
  • 2006, « Uzbekistan is not a Society based on Ethnic principle, but it can become that », Anthropology & Archeology of Eurasia. A Journal of translations. Vol. 44, n° 4, pp. 64-69.
  • 2006, « Le Kirghizstan : laboratoire de la nouvelle gouvernance mondiale », Revue Transitions, n° 4, septembre.
  • 2006, « Un projet d’aide internationale en OuzbĂ©kistan : assistance technique ou transformation politique », Strates.
  •  2005, “Post-Soviet Kyrgyzstan or the Birth of a Globalized Protectorate,” Central Asian Survey, 24(3), September.
  • 2005, « Edil Baisalov, rĂ©volutionnaire kirghize : portrait d’un membre de l’internationale de la dĂ©mocratie », La vie des idĂ©es, novembre.
  • 2005, « L’OuzbĂ©kistan n’est pas une sociĂ©tĂ© structurĂ©e sur des rapports ethniques » (en russe) Etnograficeskije Obozrenie, n° 1, institut d’ethnologie, Moscou.
  • 2005, « Des collines kurdes aux hautes terres de Nouvelle GuinĂ©e : entretien avec Fredrik Barth », entretien rĂ©alisĂ© en collaboration avec A. Monsutti, ethnographiques.org, n° 8.
  • 2004, « L’émergence de nouveaux pouvoirs locaux sur les cendres d’un kolkhoze kirghize », Cahiers d’études sur l’Asie centrale, n° 8.
  • 2004, « Etat des lieux de la littĂ©rature sur l’Asie centrale post-soviĂ©tique », en collaboration avec C. Poujol, Revue internationale et stratĂ©gique, n° 51
  • 2003, « Logiques d’échanges dans l’État ouzbek post-soviĂ©tique : fonctions, protection et nouvelles rĂ©sistances », Journal des anthropologues, n° 89, pp. 92-93.
  • 2002, « La mahalla vecteur de construction d’un imaginaire national dans l’OuzbĂ©kistan post-soviĂ©tique », CEMMOTI, n° 33.
  • 2001, « Un musĂ©e Tamerlan en OuzbĂ©kistan : quĂŞte d’une origine ou d’une lĂ©gitimitĂ© nationale ? », Socio-Anthropologie, n° 9,  pp. 87-99.
  • 2001, « L’ethnologie ouzbèke : une continuitĂ© paradoxale », Journal des anthropologues, n° 87,  pp. 15-39.

 

Filmographie

  • "Jours de colère", film documentaire, 82 min., VF films productions/CNRS Images, 2009, rĂ©alisation E. Laborie, auteurs : PĂ©tric, Laborie.
  • Democracy@large, film documentaire, 52 min., Kg production, Arte, 2006. RĂ©alisation : E.  Hamon, auteur : B. PĂ©tric.
EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  ActualitĂ©s

La Position du chercheur

Colloque - Mercredi 08 novembre 2017 - 09:00Le colloque est co-organisé par l’École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée, le MuCEM et le Centre Norbert Elias. Il aura lieu les 8-9 et 10 novembre 2017Le positionnement éthique ou politique d’un chercheur se construit à travers ses méthodes de travail. En sciences humaines et sociales, ces méthodes sont autant de manières de faire au sein du discours. Elles mobilisent un ensemble de gestes et d’opérations qui concernent aussi la recherche artistique. C’est sur ces gestes partagés que nous souhaitons amener le dialogue entre recherches scientifiques et pratiques artistiques.Nous partons de la part commune de matérialité du travail de recherche – la confrontation avec les matériaux, les archives et les témoignages – pour susciter un dialogue autour des gestes de la collecte, des méthodes d’enquête, des formes d’écriture et d’exposition. Admettre que celles-ci ne traduisent pas seulement des résultats, mais constituent en soi des chantiers théoriques et artistiques, c’est ouvrir un espace d’échanges entre arts et sciences sociales.Notre démarche consiste davantage à décloisonner les discours qu’à interroger la spécificité de nos recherches respectives. L’enjeu est de penser la recherche en dehors des frontières disciplinaires afin de constituer un laboratoire de réflexivité et d’innovation offrant aux uns et aux autres la possibilité de déplacer son regard sur ses objets et ses pratiques.MERCREDI 8 NOVEMBRE 2017Centre de la Vieille Charité – Cinéma Le Miroir9h30 : mots d’ouverture, conseil scientifique.ENGAGEMENT ET DISTANTIATION : LE CHERCHEUR ET SON TERRAINModération : Boris Pétric (Centre Norbert Elias)Comment évaluer la proximité ou la distance par rapport à son sujet de travail ? L’implication du chercheur conditionne son intelligence des problèmes à étudier ou des situations à documenter. En témoignent de nombreuses réflexions sur le placement de la caméra, mais aussi sur la place des émotions dans l’énonciation historique, ou encore sur le rôle heuristique des procédés littéraires et des techniques théâtrales de distanciation. Ce dialogue entre chercheurs et artistes vise à interroger le caractère heuristiquement fécond de l’implication sensible du chercheur, ainsi que le rôle du désir dans le geste de chercher.10h00 : Philipe Bazin et Christiane Vollaire11h : Discussion11h30 : pause12h-13h : Kapwani Kiwanga 13h-15h : pause déjeunerModération : Vanessa Brito (ESADMM)15h-15h30 : présentation de la revue Sensibilités par Quentin Deluermoz (il nous faudra réserver une autre salle).16h projection de L’hypothèse du Mokélé Mbembé (1h18) et débat avec Marie Voignier.18h : pauseModération : (intervenant à confirmer)18h30-20h : projection et débat avec Jeff Silva JEUDI 9 NOVEMBRE 2017MuCEM – auditorium Germaine TillionISOLER, CADRER, CONFRONTER : ENJEUX DES GESTES DE LA COLLECTEModération : Lotte Arndt (ESAD Valence-Grenoble) et Dorothée Dussy (CNE) Comment se constitue un objet de recherche ? Tout commence, comme le rappelle Michel de Certeau, avec le geste de mettre à part. Les premiers gestes consistent à collecter, à isoler, à cadrer, à confronter des sources, à opérer des changements de focale. Ils ont une force qui leur est propre, ils fabriquent du sens. Quels effets cela produit sur nos possibilités de compréhension ? Comment un objet se transforme en document, en objet archéologique ou ethnographique ? Qu’est-ce qui se perd lors de cette transformation qui est aussi un abandon de liens et de possibles ? Un des objectifs sera de confronter les enjeux de différents gestes et pratiques de la collecte réalisées par des chercheurs et des artistes.9h30-11h30 : Mathieu Abonnenc (artiste), Romain Bertrand (historien), Benoît de l’Estoile (anthropologue).11h30 : pause12h-13h : Discussion DONNER VOIX, REPHRASER, MONTER : LA RECHERCHE DE FORMES D’ÉNONCIATIONModération : Nicolas Feodoroff (FID) et Aude Fanlo (MuCEM) (à confirmer)Comment faire parler des objets ? Comment prolonger la puissance de parole de voix isolées ou disparues ? Ces questions animent de nombreuses démarches artistiques. Elles sont aussi au cœur de l’anthropologie visuelle ou de la réflexion que certains historiens portent sur l’écriture de l’histoire, l’usage et le traitement de l’archive. Que l’on construise un récit littéraire, cinématographique ou historique, ces questionnements entraînent de nouveaux usages de la citation et de la paraphrase, du découpage et du montage, de la voix off et de la figure du narrateur. Ils produisent des formes d’énonciation plurielle qui donnent à l’objet de la recherche la possibilité de se constituer comme sujet et d’évaluer lui-même son propre statut. 14h30-17h : Patrick Boucheron (historien), Arlette Farge (historienne), Natacha Nisic (artiste), Caterina Pasqualino (anthropologue).17h : pause17h30-18h30 : DiscussionVENDREDI 10 NOVEMBRE 2017MuCEM auditorium Germaine Tillion TROUER LE RÉCIT CONTINU : ESPACES BLANCS, HISTOIRES POTENTIELLES ET CONTREFACTUELLESModération : Vanessa Brito (ESADMM)et Anna Dezeuze (ESADMM) Une manière de refuser le caractère nécessaire de l’état des choses est, pour les historiens, d’imaginer à partir de ce qui s’est amorcé mais non développé dans l’histoire, ce qu’aurait pu être le futur de ces passés inaboutis. Il est possible d’écrire une autre histoire à partir des avenirs non advenus – une histoire fictive, contrefactuelle, mais offrant des ressources à l’action, en dehors de l’évidence du présent. Ces expériences d’écriture en histoire, pratiquées parfois en anthropologie, peuvent alors rencontrer des expériences artistiques de mise en récit. Ce qui nous permettra d’interroger les usages artistiques du document et de l’archive, le statut de la fiction et les régimes de véridicité.9h30-11h45 : Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou (historiens), Vincent Meessen (artiste), Uriel Orlow (artiste).11h45 : pause12h15-13h : DiscussionL’EXPOSITION COMME FORME D’ÉCRITUREModération : Sylvie Collier (UAM) et Jean-Roch Bouiller (MuCEM)Exposer est une opération commune à l’artiste et au chercheur en sciences humaines et sociales. On expose des images, mais aussi une pensée et des arguments. Qu’il soit visuel ou textuel, le montage construit du sens, tisse des récits et propose une narration. Aujourd’hui, philosophes et historiens de l’art cherchent des points de convergence entre la forme-livre et la forme-exposition. Des anthropologues, sociologues et historiens co-construisent des expositions dans des musées de société. Le commissariat de recherche pose clairement la question de l’engagement de l’art par rapport à la connaissance et nous rend à l’évidence que laproduction du savoir est indissociable de ses formes de monstration et d’exposition. Une réflexion commune sur les enjeux de cette forme de narration ouvre encore un espace de dialogues entre nos recherches respectives.14h30-17h00 : Nadine Gomez (directrice du Musée Gassendi et du « Cairn »), Yann-Philippe Tastevin (anthropologue),  (artiste), Philippe Artières (historien).17h : pause17h30-18h30 : Discussion et clôture.(...)

Lire la suite

SĂ©minaire Economie et Histoire

Séance spéciale de séminaire - Jeudi 19 octobre 2017 - 15:00L’historie et l’économie s’intéressent actuellement à l’ensemble des phénomènes sociaux. Leurs approches mobilisent à la fois des questionnements et des méthodes différentes. Le but de ce séminaire sera d’enrichir l’étude de ces objets partagés en confrontant approches et méthodes à partir de quelques dossiers thématiques. Ces dossiers comptent se focaliser, entre autres, sur la mobilité sociale et intergénérationnelle, le rôle du mariage, et l’impact de l’urbanisation sur des différents phénomènes sociaux.Le séminaire aura lieu un jeudi par mois, en alternance entre le Centre Norbert Elias et l’AMSE.Organisateurs : Jean Boutier, Cecilia Garcia-Peñalosa, Alain Trannoy, Arundhati Virmani.Séance du 19 octobre 2017Alain Trannoy - Questions de mobilité intergénérationnelle: Les élites françaises  Discutant : Jean Boutier> Voir le détail de la programmation à venir sur l'affiche(...)

Lire la suite

Rencontres musico-doctorales de Paris Ă  Marseille

Rencontre - Jeudi 22 juin 2017 - 10:00Ces journées, organisées par le Centre Norbert Elias et le Centre Georg Simmel avec le soutien de l'EHESS, se donnent pour objectif de mettre en lumière des travaux de doctorant.e.s travaillant sur la musique.Vous trouverez dans le programme de ces rencontres des communications sur les thèmes de la programmation des musiques du monde, de l'apprentissage de la techno, du music-hall, mais bien d'autres encore. (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27