CECI n'est pas EXECUTE Centre Norbert Elias : Jean-Louis Tornatore, « Dans le temps - Pour une socio-anthropologie politique du passé-présent : patrimoine, mémoire, culture, etc. »

Les soutenances de thèse | Les soutenances 2010

Jean-Louis Tornatore, « Dans le temps - Pour une socio-anthropologie politique du passé-présent : patrimoine, mémoire, culture, etc. »

Habilitation à diriger des recheches - vendredi 26 novembre 2010

    

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

   

Membres du Jury

Jacques Cheyronnaud, anthropologue, directeur de recherche au CNRS

Jean-Louis Fabiani, sociologue, directeur d'études à l'EHESS (garant et rapporteur)

Antoine Hennion, sociologue, professeur à École des Mines (Paris)

Ellen Hertz, anthropologue, professeure à l'Institut d'ethnologie, Université de Neuchâtel (CH) (rapporteur)

Gérard Lenclud, anthropologue, directeur de recherche au CNRS

Jacques Walter, professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Université Paul Verlaine -

Metz (rapporteur)

      

     

…Non décidément, il est toujours, et peut-être plus que jamais, utile de défendre un point de vue dont l’affirmation d’évidence, à l’instar d’un monument, nuirait à la visibilité. On a vite fait de vous enfermer dans une nuit anthropologique où tous les chats sont gris. Ce travail, contre lequel je n’ai cessé de pester jusqu’à ce que j’en mette le point final au motif qu’il était artificiel et ronflant et m’empêchait d’occuper le congé de recherche que m’a octroyé mon université à faire ce dont notre métier d’enseignant-chercheur-agent administratif nous prive de plus en plus : lire, est donc l’occasion de l’affirmer en racontant comment j’ai construit ma singularité, à la conjonction de plusieurs déplacements : vers la sociologie, vers la politique du patrimoine, vers une recherche – action,  impliquée, attachée, etc., c’est à voir – participant à la performation de la réalité, vers le pragmatisme. En voici une première formulation en trois temps : un, loin de tout désarroi ou de toute dénonciation, prenons au sérieux les phénomènes d’objectivation de la culture autant que ceux, stigmatisés, d’une présence dite proliférante des objets du passé dans le présent. Deux, à faire une anthropologie de l’institution de la culture – au second degré ! –, et plus largement du passé-présent – les usages du passé –, on ne peut guère éluder leur dimension éthico-politique au risque de passer complètement à côté du phénomène. L’anthropologue – ou le socioanthropologue – est certes un peu mieux placé que l’historien pour observer ces pratiques mais alors il peut aller plus loin que de coutume en se plaçant au plus près des personnes et en considérant leur propre réflexivité dans leur activité – leur « enquête » – et l’attachement qu’elles construisent dans l’action : cela suppose qu’il rabatte de sa prétention à leur dire la vérité sur ce qu’ils font. Trois, de la réflexivité de l’acteur à la réflexivité du chercheur,  et retour : l’occasion est belle pour l’anthropologue d’interroger son propre désir et comment ce désir instruit le topos de la différence culturelle. Et puisque amateurs et anthropologues partagent un même objet – la culture, le passé-présent –, pourquoi ne se rencontreraient-ils pas sur une même scène pour considérer leurs capacités à en dire quelque chose ? L’acte de la recherche en sciences sociales ne doit-il pas se déployer dans cet espace de coopération, en naître et s’y nourrir ?

EHESS
CNRS
Université D'Avignon
Aix-Marseille

flux rss  Actualités

Séminaire Economie et Histoire

Séance spéciale de séminaire - Jeudi 19 octobre 2017 - 15:00L’historie et l’économie s’intéressent actuellement à l’ensemble des phénomènes sociaux. Leurs approches mobilisent à la fois des questionnements et des méthodes différentes. Le but de ce séminaire sera d’enrichir l’étude de ces objets partagés en confrontant approches et méthodes à partir de quelques dossiers thématiques. Ces dossiers comptent se focaliser, entre autres, sur la mobilité sociale et intergénérationnelle, le rôle du mariage, et l’impact de l’urbanisation sur des différents phénomènes sociaux.Le séminaire aura lieu un jeudi par mois, en alternance entre le Centre Norbert Elias et l’AMSE.Organisateurs : Jean Boutier, Cecilia Garcia-Peñalosa, Alain Trannoy, Arundhati Virmani.Séance du 19 octobre 2017Alain Trannoy - Questions de mobilité intergénérationnelle: Les élites françaises  Discutant : Jean Boutier> Voir le détail de la programmation à venir sur l'affiche(...)

Lire la suite

Rencontres musico-doctorales de Paris à Marseille

Rencontre - Jeudi 22 juin 2017 - 10:00Ces journées, organisées par le Centre Norbert Elias et le Centre Georg Simmel avec le soutien de l'EHESS, se donnent pour objectif de mettre en lumière des travaux de doctorant.e.s travaillant sur la musique.Vous trouverez dans le programme de ces rencontres des communications sur les thèmes de la programmation des musiques du monde, de l'apprentissage de la techno, du music-hall, mais bien d'autres encore. (...)

Lire la suite

Dimension sexuée de la vie sociale

Journée(s) d'étude - Jeudi 16 mars 2017 - 09:30Ces journées d’étude analyseront les reformulations que révèle, dans la parenté, la circulation des choses, des corps ou des personnes au sein d’un monde globalisé. Trois phénomènes majeurs seront envisagés, du plus récent au plus ancien : les nouvelles techniques de reproduction, du don de gamètes à la gestation pour autrui, l’adoption internationale et ses déclinaisons, la migration. Les circulations qu’ils recouvrent tendent en effet à questionner, troubler ou reformuler les relations entre parents comme les rapports de genre. Elles interrogent les frontières nationales et les législations qui leur sont associées, suscitent de nouvelles formes de mobilités, redéfinissent les  identités et les appartenances. Quels éléments circulent, sous quelles formes et par quelles voies lorsqu’il s’agit de procréer, de construire une famille, de faire vivre ou de maintenir l’existence des liens entre parents ? À quelles relations donnent lieu ces circulations, qu’il s’agisse du « voyage » que représente le transfert de paillettes de sperme, de la figure lointaine d’une gestatrice connue ou non, des liens construits dans les parcours d’adoption internationale ou de la manière dont la distance et la mobilité tendent à reformuler les liens familiaux en situation de migration ?  À la croisée de la parenté, de la citoyenneté et de la nationalité, on questionnera enfin les dispositifs d’affiliation, de reconnaissance et d’appartenance que révèlent ces différentes circulations.(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

École des hautes études en sciences sociales

Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13002 Marseille

tél. : 04 91 14 07 27