CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Journée d’études « le Cadavre en procès »

Les journées d'études, les colloques, les séminaires | Archives

Journée d’études « le Cadavre en procès »

Lundi 5 Décembre 2011

     

Dans le cadre des séminaires de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Marseille : Salle A, 2ème étage

     

Responsables : Frédéric Joulian (Centre Norbert Elias) et Agnès Jeanjean (LASMI –Université de Nice)

     

Image1Image2

     

Organisation : Hervé Guy, Agnès Jeanjean, Anne Richier

    

Cette deuxième journée d’études fait suite à celle déjà organisée le 25 mai 2011 à Marseille. L'objectif est d'aborder la mort à travers le corps singulier qu'est le cadavre. Il s'agit de réunir archéologues, historiens, sociologues, anthropologues, psychanalystes, juristes, philosophes, historiens d'art, afin d'engager un dialogue délibérément placé sous le signe de la démarche analytique des gestes et des techniques qui président au devenir des cadavres. Comme toujours au cours de ce type d’échange interdisciplinaire, des pistes de réflexion apparaissent et nous souhaitons en développer quelques-unes, afin de déboucher en 2013 sur un THEMA de la revue Techniques et Culture.

    

1 - La matérialité du cadavre

La prise en compte ou pas de la décomposition du cadavre a des effets proprement épistémologiques. Nos disciplines en escamotent fréquemment certains aspects. Comment penser le cadavre lorsque l'on a plus que les os ? Quid de la vue, de l'odeur, de la pesanteur d'un cadavre en décomposition dans les nombreuses études sur la mort et les rites funéraires ? S'il existe une discipline en sciences sociales où l'on est amené à côtoyer régulièrement des cadavres (certes, dépouillés de leurs chairs), il s'agit bien de l'archéologie. Pour autant, la relation que les archéologues entretiennent avec leur objet d'étude est pour le moins ambigu. En effet, bien que manipulant des concepts directement liés aux phénomènes de décomposition, ils ne sont jamais ou très rarement confrontés à la réalité d'un cadavre.

    

2 - Le cadavre pratiqué

Nous aborderons les effets produits par les cadavres et leur décomposition sur les personnes conduites à les côtoyer (fossoyeurs, médecins légistes, public…). Les modes de conservation et d'exposition des cadavres seront nécessairement explorés. Ici, il conviendra de comparer les époques, les lieux, les contextes et de prêter une attention particulière aux gestes et aux techniques.

    

On s'intéressera aux mots, aux représentations et à la place des activités mortuaires et de ceux qui les développent, dans la société.

    

Dans un registre proche, nous nous demanderons dans quelle mesure le fait d’envisager le cadavre comme un « déchet potentiel » peut nous aider à penser les élaborations techniques qui visent à soustraire à nos sens ces états du corps. Nous pourrons également conjecturer que les transformations, les manipulations et les déplacements sont des attitudes qui visent à ne pas les jeter, mais au contraire à leur trouver une place, à les « ranger » au sein d’un ordre culturel, de sorte à atténuer ou éliminer leurs effets perturbateurs (à la fois au niveau du sens et des sens).

    

La notion de déchet peut-elle nous aider à penser le cadavre quand il surgit en très grand nombre (catastrophe, épidémie, génocide) ? Dans quelles conditions (quantitatives et qualitatives) la mort de masse requiert-elle un traitement « déviant » du cadavre. En corollaire, que se passe-t-il de ce point de vue lorsque la mort est le résultat d'un crime dont la finalité est guidée par l'intention de nier l'identité sociale ou l'humanité de la victime (ou des victimes), lorsqu'il s'inscrit dans une « sortie » de la culture et de l'ordre symbolique. Quel sens prend alors la technique cet « acte traditionnel efficace » lorsqu'il n'y a pas tradition ?

    

3 - Le cadavre représenté

Nous aborderons par ailleurs la question du traitement du cadavre et de sa décomposition dans le champ artistique (littérature, cinéma, photographie). Quels effets y produit-il ?

    

Programme

 

9h30 - 10h : Ouverture, Hervé Guy, Agnès Jeanjean, Frédéric Joulian, Anne Richier

     

10h-10h30 : Gasnier Jean-Pierre, avocat au Barreau de Marseille, Université Paul Cézanne Aix Marseille 3 :

"Le statut juridique des mort-nés".

     

10H30-11h : Gelis Jacky, historien professeur émérite de l’Université Paris 8 :

« Les sanctuaires à Répit »

    

11h-11h30 : Laudanski Cyril, ethnologue, Doctorant IDEMEC Aix Marseille et Jeanjean Agnès, ethnologue, LASMIC Université de Nice

« Agents de la morgue, fossoyeurs : le travail et ses représentations »

     

11h30 -12h 30 : Moisseeff Marika, anthropologue, psychanalyste LAS Paris :

« Le traitement du cadavre dans un film d'horreur : Aftermath de Nacho cerda »

     

Pause déjeuner

    

14h-14h30 : Bonnabel Lola et Anne Richier , archéo-anthropologues INRAP

« Du squelette découvert au cadavre imaginé ».

    

14h30-15h : Anstett Elisabeth, anthropologue IRIS EHESS CNRS Paris

"Cadavre et violences de masse: les Genocides Studies en procès?".

   

15h-17h : discussion

   

Contacts : herve.guy@inrap.fr ; agnes.jeanjean@gmail.com ; anne.richier@inrap.fr et frederic.joulian@ehess.fr

 

Rubriques à consulter

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Être jeune à Marseille

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 09:00Le Centre Norbert Elias présente une exposition des travaux photographiques de doctorants et étudiants de master réalisés au cours des ateliers de la Fabrique des écritures.Menés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin, ces ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie et ses usages dans les sciences sociales, avec l’objectif d’expérimenter la photographie comme source de connaissance.Ces séances pratiques s’inscrivent dans le séminaire de recherche de l’EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales » (Enseignement 2017-2018). Les photographes Anaïs Baseilhac - Rue des ConvalescentsDes personnes âgées hébergées dans une maison de retraite médicalisée évoquent leurs souvenirs de jeunesse.Davide Cacchioni - Jeunes… par dessus le marchéReportage sur les nouveaux producteurs et artisans du marché bio du cours Julien. Violaine Chevrier - Quart d’airLe temps d’un quart d’heure les élèves se retrouvent pour une bouffée d’air dans le sas d’entrée du Lycée Saint-Charles, mi-dedans, mi-dehors, dans un espace à la fois libre et encadré. Margot Bergerand - Traits d’unionReportage sur les activités d'accompagnement scolaire et la fanfare de la Dar Lamifa, un lieu associatif engagé, animé par des bénévoles.Emma Cavalleri - The non-symbolic workIls sont boulanger, menuisier, luthier... portraits des nouveaux artisans marseillais, à rebours de la pensée de Robert Reich qui affirme que pour être compétitif il faut développer des emplois symboliques.Joëlle Rivier - Je veux être au sommet du videReportage autour de l’atelier d’écriture et d’intervention urbaine mené par des jeunes du Lycée Saint-Exupéry, communément appelé Lycée « Nord ».Ziyu Lin - Une vie différentePortraits d’étudiants chinois en France et, en contrepoint, les difficultés d’intégration qu’ils rencontrent au quotidien.(...)

Lire la suite

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre (...)

Lire la suite

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre Norbert Elias
EHESS - Campus Marseille
La Vieille Charité
2, rue de la Charité
13 002 Marseille
France

04 91 14 07 27