CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Jean-Louis Tornatore, « Dans le temps - Pour une socio-anthropologie politique du passé-présent : patrimoine, mémoire, culture, etc. »

Les soutenances de thèse | Les soutenances 2010

Jean-Louis Tornatore, « Dans le temps - Pour une socio-anthropologie politique du passé-présent : patrimoine, mémoire, culture, etc. »

Habilitation à diriger des recheches - vendredi 26 novembre 2010

    

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

   

Membres du Jury

Jacques Cheyronnaud, anthropologue, directeur de recherche au CNRS

Jean-Louis Fabiani, sociologue, directeur d'études à l'EHESS (garant et rapporteur)

Antoine Hennion, sociologue, professeur à École des Mines (Paris)

Ellen Hertz, anthropologue, professeure à l'Institut d'ethnologie, Université de Neuchâtel (CH) (rapporteur)

Gérard Lenclud, anthropologue, directeur de recherche au CNRS

Jacques Walter, professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Université Paul Verlaine -

Metz (rapporteur)

      

     

…Non décidément, il est toujours, et peut-être plus que jamais, utile de défendre un point de vue dont l’affirmation d’évidence, à l’instar d’un monument, nuirait à la visibilité. On a vite fait de vous enfermer dans une nuit anthropologique où tous les chats sont gris. Ce travail, contre lequel je n’ai cessé de pester jusqu’à ce que j’en mette le point final au motif qu’il était artificiel et ronflant et m’empêchait d’occuper le congé de recherche que m’a octroyé mon université à faire ce dont notre métier d’enseignant-chercheur-agent administratif nous prive de plus en plus : lire, est donc l’occasion de l’affirmer en racontant comment j’ai construit ma singularité, à la conjonction de plusieurs déplacements : vers la sociologie, vers la politique du patrimoine, vers une recherche – action,  impliquée, attachée, etc., c’est à voir – participant à la performation de la réalité, vers le pragmatisme. En voici une première formulation en trois temps : un, loin de tout désarroi ou de toute dénonciation, prenons au sérieux les phénomènes d’objectivation de la culture autant que ceux, stigmatisés, d’une présence dite proliférante des objets du passé dans le présent. Deux, à faire une anthropologie de l’institution de la culture – au second degré ! –, et plus largement du passé-présent – les usages du passé –, on ne peut guère éluder leur dimension éthico-politique au risque de passer complètement à côté du phénomène. L’anthropologue – ou le socioanthropologue – est certes un peu mieux placé que l’historien pour observer ces pratiques mais alors il peut aller plus loin que de coutume en se plaçant au plus près des personnes et en considérant leur propre réflexivité dans leur activité – leur « enquête » – et l’attachement qu’elles construisent dans l’action : cela suppose qu’il rabatte de sa prétention à leur dire la vérité sur ce qu’ils font. Trois, de la réflexivité de l’acteur à la réflexivité du chercheur,  et retour : l’occasion est belle pour l’anthropologue d’interroger son propre désir et comment ce désir instruit le topos de la différence culturelle. Et puisque amateurs et anthropologues partagent un même objet – la culture, le passé-présent –, pourquoi ne se rencontreraient-ils pas sur une même scène pour considérer leurs capacités à en dire quelque chose ? L’acte de la recherche en sciences sociales ne doit-il pas se déployer dans cet espace de coopération, en naître et s’y nourrir ?

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre (...)

Lire la suite

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Exposition - Vendredi 22 juin 2018 - 13:15Les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu'ils ont réalisés cette année au cours d'ateliers "Cinéma" et "Photographie". Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s'inscrivent dans le séminaire de recherche de l'EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales ».Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu'à expérimenter ces media comme source de connaissance.Cinéma et documentaire sonoreDjebel, Christian Di Giandomenico et Giorgio Cassone Regards sur le chantier de la porte d'Aix à Marseille (film documentaire). Cahiers de parentalité, Gaia Manetti Trois entretiens sur la parentalité (documentaire sonore).Celui qui allume la lumière, Thomas Langlois Le quotidien d'un bar de Beyrouth à travers le portrait d'un employé bengali (film documentaire).Sans mesure, Selen Gobelez et Tamara Dmitrieva La vie d'un atelier de couture dans le quartier Belsunce à Marseille (film documentaire en cours de montage).Photographie : Être jeune à MarseilleÊtre jeune à Marseille est une exposition des photographies d'Anaïs Baseilhac, Davide Cacchioni, Emma Cavalleri, Joelle Rivier, Margot Bergerand, Violaine Chevrier et Ziyu Lin, sous le commissariat de Marco Barbon et Franco Zecchin. Les photos seront présentées jusqu'au 15 octobre 2018.Au programme le 22 juinCinéma le Miroir au rez-de-chaussée13h15 - Introduction avec Boris Pétric et Valeria Siniscalchi13h30 - Présentation des travaux de l’atelier "Photographie",14h30 - Présentation et projections des travaux de l’atelier "Cinéma" Coursives du 1er étage 16h30 - Vernissage de l’exposition photographique "Être jeune à Marseille"Entrée libre (...)

Lire la suite

La Grande Guerre des gens « ordinaires »

Colloque - Jeudi 14 juin 2018 - 14:00Comité d’organisation :Agnès Steuckardt, Université Montpellier 3, Praxiling, UMR 5267Corinne Gomila, Université de Montpellier, Praxiling, UMR 5267Chantal Wionet, Université d’Avignon, Centre Norbert Elias, UMR 8562Le Centenaire de la Grande Guerre a suscité de vastes collectes d’archives. La plateforme Europeana 14-18 compte à présent près d’un million de ressources numérisées ; prévue pour durer quelques semaines, la Grande collecte a rencontré un tel succès qu’elle se poursuit encore, quatre ans après son lancement en novembre 2013. Des initiatives plus spécialisées ont rassemblé les correspondances des familles peu lettrées (projet Corpus 14, labellisé Mission Centenaire), ou encore les testaments de soldats (projet Testaments de guerre des Poilus parisiens : 1914-1918). En 2018, la Révolution numérique met à disposition des chercheurs et du grand public un trésor d’archives jusqu’ici inaccessibles (projet Cendari, Feldpost, Letters from the First World War 1916-1918, par exemple). InscriptionsAdresse du colloque :  colloque3go@univ-montp3.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre Norbert Elias

La Vieille Charité
2, rue de la Charité
F-13 002 Marseille

Tél. : 04 91 14 07 27

 

- Lettre d'information
- HAL Archives ouvertes
- Twitter